« J’ai toujours aimé entreprendre, même plus jeune, j’avais des tonnes de projets en tête »

Salut, tu fais quoi dans la vie ?

Salut!
Dans la vie je fais plein de trucs, mais ce que je fais surtout c’est profiter. Sinon, je suis designer graphique et photographe en freelance. Je fais beaucoup d’illustrations et dessins également. Et enfin je tiens un blog. C’était à l’origine un blog lifestyle et j’ai finalement choisi de tout recommencer pour en faire un site où je partage mon expérience d’auto-entrepreneur.

 

Comment tu es devenu freelance et pourquoi ?

Déjà à l’école, il était certain que je deviendrai freelance.
J’ai toujours aimé entreprendre, même plus jeune, j’avais des tonnes de projets en tête.
Malgré cette volonté, j’ai voulu me faire une idée du monde de l’entreprise, j’y ai d’ailleurs forgé mon expérience. Mais les horaires fixes, c’est vraiment pas mon truc.
Cela ne veut pas dire que je ne suis pas organisée dans mon travail, je me lève toujours à 7h30 le matin,
mais je laisse la place à des imprévus en journée, ainsi  je n’ai pas une semaine monotone.
C’est sûr, c’est vraiment cela qui me convient.

 

C’est quoi qui te plait le plus dans  ton métier et le fait d’être indépendant ? 

J’adore les contacts avec la clientèle.
J’aime découvrir leurs projets, les écouter, les orienter, les conseiller.
Il y a vraiment une notion de partage. C’est pour moi une chose primordiale de façon générale.
Aussi, évidemment, j’aime créer!
Voir l’évolution d’un projet entre le premier jet et les retours clients, c’est juste magique.
Le fait d’être indépendante me permet justement d’être en relation directe avec des personnes porteuses de projets.
Je peux aussi choisir si le brief me convient. Parfois, je préfère être honnête et réorienter la personne vers un autre freelance de mon réseau.
En entreprise, tu n’as pas cette liberté. Enfin pour ma part, je ne l’ai pas connue.

 

Un conseil pour les bébés freelances ? 

S’accrocher!
J’ai croisé beaucoup de personnes qui m’ont dit « mais t’es sûre de vouloir te lancer là-dedans », « c’est pas un peu trop tôt pour te lancer en auto-entrepreneur », « wah! Mais designer graphique tout le monde fait ça ».
Evidemment, ta famille entends ça, elle flippe. Il a fallu s’accrocher, il a fallu convaincre, mais c’est un bon exercice!
Et heureusement, tu as ceux qui te soutiennent à fond, c’est important de bien s’entourer.
Tu auras toujours des personnes qui ne voient pas l’entreprenariat d’un bon oeil. Ce n’est pas un statut sécurisant, il ne faut pas leur jeter la pierre, il en faut pour tout le monde.
Sache aussi que le début d’activité,  c’est lent… Du coup, c’est à ton tour de te demander si tu as fait le bon choix.
Mais finalement, la persévérance paie.
Mon père m’a toujours répété « quand on veut on peut ».
J’ai toujours appliqué cette phrase et j’ai toujours pu quand je le voulais. Pas plus compliqué!

 

Tu as des habitudes de travail inavouables ?

Heu, c’est inavouable.
Je ne dirai rien :) !
(En vérité je ne vois pas)

 

C’est quoi ta journée type ?

Réveil 7h30 – douche café croissant
J’allume mon mac à 8h30 pour faire un tour des blogs, des mails et des réseaux sociaux.
Ensuite, j’ai un planning pour la journée : quels projets vais-je traiter? Cela dépend du rétroplanning et de l’inspiration.
J’ai aussi des Rendez-vous. Mais l’ordre de tout ça est très variable (et heureusement!).
Fin de journée 18 / 19 heures… Parfois plus tôt, parfois plus tard. J’ai pas encore trop de limites de ce côté-là.
Dans tous les cas, c’est le moment où je raye les tâches effectuées dans la journée et où je reporte ou note les tâches à faire le lendemain.

 

C’est quoi ta devise ou ta citation favorite ? 

Quand on veut, on peut – of course!

Retrouvez Elodie sur Malt / Son blog / Facebook 

Antoine Gueutin, freelance sur Malt : « créatif, sérieux, adaptable… Responsive! »

Antoine freelance sur Malt est graphiste et webdesigner depuis plus de 10 ans. Quand on a vu la liste impressionnante de clients qui l’avaient recommandé, on a eu envie de faire un peu plus ample connaissance avec ce graphiste star…

 

Raconte-nous ta vie : comment tu es devenu freelance ?

En fait je travaillais dans une petite agence web, j’étais en CDI. Ça a duré un an, c’était très sympa et très formateur. J’étais le graphiste web designer en charge de tout ce qui rentrait dans la boite et je bossais en direct avec un chef de projet et un commercial. Malheureusement, avec la crise économique, je pense que les projets qu’on réalisait en interne n’étaient pas très lucratifs. On s’est alors fait racheter et là on m’a annoncé que la créa c’était fini !
Je demande alors ma démission, difficilement acceptée. Motivé, je refuse une belle offre pour faire cavalier seul en me lançant sur le marché du travail avec mon statut de freelance. Je l’avais déjà depuis quelques années par le biais de la Maison des Artistes.
C’était un défi que je m’étais lancé pour voir de quoi j’étais capable tout seul, en volant de mes propres ailes. Sans même demander mes allocations chômage ou ARCE, j’ai alors réalisé un site original, interactif et immersif basé sur un studio en 3D avec des travellings vidéo pour montrer le travail que j’avais jusqu’alors réalisé en agence, ainsi que d’autres travaux personnels (freelance). J’étais super motivé, super disponible, je ne comptais pas mes heures et ça a marché. J’ai eu beaucoup de projets par le biais des plateformes et par le bouche à oreilles et j’ai bien décollé.

 

 C’est quoi ton métier ?

À la base, c’est de réaliser des prestations graphiques de qualité pour des clients exigeants.
Enfin ça, c’est pour la meilleure partie. Après en amont il y a aussi le fait de devoir organiser le boulot technique (intégration & développement) pour certains projets plus complets (notamment lorsque je suis amené à réaliser un site complet et sur mesure). Et puis il faut aussi faire de la veille et un peu de compta. Ce qui est bien c’est qu’on touche à tout mais ça fait parfois beaucoup de choses en même temps.

 

Et alors, ça te plaît d’être freelance ?

Ça fait maintenant presque 10 ans que je travaille en freelance et suis plutôt épanoui. Au début c’était un défi/challenge que je m’étais donné. Aujourd’hui ça l’est toujours mais j’ai beaucoup appris et j’ai plus d’expérience. C’est dur de gérer par moment, mais le jeu en vaut la chandelle. Je gère mon temps et ma liberté, enfin du mieux que je peux.

 

Tu te vois freelance sur le long terme ?

Oui absolument, en tout cas j’en ai envie. Le fait de ne pas avoir de patron et le fait de pouvoir gérer mon temps est quelque chose d’énorme. Après il faut savoir gérer les hauts et les bas. Tant en matière de finance / trésorerie mais aussi au niveau du moral. C’est pas facile de passer d’une période où on a beaucoup de travail d’un coup à une période de creux / crise.

 

C’est quoi tes manies quand tu bosses ? 

J’aime être bien installé dans mon bureau, mon chat sur le canapé quand il ne vient pas sur mon clavier et écouter ma musique (10h par jour, j’en écoute des groupes). Concrètement, je travaille sur 2 écrans, j’ai toujours une vingtaine d’onglets épinglés et travaille la majeure partie de mon temps sur Photoshop & Illustrator à réaliser des identités/chartes graphiques pour de nouveaux sites web. Flash pour des animations et bannières pub (mais moins qu’avant lorsque je réalisais des sites full-flash (merci Steve Job qui a emmené Flash dans sa tombe), In Design pour le print, Dreamweaver pour l’intégration web lorsque je la fais, Mailchimp pour les newsletters et After FX de temps en temps pour des animations particulières.

 

Ta journée type elle se passe comment ?

Au bord de la mer sous un grand soleil avec mon PC et ma souris en main ! Non je plaisante ce serait génial mais c’est pas très réaliste. Je commence ma journée après avoir déposé ma fille de 2 ans chez sa nounou au bout de la rue. Une cigarette et un café et c’est parti, j’attaque par mes mails et regarde ce que je me suis imposé comme travail à faire la veille. J’organise mon desktop de manière à avoir en visu direct les raccourcis des projets/clients en cours et les raccourcis des projets/clients à suivre. J’ai une certaine corrélation entre mes mails et mon organisation de bureau (sinon c’est pas possible). Le travail en freelance demande une rigueur et une organisation impeccable pour ne pas perdre de temps.

 

Qu’est-ce que tu aimes chez Malt ?

C’est simple, direct et efficace. L’équipe est jeune et sympa et le système de la plateforme bien fichu. Malt me permet d’avoir une visibilité sur leur plateforme pour que des nouveaux clients me proposent des nouveaux projets intéressants. Je réponds à leur mise en relation et entre en contact avec le client. Si je corresponds, on travaille ensemble. Je reverse alors 10% à Malt sur ce que j’ai gagné.

 

C’est quoi ta devise ?

Créatif, sérieux, organisé, rapide, adaptable. En un mot ‘responsive’.

 

Le mot de la fin ?

Si vous avez envie de travailler en freelance, lancez-vous. Mais attention on est déjà beaucoup sur le marché et c’est pas évident. On croit jouir d’une liberté et c’est ce qui attire beaucoup mais on est bien vite rattrapé par la gestion, les aléas du marché et le fait de toujours devoir aller chercher d’autres projets. Pour ma part je continue de me battre et de rester le plus compétitif, tout en restant le plus qualitatif.

« Le bonheur est la clé du succès » rencontrez Marion, freelance sur Malt

Marion est graphiste, webdesigner et intégrateur sur Malt et elle a très gentiment accepté de répondre à nos quelques questions :

Hello Marion, raconte-nous ta vie : comment tu es devenue freelance ?

Je dois un peu ma situation de freelance au hasard ! À la sortie de mes études j’ai été contactée par un développeur pour travailler sur un projet de site web. Et hop, me voilà installée à l’incubateur EM Lyon pour 5 mois, entourée d’entrepreneurs… Difficile ensuite d’envisager un retour en agence en tant que salariée ! Encouragée et soutenue par mon entourage, je me suis lancée !

Et alors, ça t’a plu ?

Oui beaucoup ! Le fait d’être freelance me pousse à me perfectionner, à évoluer, et ne pas me reposer sur mes acquis. C’est un travail de longue haleine mais qui finit par payer lorsque l’on a gagné la confiance de ses clients.

Qu’est-ce que tu préfères dans le fait d’être freelance ?

La liberté, être libre de ses horaires, de gérer son temps comme on le sent. J’aime aussi la relation de confiance que j’établis avec mes clients, le contact est plus facile. Chaque projet qu’on me confie me tient à coeur et je donne le meilleur de moi-même car la satisfaction du client est vraiment gratifiante.

Qu’est-ce qui t’embête ?

Étant donné que je travaille chez moi, ce qui m’embête parfois c’est de ne pas avoir de coupure après la journée de travail, souvent je ne sais pas m’arrêter et me dire “ça attendra demain”.

Tu te vois freelance sur le long terme ?

Oui bien sûr, d’un point de vue professionnel et personnel la vie de freelance est idéale pour moi et j’espère ne jamais être contrainte à changer.

C’est quoi tes manies quand tu bosses ?

Le matin je ne commence jamais à travailler sans une bonne tasse de café bien chaud, et un tri dans mon Trello ! Depuis peu, je m’impose un petit break de 10 min toutes les 2 heures, ça m’aide à avoir les idées claires.

Ta journée type elle se passe comment ?

Je me lève vers 8h, me prépare et sors mon chien. Je me fais un café, consulte mes mails, fais le point sur ce que je dois faire dans la journée et commence ma journée de travail. Je m’impose des horaires fixes pour la pause de midi etc…c’est bien d’avoir des repères.

Qu’est-ce que tu aimes chez Malt ?

J’aime le concept même de Malt, le fait de pouvoir se valoriser en tant que freelance grâce aux recommandations et de ce fait, les clients partent confiants. J’apprécie grandement le fait que Malt sécurise la contractualisation et la rémunération, je sais que je peux travailler sereinement.

C’est quoi ta devise ?

Le succès n’est pas la clé du bonheur. Le bonheur est la clé du succès. Si vous aimez ce que vous faites vous réussirez.  » Albert Schweitzer

Pour moi c’est primordial d’aimer son travail, on y consacre tellement de temps !

Le mot de la fin ?

Tout simplement merci à Malt pour son travail et sa disponibilité ;)