« J’ai décidé d’être freelance pour m’enrichir au fil des rencontres »

Petite conversation avec Vincent freelance wedesigner et intégrateur sur Malt…

Raconte-nous ta vie : comment tu es devenu freelance ?

J’ai eu la chance de travailler avec différentes personnes et diverses méthodes de travail : L’Oréal, Ubisoft, des agences digitales à Montréal et à Paris. Toutes ces expériences me représentent : découvrir de nouveaux univers et de nouveaux visages. J’adore ça !

J’ai donc décidé d’être freelance pour rester un électron libre et continuer de m’enrichir au fil des rencontres.

C’est quoi ton métier ?

Je suis web designer et intégrateur. Je crée graphiquement et techniquement des interfaces web et mobile. Je m’occupe du « front », la partie visible du site.

Et alors, ça t’a plu ?

Mon métier me plaît beaucoup. L’intérêt y est sans cesse renouvelé selon les tendances, les technologies et les usages.

Qu’est-ce que tu préfères dans le fait d’être freelance ?

Pas de routine, pas de monotonie… cela me convient parfaitement ! J’aime également la possibilité d’organiser mon propre planning et d’alterner les courtes et longues missions.

Qu’est-ce qui t’embête ?

La peur de passer à côté de beaux projets, faute de temps…

Tu te vois freelance sur le long terme ?

Nouveau venu dans l’univers des freelances, je vous donne rendez-vous dans un an pour une réponse. En attendant, si cela marche bien, il n’y a pas de raison pour que cela change !

C’est quoi tes manies quand tu bosses ?

Un peu de chocolat, un peu de café, une bonne dose de concentration et un bureau rangé !

Ta journée type elle se passe comment ?

Il y a quelques mois, je pouvais vous faire une description de ma journée type. Aujourd’hui, je ne peux plus vraiment vous donner un déroulé type de mon quotidien. Le rythme varie selon les clients, les projets ou encore les lieux.

Qu’est-ce que tu aimes chez Malt ?

La mise en avant des freelances et la présentation du site m’ont beaucoup plu. On s’y retrouve très vite. J’apprécie également le suivi personnalisé par l’équipe d’Malt et les beaux projets qu’ils peuvent nous proposer.

C’est quoi ta devise ?

Être simplement épanoui dans son quotidien !

Le mot de la fin ?

To be continued…

Retrouvez Vincent sur Malt et sur Twitter

« Un freelance a un rôle d’exécutant, mais doit avant tout être consultant »

Jordane est freelance webdesigner et intégrateur sur Malt, il s’est lancé suite à un licenciement économique et n’a jamais regretté son choix, il écoute du Patrick Sébastien (uniquement dans des circonstances particulières) et veut en apprendre le plus possible sur son métier… Voici son interview :

Salut, tu fais quoi dans la vie ? 

Je suis webdesigner et intégrateur spécialisé Drupal sur sites vitrine. Je suis également formateur sur les langages web (et futur podcasteur vidéo) à mes heures perdues.

Comment tu es devenu freelance et pourquoi ?

Je suis devenu freelance suite à un licenciement économique de mon ancienne boîte en faillite. En fait c’était un projet que j’avais en tête et que je commençais à construire quand j’étais en CDI.

Le fait d’avoir été licencié, m’a poussé et encouragé à devenir freelance. Je remercie mes anciens patrons aujourd’hui :). Devenir freelance est pour moi une aventure où l’on bâtit son identité professionnelle avec tous les risques que cela comporte, mais c’est également choisir ses clients et ses projets en leur apportant quelque chose de nouveau. On a un rôle d’exécutant mais je pense que l’on doit être avant tout consultant.

C’est quoi qui te plait le plus dans ton métier et le fait d’être indépendant ?

Évidemment la liberté ! Mais il y a deux choses qui me plaisent particulièrement dans cette indépendance. Déjà je suis très attaché à ma méthode de travail (formation, négociation, outils de production, étapes de réalisation, suivi et SAV), et à la manière dont je peux l’améliorer pour apporter ma valeur ajoutée à mes clients.

Enfin pouvoir faire pousser ses idées, faire germer ses projets personnels, analyser et récolter les résultats. Les contraintes des projets clients peuvent freiner l’évolution et l’innovation, cela en devient parfois frustrant. Je pense qu’il faut une petite pointe de mégalomanie et beaucoup de passion quand on est entrepreneur pour croire en ses projets.

Un conseil pour les bébés freelances ? 

Au début de mon activité, j’ai fait l’erreur de m’éparpiller dans plusieurs domaines liés au graphisme: print, motion design, webdesign & code, photo. Je me suis rendu compte que je devenais polyvalent… Mais moyen dans ces quatre branches. Après avoir touché à tout, je me suis remis en question en me disant qu’il valait mieux se concentrer sur un seul domaine et devenir expert.

J’ai opté pour le webdesign et l’intégration car c’est un domaine évolutif où l’on apprend sans cesse (ça peut aussi devenir fatigant parfois ^^). Je conseille donc aujourd’hui à des freelances qui se lancent de se spécialiser et de ne pas se reposer sur leurs acquis.

Tu as des habitudes de travail inavouables ? 

Quand je ne suis pas en avance sur un projet, je mets du Patrick Sébastien, ce qui me permet non pas d’être plus productif mais me pousse à terminer rapidement le projet pour éviter la torture.

C’est quoi ta journée type ? 

Je me lève vers 8h00.

Je regarde mes mails et Facebook.

Je fais de la veille sur twitter

Je regarde et remplis mon tableau de bord Trello sur ce que je dois faire, ce que je peux améliorer, ce que je peux créer.

Je Skype avec les clients pour faire le point.

Je travaille sur les projets en cours ou je fais de la prospection dans les périodes creuses.

Bref je termine entre 19h et 20h, hors projets urgents ;)

C’est quoi ta devise ou ta citation favorite ? 

« Seuls ceux qui sont assez fous pour penser qu’ils peuvent changer le monde y parviennent. » – Steve Jobs.

 

Retrouvez Jordane sur Malt, Twitter ou son site

 

« Le bonheur est la clé du succès » rencontrez Marion, freelance sur Malt

Marion est graphiste, webdesigner et intégrateur sur Malt et elle a très gentiment accepté de répondre à nos quelques questions :

Hello Marion, raconte-nous ta vie : comment tu es devenue freelance ?

Je dois un peu ma situation de freelance au hasard ! À la sortie de mes études j’ai été contactée par un développeur pour travailler sur un projet de site web. Et hop, me voilà installée à l’incubateur EM Lyon pour 5 mois, entourée d’entrepreneurs… Difficile ensuite d’envisager un retour en agence en tant que salariée ! Encouragée et soutenue par mon entourage, je me suis lancée !

Et alors, ça t’a plu ?

Oui beaucoup ! Le fait d’être freelance me pousse à me perfectionner, à évoluer, et ne pas me reposer sur mes acquis. C’est un travail de longue haleine mais qui finit par payer lorsque l’on a gagné la confiance de ses clients.

Qu’est-ce que tu préfères dans le fait d’être freelance ?

La liberté, être libre de ses horaires, de gérer son temps comme on le sent. J’aime aussi la relation de confiance que j’établis avec mes clients, le contact est plus facile. Chaque projet qu’on me confie me tient à coeur et je donne le meilleur de moi-même car la satisfaction du client est vraiment gratifiante.

Qu’est-ce qui t’embête ?

Étant donné que je travaille chez moi, ce qui m’embête parfois c’est de ne pas avoir de coupure après la journée de travail, souvent je ne sais pas m’arrêter et me dire “ça attendra demain”.

Tu te vois freelance sur le long terme ?

Oui bien sûr, d’un point de vue professionnel et personnel la vie de freelance est idéale pour moi et j’espère ne jamais être contrainte à changer.

C’est quoi tes manies quand tu bosses ?

Le matin je ne commence jamais à travailler sans une bonne tasse de café bien chaud, et un tri dans mon Trello ! Depuis peu, je m’impose un petit break de 10 min toutes les 2 heures, ça m’aide à avoir les idées claires.

Ta journée type elle se passe comment ?

Je me lève vers 8h, me prépare et sors mon chien. Je me fais un café, consulte mes mails, fais le point sur ce que je dois faire dans la journée et commence ma journée de travail. Je m’impose des horaires fixes pour la pause de midi etc…c’est bien d’avoir des repères.

Qu’est-ce que tu aimes chez Malt ?

J’aime le concept même de Malt, le fait de pouvoir se valoriser en tant que freelance grâce aux recommandations et de ce fait, les clients partent confiants. J’apprécie grandement le fait que Malt sécurise la contractualisation et la rémunération, je sais que je peux travailler sereinement.

C’est quoi ta devise ?

Le succès n’est pas la clé du bonheur. Le bonheur est la clé du succès. Si vous aimez ce que vous faites vous réussirez.  » Albert Schweitzer

Pour moi c’est primordial d’aimer son travail, on y consacre tellement de temps !

Le mot de la fin ?

Tout simplement merci à Malt pour son travail et sa disponibilité ;)

Connaissez-vous Sketch 3? (non, ce n’est pas une blague !)

Vous êtes designer, webdesigner, graphiste, mais vous ne connaissez pas encore Sketch ?

Une fois que vous aurez découvert ce logiciel vous ne pourrez plus vous en passer. Très intuitif et simple d’utilisation il vous permet de construire vos design très facilement. Synchronisés avec votre smartphones vous pouvez voir vos travaux en instantané et les adapter à la perfection à différents écrans et formats. Alors n’attendez plus, téléchargez Sketch et vous prendrez du plaisir à designer de belles choses !

Je ne vous en dis pas plus, si vous voulez découvrir et apprendre à utiliser ce logiciel rendez-vous le 25 septembre au Meet Up parisien, afin de rencontrer les équipes derrière Sketch.

Sketch Meet Up Paris

Hop…des places pour la Takeoff 2014 de Lille !

Bonjour à toute la communauté Malt !

Vous connaissez Take Off ? C’est l’événement développeurs sur Lille qu’il ne faut pas rater en ce mois de janvier. En plus il est organisé par un freelance Malteur, Robin.

Et comme l’entrée est à 300€ et que Malt est généreux, on vous fait gagner aujourd’hui des places pour la Takeoff 2014 de Lille.

Il vous suffit d’être parmi les 5 premiers à laisser un commentaire à la suite de cet article, et nous vous enverrons un coupon de réduction pour obtenir votre billet.

image

La Take Off , c´est deux jours de conférences avec des experts, 250 personnes ( ou passionnés :) ) présentes et surtout l´événement à ne pas rater pour toute la communauté de développeurs et webdesigners.
Pour découvrir le programme, c´est par ici…

L’Interview freelance Malt : 5 min avec Amélie, Webdesigner

Nouvelle rubrique !

Nous vous proposons chaque semaine de découvrir un freelance Malt, son métier et sa façon de travailler à travers une courte interview.

Pour inaugurer cette rubrique, Amélie, webdesigner, a gentiment accepté de nous accorder un peu de son temps pour répondre à nos questions.

Alors top chrono, c’est parti pour 5 min en compagnie d’Amélie !

image

Tu nous parles de ton métier ?

Mon métier est celui de créatif : j’essaie de mettre en image la demande d’un client.

Comprendre le besoin d’une marque, ressentir les attentes, imaginer un univers pour appuyer des mots, un concept, une idée est donc l’essence même de mon travail.

Personnellement je suis plus orienté web mais je réalise toutes sortes de visuels, tout dépend de la demande.

Pourquoi freelance ? Et depuis quand ?

Je suis freelance depuis 6 ans. J’avais envie de tenter l’expérience, je voulais me sentir libre, de faire mes idées créatives, mes horaires, ma gestion de clients, de prestataires. Je souhaitais porter ma petite boîte et mes relations me permettaient de le faire.

Qu’est-ce qui te plaît plus dans le statut de freelance ?

Gérer les clients en direct sans intermédiaires. Travailler beaucoup mais en étant fière de le faire, connaître les prix de mes prestations.

La journée type d’un webdesigner ?

Arriver au bureau à 10h.

Gérer les mails des clients et répondre aux demandes.

Traiter un peu de devis/factures/comptabilité.

Faire de la veille créative.

Travailler les projets en cours.

Déjeuner (client ou pas).

Travailler sur d’autres projets ou continuer celui du matin.

Faire une to do pour le lendemain.

Rentrer à 20h30.

Reprendre un projet à la maison après un apéro avec des amis.

Ton lieu de travail préféré ?

J’ai toujours eu des bureaux, le plus sympa était un magasin aux abbesses que l’on partageait à 7.

Il faut qu’il y ait de la vie autour. En free, on est souvent très seul. On communique par mail avec nos clients,on ne parle pas beaucoup. On est en fusion permanente avec notre ordi, avoir des gens avec qui échanger, déjeuner est donc essentiel pour le moral !

Tes manies de freelance ?

Faire des to do listes, sauvegarder mon travail et faire de la veille.

Comment as-tu connu Malt ?

Grâce à Vincent qui cherchait un webdesigner pour le site Malt. Ce n’est pas devenu un client mais nous avons gardé de bons contacts et échangé sur pleins de sujets liés au freelance.

Qu’est-ce qui t’intéresse le plus dans Malt ?

Malt est un réseau qui donne de la visibilité. Cela permet de faire partie d’une communauté plus facilement.

Chercher des clients est un travail chronophage pour les freelances, être visibles facilement est une opportunité très agréable. Malt a un modèle économique très avantageux pour les freelances.

De plus, j’ai déjà un outil de facturation mais il ne me protège pas des mauvais payeurs, avec Malt, l’engagement des clients est plus fort, je pense que les clients respectent plus leurs prestataires lorsqu’il y a une structure encadrante.

Merci à Amélie !

Venez découvrir son profil Malt : http://www.malt.com/profile/510299e7d393273e34aefef1

et si vous souhaitez être mis à la une dans l’interview freelance Malt vous pouvez contacter Emmanuelle (emmanuelle (@) malt (point) com). A bientôt !