« Etre son propre patron et son propre commercial, cela responsabilise. »

Aujourd’hui on vous propose l’interview d’Henry Pichat, concepteur-rédacteur freelance sur Malt. Henry exerce son métier depuis plus de 12 ans et il fait partie des premiers freelances inscrits sur Malt. Alors on s’est dit que ça serait bien de discuter un peu avec lui !

Bonjour Henry, alors raconte-nous ta vie : comment es-tu devenu freelance ? 

Un peu par hasard en fait. Après des stages en agence de publicité, j’ai enchainé plusieurs CDD dans des agences de communication opérationnelle. A la fin du dernier CDD, alors que je cherchais un poste, on m’a proposé une mission en freelance. J’ai accepté… et puis j’ai continué. Cela fait maintenant 10 ans que je suis en freelance.

Et c’est quoi ton métier ? 

Je suis concepteur-rédacteur, c’est-à-dire que je trouve des idées et j’écris des textes pour des supports de communication qui peuvent prendre des formes très diverses : vidéo avec des prises de vue ou en animation, spot radio, site web, emailing, plaquette print, annonce presse, affiche…

Cela implique à la fois de comprendre rapidement le produit ou le service qu’on doit vendre et les vraies attentes de la cible… et en même temps d’effectuer un « saut créatif » qui donnera un positionnement unique à la campagne de communication.

Et alors, ça t’a plu ? 

J’adore mon métier qui me permet de rencontrer des gens très différents et de découvrir plein de secteurs d’activités qui peuvent être assez éloignés du mien. Même si j’assume complètement d’être un bobo parisien, je trouverais dommage de se couper de la richesse et de la diversité des univers qui nous entourent. Cela doit être ma formation d’étudiant en sociologie qui ressort, ou tout simplement parce que je suis quelqu’un curieux de nature.

Qu’est-ce que tu préfères dans le fait d’être freelance ? 

Devenir freelance m’a permis de grandir plus vite professionnellement. Etre son propre patron et son propre commercial, cela responsabilise.

Sinon, bien sûr j’apprécie d’être libre d’aménager mon emploi du temps comme je le souhaite et de pouvoir choisir le lieu où je travaille. A ce propos, avis à tous les freelances de Malt : pour cause de déménagement imminent, je cherche actuellement un nouveau bureau partagé avec des freelances sympas, idéalement dans le 17e arrondissement. Alors, si vous avez une place disponible dans un bureau qui correspond à ces critères, faites moi signe !

En comparaison, qu’est-ce qui t’embête au quotidien ? 

L’aspect administratif, qui implique souvent d’être tenace, notamment pour obtenir mon bon de commande et me faire payer dans les délais prévus. Mais bon, je pense que pas mal de freelances ont le même souci… J’ai développé davantage ce point de vue sur mon Tumblr « Il est free, il a tout compris ».

Tu te vois freelance sur le long terme ? 

Complètement. Par contre, j’aimerais bien m’associer avec d’autres freelances pour monter une structure souple en mode partenariat. Cela nous permettrait de prendre des budgets plus importants. Je l’ai déjà fait sur quelques projets mais c’est compliqué de maintenir des relations très suivies avec des freelances, car chacun à ses propres clients, ses priorités et ses impératifs personnels et familiaux…

C’est quoi tes manies quand tu bosses ? 

Boire deux grandes tasses de maté, une boisson argentine amère, pour le petit déjeuner. Et faire une pause après le déjeuner en allant bouquiner au soleil dans un parc.

Ta journée type elle se passe comment ? 

Je n’ai pas vraiment de journée de type, car mon activité implique assez souvent de se déplacer sur Paris, voire en province, pour rencontrer des prospects ou des clients. Je peux travailler de façon très intensive quand un projet est méga urgent, mais aussi avoir des horaires beaucoup plus cool quand je suis plutôt dans une période d’attente de retours sur un projet ou prospection.

Qu’est-ce que tu aimes chez Malt ? 

Je suis bluffé par la disponibilité et la réactivité de vos équipes par mail et par téléphone : franchement, vous avez la meilleure hotline du monde ! J’apprécie énormément la transparence dont vous faites preuve depuis le début, et le business model que vous avez mis en place qui instaure un cercle vertueux où tout le monde est gagnant.

C’est quoi ta devise ? 

« L’urgent est déjà fait. Pour les miracles, prière d’attendre 24 heures ».

Cela permet de relativiser les fausses pressions que les annonceurs et les agences se mettent souvent en termes de deadline, parfois au détriment de la réflexion et donc de la qualité du projet. Même si cela m’empêche pas d’être disponible rapidement et très réactif quand le projet l’exige…

Le mot de la fin ?  

Freelances, ne vous bradez surtout pas, ne cassez jamais vos prix : vous ne vous rendez pas service, car vos clients n’en seront pas pour autant plus respectueux ou plus fidèles. Et si nous agissons tous comme cela, il y aura un nivellement par le bas de nos rémunérations. Donc surtout, ne baissez pas vos tarifs, vous n’avez rien à y gagner !

5 min en compagnie de Brice, développeur web freelance Malt

Aujourd’hui c’est Brice, développeur web freelance, qui se prête au jeu de l’interview Malt, entre 2 riffs de guitare… et surtout un agenda soutenu !

 image

Crédit photo : Julie Botta

Tu nous parles de ton métier ?

Je suis développeur web. J’interviens aussi bien sur du développement front-end avec HTML(5), CSS(3), JS(jQuery) qu’en développement back-end avec PHP/MySQL.

Mon travail consiste à intégrer les sites web à partir des maquettes fournies par le client. J’y incorpore aussi les animations souhaitées et selon mon périmètre d’intervention je conçois le modèle de données et gère également la partie dynamique des sites. Selon les besoins des clients, je travaille parfois avec un CMS tel que WordPress. Cela permet de gagner du temps sur le coeur technique du projet et ça n’enlève en rien aux possibilités de personnalisation et d’évolution des fonctionnalités. Cela représente aussi une économie pour le client puisqu’une partie du travail est déjà faîte et la formation à l’administration est de moins en moins importante car les clients sont de plus en plus familiarisés.

Des missions de mailing me sont également confiées. Cela va de la simple intégration de newsletter jusqu’à l’envoi du mailing (outil existant ou développement ad-hoc)

Pourquoi en freelance ? et depuis quand ?

Je suis freelance depuis mars 2013 même si depuis 2009, je réalisais quelques missions en parallèle de mon CDI.

Je me rappelle un cours de communication lors de mon DUT Informatique où l’on devait rédiger notre projet professionnel. J’avais écris que je souhaitais, après mes études, trouver une place dans une agence web et après trois ans, me lancer en freelance. Ca a toujours été mon objectif. Bon, j’ai passé 6 ans en agence avant de me lancer véritablement mais, ça y est !

Etre freelance représente pour moi la responsabilité de mon travail et la souplesse dans mon organisation. Je suis assez indépendant dans mon travail et être à mon compte s’est imposé naturellement

Qu’est-ce qui te plait le plus dans le statut de freelance ?

Ce que je préfère, c’est être reponsable de tout ce que je fais. Absolument tout. Si je veux prendre un rush, je le fais. Mais je peux aussi me prendre une journée pour des choses personnelles. Je ne reçois d’ordre que de moi-même et j’assume tous mes choix. Pouvoir moduler ses horaires est quelque chose de formidable. Bien sûr ça ne fonctionne qu’avec une bonne rigueur, car quand il y a une deadline à tenir ou une urgence, c’est important d’être là pour notre client.

La journée type d’un développeur freelance ?

Je me lève à 8h et je me prépare comme avant pour pouvoir commencer à travailler à 9h30. C’est important pour moi de garder cette habitude car ça cadre ma vie professionnelle. Et si j’ai un rendez-vous client qui se met en place rapidement, je suis prêt à partir. Je me prends environ 1h de pause pour manger, au choix entre 12h et 15h puis je m’y remets jusqu’à 18h30. Bon, je dois quand même avouer que je me fais quelques pauses pour faire de la guitare ;).

Ton lieu de travail préféré ?

Mon bureau. Il n’est pas grand mais il y a une fenêtre donc ça ne fait pas non plus placard. Cette pièce me permet de séparer au mieux mon espace professionnel de mon espace personnel.

Tes manies de freelance ?

Je ne sais pas si c’est une manie mais je vérifie constamment mes mails. J’ai beau avoir des alertes, je regarde de temps en temps, supprime les spams et répond tout de suite aux mails reçus. Il faudrait que je corrige un peu cela car au niveau productivité ce n’est pas terrible.

Comment as-tu connu Malt ?

Par un tweet du magazine frenchweb.fr qui présentait trois nouveaux sites dont Malt. J’ai tout de suite accroché avec le site donc je me suis inscrit à la beta et créé mon profil

Qu’est-ce qui t’intéresse le plus dans Malt ?

J’ai l’impression d’appartenir à un véritable réseau de freelance. Et l’équipe m’a déjà contacté pour des missions, même pendant la beta. L’écoute et la réactivité marquent des points.

Merci Brice !

Venez découvrir son profil Malt ! http://www.malt.com/profile/519783c72a07e9483ddedd50

Et si vous souhaitez être mis à la une dans l’interview freelance Malt vous pouvez contacter Emmanuelle (emmanuelle (@) malt (point) com). A bientôt !

L’Interview freelance Malt : 5 min avec Emilie, rédactrice web

Freelances ou amis des freelances, bonjour ! Aujourd’hui nous accueillons Emilie, rédactrice web et freelance Malt dans notre désormais rendez-vous hebdomadaire : 5 min avec un freelance Malt !

C’est pour vous l’occasion de découvrir un métier et une manière de travailler en freelance mais aussi de rencontre un membre de la communauté Malt. C’est parti pour 5 min avec Emilie !

image

Tu nous parles de ton métier ?

  Je suis rédactrice web spécialisée mode. Je peux écrire sur une nouvelle collection, partager des bons plans ou bien encore donner des conseils mode ou bien-être.
J’ai toujours aimé écrire, partager mes idées et échanger et très vite je me suis sentie à l’aise dans ce métier. 
La rédaction web, ce n’est que la partie visible de l’iceberg ! Je fais aussi du consulting SEO, c’est-à-dire que je viens en aide à certaines personnes ou sites qui veulent augmenter leur trafic et donc leur revenu. Ensemble, nous établissons une stratégie web pour booster leur audience et souvent, cela passe par la rédaction d’articles.

Pourquoi en freelance ? et depuis quand ?

 Je suis en freelance depuis mai 2013. Cela fait suite à un licenciement économique. J’ai eu de la chance car peu de temps après mon licenciement, deux personnes m’ont contactée pour me dire qu’elles souhaitaient travailler avec moi mais faute de moyen, elles ne pouvaient créer un CDI. C’est grâce à elles que j’ai pensé au freelance. En attendant de trouver un CDI, cela me permet de rester active, d’avoir de nouveaux contacts et de découvrir d’autres domaines.

Qu’est-ce qui te plait le plus dans le statut de freelance ?

 Pouvoir organiser mon emploi du temps plus librement ! C’est bête, mais je peux aller faire mes courses à 14h et éviter la foule de 18h qui sort du bureau. Quand il fera beau je pourrai enfin travailler dans mon jardin grâce au wifi ! Je suis plutôt du soir, alors je peux travailler plus tard et dormir un peu plus longtemps le lendemain. Bref, les exemples sont encore nombreux ! 
Cependant, être en freelance demande quand même de la rigueur et de l’organisation pour rendre son travail à temps.

La journée type d’un rédacteur web ?

 Je me lève à 9h et je commence à travailler vers 9h30-10h. Puis 1h de pause à 13h. Quand il ne fait pas trop moche dehors, je prends une pause vers 17h histoire de me changer les idées et de m’aérer un peu. En général, ma journée de travail prend fin vers 19h.
Bon des fois, je suis interrompue par une copine qui passe prendre le café… !

Ton lieu de travail préféré ?

  La table de ma cuisine, je n’ai qu’à tendre le bras pour mettre en route la machine à café ! C’est aussi l’endroit le plus lumineux. Pour travailler, j’ai besoin de silence ou alors d’une musique de fond type jazz. Le Starbucks est définitivement trop bruyant pour moi et le café devient vite cher à la fin de la journée !

Tes manies de freelance ?

 Je ne pense pas avoir de manies. Je veille simplement à ne pas travailler dans un environnement trop en désordre, sinon ma maniaquerie reprend le dessus et je range tout et plus encore !

Comment as-tu connu Malt ?

 Grâce à Twitter. J’ai publié un message en disant que j’étais disponible pour des missions en freelance et le community manager de Malt m’a répondu en me suggérant de m’inscrire sur la plateforme qui était sur le point d’ouvrir. En effet, 3 jours après j’y ai créé mon profil.

Qu’est-ce qui t’intéresse le plus dans Malt ?

 Malt est très simple d’utilisation. L’équipe est très réactive, on m’a contactée à deux reprises pour de potentiels clients. C’est très appréciable d’être ainsi accompagnée.

Merci Emilie !

Venez découvrir son profil Malt ! http://www.malt.com/profile/5199e32b2a07e9483ddedd55

Et si vous souhaitez être mis à la une dans l’interview freelance Malt vous pouvez contacter Emmanuelle (emmanuelle (@) malt (point) com). A bientôt !