Nouveau monde, nouvelles règles: comment travaille-t-on au XXIe siècle ?

Cet article est une traduction libre d’un article lu sur Fastcompany que nous avons trouvé particulièrement intéressant.

[hr gap= » »]

Vous pouvez oublier tout ce que vous savez sur le monde du travail : aujourd’hui les règles ont changé. On travaille de plus en plus partout et nulle part. Le travail se confond dans nos vies privées tout en disparaissant peu à peu comme s’il n’était plus qu’une discrète activité, partie intégrante de notre vie quotidienne.

Les anciennes règles du travail s’appliquaient au monde du travail d’avant, celui des usines et des bureaux, un monde d’emplois « standards » et stables, dans de grandes entreprises, où les carrières suivaient des trajectoires plus ou moins prévisibles. Nouveau monde, nouvelles règles : un monde de flexibilité, de précarité, d’entrepreunariat, où le travail est plus ou moins lié à différents moments, endroits ou employeurs.

John Maynard Keynes, dans un essai écrit en 1931 dont le titre était « Les possibilités économiques pour nos petits-enfants » avait prédit cette évolution : « L’homme fera face à un problème permanent : comment conserver sa liberté face aux pressions économiques, comment occuper son temps libre, quelles sciences et quels groupements d’intérêts lui permettront de vivre agréablement ? »

Nous y sommes dans ce futur ! Et alors que les avancées technologiques qu’il avait prévues s’avèrent, l’utopie « post-travail », elle, n’est jamais arrivée. Comment vivre dans un monde ou chaque instant, y compris, nos moments de sommeil et de loisirs sont désormais colonisés par le travail, la possibilité d’être monétisés et optimisés ?

En bref, quelles sont les nouvelles règles du monde du travail d’aujourd’hui ?

 

Ancienne règle : tu iras tous les jours au travail

Nouvelle règle : tu peux travailler de n’importe, où que tu sois dans le monde.

 

« L’heure de pointe » est un concept en voie de disparition : la croissance de l’affluence sur les lignes du métro de New York se fait désormais en dehors des heures de pointe. Les gens ont laissé tomber les trajets traditionnels matin et soir pour vivre et travailler différemment. Les espaces de co-working fleurissent partout, on parle de 20 000 espaces, soit une multiplication par deux du nombre d’espaces dans le monde depuis 2008. Les politiques de homeworking sont de plus en plus standards parmi les employeurs et le travail à distance est de plus en plus tendance. Automaticc, la boîte derrière WordPress a adopté le 100% à distance, ses employés sont éparpillés partout dans le monde, chez eux ou ailleurs. L’initiative « The Remote year » a permis à 100 travailleurs à distance de passer un mois dans 12 pays différents pendant un an. C’est la technologie qui rend tous ces changements possibles, mais c’est aussi une envie profondément ancrée en chacun de nous : nous voulons vivre notre vie comme nous l’entendons, là où nous nous sentons bien et il y va de même pour notre travail. 

 

Ancienne règle : tu travailleras de 9h à 17h

Nouvelle règle : tu seras disponible 24h sur 24

 

L’avantage, c’est qu’on travaille quand on a envie de travailler, aussi longtemps que son travail est fait dans le respect des deadlines imposées. L’inconvénient, c’est qu’on doit toujours être disponible. Les mêmes écrans qui nous maintiennent en permanence connectés à nos vies personnelles, sont devenus nos outils de travail.

Selon une étude menée par « The American Pschychological Association », plus de la moitié des adultes qui travaillent disent vérifier leurs emails pro au moins une fois par jour pendant le week-end. Environ le même pourcentage consultait aussi leur emails professionnels en dehors des horaires de travail ou pendant leur congés maladie. 44% faisaient de même pendant les vacances et une étude de l’American Time montrait que 34% des employés travaillaient en moyenne un jour de week-end par semaine chaque semaine, contre 43% pour les indépendants ou entrepreneurs.

« Même le sommeil est pris en otage », explique Jonathan Crary dans son livre 24/7 :  Late Capitalism And The Ends Of Sleep, l’américain moyen dort aujourd’hui en moyenne 6h30 par nuit, contre 8h il y a une génération et 10h au début du vingtième siècle. Autre information inquiétante, explique Crary : des recherches récentes montrent que le nombre de personnes qui se réveillent dans la nuit pour vérifier leurs emails est en croissance exponentielle. C’est à nous de mettre les limites.

 

Ancienne règle : tu auras un travail à plein temps et des avantages

Nouvelle règle : tu sauteras d’un projet à un autre.

 

L’année dernière, la place de marché des freelances Elance-oDesk estimait qu’il y avait 53 millions de freelances  aux USA, ce qui représentait 34% de la force de travail. Raison pour laquelle la question polie pour engager une conversation n’est plus « Où est-ce que tu travailles ? », mais « Sur quoi tu travailles ? ».

Tous les freelances veulent obtenir des missions, la « mission » est la nouvelle unité de travail, mais les études montrent qu’environ la moitié des freelances se sentent heureux et épanouis, tandis que l’autre moitié sont stressés et recherchent en réalité un emploi stable. Une étude faite par le syndicat des freelances aux Etats-Unis identifie de nombreux types de freelances : indépendants, travailleurs temporaires, entrepreneurs, artisans, bref, il s’agit d’une population très hétérogène.

 

Ancienne règle : l’équilibre vie perso/vie pro repose sur une séparation des deux univers.

Nouvelle règle : la frontière entre pro et perso disparaît, pour le meilleur et pour le pire.

 

Les entreprises sont obsédées par l’équilibre vie pro, vie perso, explique André Spicer, de la City University à Londres, mais plus les gens en parlent, moins cet équilibre à l’air d’exister  : « les réalités du travail aujourd’hui imposent une disparition entre vie personnelle et travail. On essaye de créer des barrières, mais elles sont constamment supprimées ».

Par exemple, quand des plateformes comme Airbnb ou Uber ont rendu possible la monétisation des appartements et des voitures des particuliers, beaucoup de gens se sont subitement mis à travailler en parallèle comme agence de location ou chauffeurs. Le temps passé avec ses amis est remplacé par du networking, les réseaux sociaux, qui avant étaient utilisés uniquement pour la vie perso sont maintenant une extension de notre CV, un autre moyen de se vendre continuellement.

 

Ancienne règle : tu travailles pour gagner de l’argent, pout faire vivre ta famille

Nouvelle règle : tu travailleras par passion, tu dois « aimer ce que tu fais »

 

Ne dites jamais que « Vous avez juste besoin d’un travail », le mantra officieux de notre temps, explique Miya Tokemitsu dans un article très controversé par ailleurs, est « Fais ce que tu aimes ». Les employeurs cherchent des acharnés, des passionnés, les travailleurs se vendent de plus en plus comme attachés à des mouvements, des causes, ils sont prêts à tout sauf à travailler pour une entreprise ringarde à l’ancienne qui vend des gadgets. Le problème avec le « Fais ce que tu aimes », explique Tokemitsu, c’est que « Cela ne conduit pas à la libération, mais à la dévalorisation du travail réel. Le vrai exploit a été de convaincre les travailleurs que leur travail leur rend service à eux plutôt qu’à leur entreprise. » Au lieu de permettre à ceux qui travaillent d’avoir un quotidien confortable, le travail absorbe complètement leur quotidien.

« La mise-à-jour de nos compétences, dit Carl Cederström de la Stockholm Business School, n’est pas nécessaire quelque chose que nous voulons, mais une obligation ». Quand la plupart d’entre nous travaillent dans l’économie de la persuasion, il n’est pas surprenant que chacun commence par s’auto-persuader que son travail est une question de vie ou de mort.

Lire l’article en VO

Crédit photo : John Walker sur Flickr

Télétravail : les 10 commandements

Le télétravail, vous connaissez ? Vous êtes freelance et vous travaillez de chez vous depuis longtemps, ou alors vous venez de vous lancer en télétravail. Quelle que soit votre situation, ce n’est pas toujours évident de travailler de chez soi. Imprimez et affichez sur votre frigo les 10 commandements du télétravail, à force, ils finiront bien par rentrer…

Commandement #1 du télétravail : ton espace de travail, tu aménageras

Ce n’est pas parce qu’on ne va pas tous les jours travailler à la Défense, qu’on n’a pas le droit à un bureau. A fortiori quand on travaille de chez soi, il faut s’aménager un vrai espace de travail. Oubliez, le canapé, le coin de la table de la cuisine ou du salon. Vous devez avoir un bureau, idéalement, une pièce indépendante, et si ce n’est pas possible « un coin bureau », installé dans un coin de votre salon. Évitez la chambre, sauf si vous avez envie de rêver de vos clients toutes les nuits… Si d’une manière ou d’une autre, vous pouvez séparer votre « coin travail » de la pièce principale, (paravent, rideau…), c’est mieux. Même si vous avez de la place dans votre cave, préférez un espace calme, éclairé par de la lumière naturelle. N’hésitez pas à lire cet article plein de bons conseils pour bien aménager son espace de travail

Commandement #2 du télétravail : Dans un vrai équipement, tu investiras

Surtout si vous venez de vous lancer, il est indispensable d’investir dans l’équipement matériel et informatique dont vous avez besoin. N’économisez pas sur votre chaise : elle doit être confortable et adaptée. N’oubliez pas que vous allez y passer probablement plus d’heures que dans votre lit ! Organisez votre espace pour avoir à portée de main, tous les outils dont vous avez besoin, informatiques ou fournitures de bureau. C’est un investissement, mais le temps perdu à relancer un ordinateur qui rame, à retrouver des données perdues ou la frustration générale qui découle d’un matériel en mauvais état, ont eux aussi un coût…

Commandement #3 du télétravail : Les distractions tu fuiras

Quand vous travaillez, vous travaillez. Vous n’êtes pas devant la télé, vous ne passez pas une heure par jour au téléphone avec votre Maman, vous n’êtes pas sur Facebook ou Twitter (Sauf si vous êtes freelance en Community Management…). Bien entendu, ça fait partie de votre quotidien de freelance de faire de la veille sur Internet, mais si vous surfez sur les forums 8h par jour, vous allez avoir une mauvaise surprise à la fin du mois… Il existe une multitude d’outils, qui permettent de contrôler l’accès aux réseaux sociaux ou de monitorer votre temps. Par exemple RescueTime vous permet d’analyser combien de temps vous passez sur chaque application de votre ordinateur, type de sites etc. Pour ma part, c’est simple, quand je travaille, mon téléphone perso reste sur silencieux, notifications coupées. Donnez-vous un temps déterminé pour accomplir une tâche et coupez toute forme de distraction jusqu’à ce que vous ayez fini. Un des avantages du télétravail est de ne pas être constamment interrompu par des réunions, des questions ou des coups de fil intempestifs, mais les distractions chez vous sont tout aussi nombreuses, il faut apprendre à les contrôler.

Commandement #4 du télétravail : Des pauses régulièrement tu feras

Télétravail humourQuand on travaille de chez soi, on peut s’organiser comme on veut. Travailler le matin si on est du matin, le soir si on est du soir… En revanche, il faut éviter de passer ses journées en pyjama toute la journée devant son ordinateur, sans mettre le nez dehors ou parler à qui que ce soit. Ce n’est bon ni pour votre productivité, ni pour votre moral ! Vous devez sortir de chez vous, au moins une fois par jour. Idéalement, faites du sport. Si vous n’avez pas le temps et même si c’est simplement pour faire des courses ou aller à la Poste, prenez l’air de temps en temps. Ça vous permettra d’y voir plus clair et d’être plus productif. 

Commandement #5 du télétravail : Ton temps de travail, tu protégeras

Ce n’est pas parce que vous travaillez de chez vous, que vous devez être corvéable à merci. Bien entendu, vous pouvez lancer une lessive tout en étant au téléphone avec un client, mais vous ne pouvez pas faire tout le ménage, les courses, la vaisselle, récupérer tous les colis de l’immeuble et vous occuper de vos enfants et de ceux de votre voisine, sur votre temps de travail. On a trop tendance à considérer que le télétravail n’est pas vraiment du travail et qu’on peut donc vous demander tout et n’importe quoi sous prétexte que vous êtes chez vous. Refusez. Expliquez à vos proches, votre entourage, que vous n’êtes pas disponible n’importe quand, vous travaillez. Vous devez protéger votre temps de travail et chaque interruption, même courte, vous déconcentre et vous fait perdre du temps.

Commandement #6 du télétravail : D’autres espaces tu testeras

Quand vous avez du mal à travailler de chez vous, allez travailler ailleurs. Parfois, on a besoin de changer d’air. Le télétravail, ça peut aussi vouloir dire, travailler en espace de co-working. Vous aurez accès à des outils que vous n’avez pas forcément chez vous. Vous développerez votre réseau et ferez des rencontres professionnelles enrichissantes. Vous pouvez aussi travailler une heure à la terrasse d’un café, si vous avez des tâches qui demandent peu de concentration, ça cassera votre routine. À vous de voir où vous travaillez le plus efficacement.

Commandement #7 du télétravail : Contre la procrastination tu lutteras

C’est d’autant plus facile de remettre à demain les tâches qui vous embêtent, que vous n’avez personne pour vous rappeler à longueur de journée ce que vous avez à faire. Surtout si vous êtes freelances, vous n’échapperez pas à la paperasse, aux coups de fil désagréables et autres taches pénibles, qu’on  remet toujours à demain. Si une tache prend moins de trois minutes, ne réfléchissez pas, faites-la immédiatement. Si une tache est plus longue et vous embête, déterminez le moment où vous vous y mettrez, par exemple, « je le ferai demain à 9h » et faites-la le lendemain à 9h. En règle générale, débarrassez-vous des corvées le plus vite possible, le matin, en début de semaine, avant de commencer à travailler sur ce qui vous intéresse. Vous vous sentirez plus léger.

Commandement #8 du télétravail : Ton bureau tu rangeras

On travaille toujours mieux dans un espace rangé. Difficile de se concentrer quand on a à peine vingt centimètres carrés pour poser son ordinateur, entre les papiers qui traînent, les mugs de café froid et les restes du sandwich au thon de la veille… Rangez, faites le ménage, triez, organisez votre espace de travail, comme vous le feriez dans un bureau classique. Non seulement, vous arriverez mieux à travailler, mais en plus ce sera nettement plus agréable au quotidien.

Commandement #9 du télétravail : Ton propre travail tu critiqueras

Quand on travaille d’un bureau, on peut facilement demander l’opinion de son collègue ou de son responsable sur tout et n’importe quoi. Quand on travaille de chez soi, on n’a peu de retour sur son travail. Il est nécessaire de développer un esprit critique intransigeant sur votre propre travail, par exemple en laissant passer une nuit sur un dossier ou un projet pour le reprendre le lendemain. Prenez le recul nécessaire pour analyser de façon objective votre propre travail. Quand vous avez un doute, demandez à quelqu’un qui connaît votre métier, de vous faire un retour objectif sur votre travail. Proposez-lui de faire de même pour lui en échange.

Commandement #10 du télétravail : Une vie personnelle tu garderas

9b52cf17158d48047be536955df07cedOn ne travaille pas en indépendant parce qu’on a envie de prendre des vacances tous les trois mois, ou alors on s’est trompé de métier… La réalité, c’est que quand on travaille de chez soi, on a vite tendance à travailler à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit, voire, tout simplement tout le temps. C’est tellement simple de passer devant son ordinateur après le dîner, de se dire « tiens je vais répondre vite fait à ce mail »… Résultat, de mail en aiguille, vous y êtes encore deux heures plus tard. Éteignez votre ordinateur quand votre journée est finie, ne le rallumez pas, ne l’emmenez pas dans votre chambre. Apprenez à séparer vie professionnelle et vie privée, c’est la clé du télétravail. Réservez-vous du temps pour voir vos proches, faire ce que vous aimez, sortir. Ce ne sera pas forcément pendant le week-end ou le soir, puisque vous êtes libres de travailler aux heures qui vous conviennent, mais dans tous les cas préservez-vous un minimum de temps libre.

Et hop ! Il ne vous reste plus qu’à vérifier sur votre profil Malt, qu’il est bien spécifié que vous travailliez de chez vous et vous êtes officiellement un pro du télétravail !

Pour avoir quelques conseils sur comment trouver et garder ses clients quand on travaille en freelance, c’est par ici !

Le Malt Cowork débarque à Toulouse !

Le Malt Cowork a décidé de dépasser les frontières de la capitale et s’est installé à Toulouse au Café Jean ! Situé place Jean-Jaurès, juste à côté de la station métro, il offre avec cette situation géographique et son cadre très sympa, un super endroit pour travailler quelques heures. Emmanuelle, notre Responsable Back Office habitant à Toulouse, fait elle aussi le tour des coworking et des coffice où travailler dans la ville rose. Elle nous raconte sa découverte du Café Jean !
Malt Cowork au Café Jean Toulouse

Pour mon rendez-vous avec une freelance d’Malt, cet endroit semblait le plus indiqué. Lorsque je suis arrivé, j’ai pu prendre mon café, mon journal et me poser à une table sur l’étage. J’ai commencé mes tâches quotidiennes au calme tranquillement avant de retrouver Magali.
J’ai pu échanger plus d’une heure avec la freelance sans déranger personne ! 
Je recommande vivement ce Café à nos freelances toulousains :) On peut y travailler tranquillement et sortir de la routine quotidienne du travail à la maison.
Café Jean Toulouse
Les grands plus de ce « coffice » :
– une prise électrique à côté de chaque table (pas de problème de rade de batterie comme ça !),
– une déco super sympa avec de grandes fenêtres qui offre un espace lumineux et spacieux pour travailler,
– une terrasse si l’envie nous prend de prendre le soleil du Sud-Ouest,
– des collations qui sont très bonnes,
– la possibilité de pouvoir se restaurer sur place le midi si l’on reste toute la journée ! 
Le seul et unique bémol :
– il est impossible de téléphoner ou de faire des conférences Skype (la musique même très basse et la configuration des lieux vous empêchent de pouvoir communiquer clairement avec vos interlocuteurs).
Je vais sûrement retourner travailler de temps à autre dans ce café, c’est devenu mon QG pour rencontrer les Malters Toulousains ! Le Malt Cowork sur Toulouse ça ne fait que commencer alors si vous êtes sur la ville rose et que vous fréquentez un espace de coworking que vous voulez nous faire découvrir, n’hésitez pas à inscrire à la Tournée Malt Cowork !

Je travaille de chez moi : est-ce que j’ai le droit de faire ma lessive entre deux réunions ?

J’ai résumé ci-dessous un article en anglais très intéressant de Jolie Miller, directrice du contenu de lynda.com sur le travail à distance.

Quand vous expliquez que vous travaillez de chez vous, on vous répond toujours soit « J’adorerais travailler de chez moi, je pourrais rester en pyjama toute la journée et me concentrer correctement » ou « je n’arriverais jamais à travailler de chez moi, je passerais mes journées à regarder la télé ou à faire ma lessive au lieu de travailler ».

Il existe beaucoup de clichés et de stéréotypes sur le travail à distance, notamment l’idée qu’on est moins productif quand on travaille de chez soi, mais difficile de savoir ce qu’il en est en réalité…

Tout le monde n’est pas fait pour travailler de la maison

Ce n’est pas forcément les meilleurs employés du bureau qui seront les plus efficaces à la maison.  Si votre motivation est issue des relations avec vos collègues, de la concurrence au sein de votre équipe ou si elle est générée par votre manager, mieux vaut rester au bureau. Si la source de votre motivation réside principalement dans la passion sincère que vous ressentez pour ce que vous faites, alors vous pourrez trouver la volonté et l’esprit d’initiative nécessaires pour un travail à distance efficace.

Il est recommandé de faire une première tentative de 2 à 3 jours, voire une semaine, avant de décider qu’on travaillera de chez soi. Estimez honnêtement la quantité de travail fournie chez vous par rapport à une journée au bureau, elle ne doit jamais être inférieure à une journée dans l’entreprise.

Votre champ de vision s’en trouve forcément réduit

Quand on travaille au bureau, on passe se voir, on se croise en réunion, on déjeune ensemble à la cantine ou on va prendre un café à la machine. Quand vous êtes chez vous, toutes ces interactions disparaissent, vous vous retrouvez seul, face à vous-même et vous avez beau être quelqu’un de passionnant, vous risquez de vous ennuyer… N’hésitez pas à appeler vos collègues ou à leur envoyer un message sur le chat, juste pour discuter. Envoyez des emails régulièrement à votre équipe pour partager ce que vous avez fait, demandez-leur des retours.  Ce n’est pas parce qu’on ne vous voit pas, qu’on doit vous oublier !

Travailler plus pour travailler moins

C’est le paradoxe de la lessive. Bien entendu que vous pouvez lancer votre machine avant votre réunion de 10h ou aller chercher votre fils à la sortie de l’école. Mais ce n’est valable que si vous êtes prêts à décrocher votre téléphone après 19h et toujours disponible en cas d’urgence. Ça marche dans les deux sens : vous avez le droit de faire du perso pendant votre temps de travail, si vous êtes prêt à faire du pro pendant votre temps personnel.

La clé, c’est l’équilibre : si vous avez pris une heure en milieu de journée pour aller chez le dentiste, récupérez-la le soir ou le jour d’après. Votre entreprise mérite que vous fassiez ce pour quoi vous êtes payé, a fortiori si elle vous fait confiance en ne vérifiant pas vos horaires au pointeur et en vous laissant travailler à distance.

Organisez-vous un vrai bureau chez vous

Si c’est possible dédiez un espace spécifique à votre travail. Pas une table dans le café du coin, ou celle de votre cuisine, mais un espace calme et professionnel. Si vous voulez être crédible, il est préférable qu’on n’entende pas vos enfants crier ou la serveuse prendre votre commande quand vous êtes en conférence téléphonique avec votre responsable. Sans compter qu’une pièce fermée pour travailler, vous permet de faire une vraie coupure entre votre vie personnelle et votre vie professionnelle et de ne pas consulter vos emails à chaque fois que vous passez devant la table de la salle-à-manger.

Créez le changement tout seul

Quand vous êtes chez vous, vous n’êtes pas déconcentrés dans votre travail. Personne ne passe à votre bureau pour vous demander où vous en êtes sur tel ou tel projet. Mais vous n’avez pas non plus l’occasion de croiser votre responsable dans le couloir et de lui proposer au cours d’une discussion informelle un changement dans l’organisation de l’équipe auquel vous venez de penser.

Faites des points réguliers sur vos relations dans l’entreprise : construisez-vous de nouvelles relations ?  Entretenez-vous bien vos relations avec vos collègues les plus proches ? Êtes-vous suffisamment connectés à votre équipe ? Recevez-vous suffisamment de feedback sur votre travail ?

Choisissez un métier que vous aimez

Aucune recommandation ne sera aussi efficace que celle-ci. Dans bien des cas, la motivation d’un employé vient des relations au sein de l’entreprise, la vie sociale qui découle de son travail etc. Si vous travaillez de chez vous, cette motivation disparait, personne n’ira vérifier si vous êtes sur Facebook toute la journée. Le seul moyen d’être vraiment motivé quand vous travaillez à distance, c’est d’aimer ce que vous faites au quotidien, de prendre des initiatives pour développer votre poste, de faire des propositions de projets qui vous plaisent, de construire et d’entretenir vos relations avec votre équipe, même à distance.

Lire l’article en entier et en VO

Juste pour rire : notre board Pinterest working from home