« Être freelance est pour moi un très bon moyen de développer et de tester des idées »

Après avoir débarqué sur la plateforme en tant que client, Selim est devenu freelance référenceur, expert en Analytics sur Malt.  Pour lui être freelance est une façon de travailler et de pouvoir tester des business model sur Internet, alors on a voulu discuter un peu plus de ça avec lui !

Bonjour Selim, comment es-tu devenu freelance ?

J’ai fait un double Master, en sciences politiques puis en tourisme et dans le cadre de ce dernier, j’ai fait un stage de pré-embauche qui s’est transformé en contrat. Dès le début j’ai eu cette double casquette salarié-freelance puisque je me suis mis à mon compte. J’avais cette ambition d’être soit chef d’entreprise soit freelance dès le départ. Je suis maintenant totalement freelance depuis 4 ans.

Peux-tu nous expliquer ton métier ?

Je suis référenceur, expert en Analytics et formateur. J’interviens dans plusieurs écoles (Sup Internet, Université Paul Léonard de Vinci et une école centrée sur le luxe et la mode à Paris) et j’accompagne des PME ainsi que des Grands Comptes dans leur stratégie de référencement et d’analyse de traffic sur Internet. Je travaille donc énormément avec les outils de Google par exemple.

Qu’est-ce que tu préfères dans le fait d’être freelance ?

La première chose, c’est pouvoir travailler à mon rythme. Ensuite, le fait de ne pas avoir de supérieur dans ma relation avec le client final, la relation est directe. Faire ses propre choix qui incluent des erreurs mais du coup apprendre très rapidement de celles-ci pour se relever. Assumer ses réussites et plus simplement, ce sentiment de liberté. J’ai aussi l’impression d’apprendre beaucoup plus vite depuis que je suis freelance.

Si j’ai envie d’aller faire un tennis, je vais jouer au tennis, si je veux travailler le soir et bien je travaille le soir, si je veux travailler le week-end, je travaille le week-end, etc.

Tu parlais de ton sentiment d’apprendre plus vite depuis que tu es freelance, que veux-tu dire par là ?

Je suis tous le temps en veille du marché. Je suis passionné parce que je fais alors je n’ai pas vraiment l’impression de travailler donc quand je lis des articles en rapport avec le référencement ou l’analyse de traffic, cela me vient très naturellement.

Qu’est-ce qui te gêne le plus dans ce statut de freelance ?

Sûrement la partie administrative qui est très loin de mon métier. Etant autoentrepreneur, je ne suis pas non plus chargé de ce côté-là mais moins j’ai à en faire et mieux je me porte. Je peux citer aussi les impayés quand il faut courir après l’argent parce que le client ne tient pas sa promesse, parce que l’entreprise est en faillite, etc. La solitude peut aussi peser parfois même si je vois mes clients et mes amis, on est très loin de la vie salariale où on côtoie au quotidien ses collègues.

Est-ce que tu travailles dans des espaces de coworking parfois ?

Non même si je pourrais très bien le faire. En fait j’en éprouve le besoin périodiquement quand je me sens seul pendant une semaine et puis la semaine suivante sera tellement occupée par des rendez-vous que je ne vais plus y penser. Ce n’est pas un problème qui dure assez longtemps pour que je me penche plus sur la question.

Est-ce que tu te vois freelance sur le long-terme ?

Non, pas vraiment. J’ai beaucoup de projets de création de sites avec différents business models et être freelance me permet cela. J’essaye beaucoup de choses différentes qui échouent assez souvent et puis parfois, il y’a une idée qui cartonne. Je veux être freelance pour encore quelques mois ou quelques années pour me permettre de tenter des choses en parallèle. Et si un jour une de ces idées devient une réussite, je créerai une société autour et j’abandonnerai ma vie de freelance.

Être freelance est donc pour moi un très bon moyen de développer et de tester des idées, j’ai fait quelques découvertes prometteuses pour le futur sur des marchés. Grâce à mon statut de freelance, j’ai le temps d’avoir cette activité annexe, chose que ne me permettrait pas autant le salariat.

Peux-tu nous parler de ta journée type ?

Je me lève à 8h30 environ pour commencer ma journée à 10h. Ma matinée dure 1h30-2h jusqu’à 12h même si je vais jouer au tennis 2-3 fois par semaine le matin donc je ne travaille pas dans ce cas. L’après-midi est consacrée aux rendez-vous clients ou à la suite du travail commencé dans la matinée et je travaille aussi souvent de 21h à 22h30. J’ai besoin d’avoir cette journée fractionnée parce que ça me va beaucoup mieux, que j’ai un métier créatif et que les idées me viennent un peu à n’importe quel moment parce que je pense quasiment toujours au travail.

Depuis combien de temps es-tu sur Malt ? Comment es-tu arrivé sur la plateforme ?

J’y suis depuis quelques mois maintenant et j’ai en fait la double casquette. Je cherchais un freelance à l’époque pour un projet Symfony 2 que j’ai trouvé via la plateforme et la réussite de cette recherche m’a donné envie de m’inscrire cette fois-ci en tant que freelance.

Est-ce que tu as une devise dans ton travail ?

« Qui ne sait rien, de rien ne doute » serait la citation que j’aime le plus.

Le mot de la fin est pour toi !

Pour tous les chefs d’entreprises en recherche d’experts ou formateurs en référencement ainsi qu’en Analytics qui est un sujet très intéressant et au cœur de beaucoup de métiers, n’hésitez-pas à me contacter.

Retrouvez le profil Malt de Selim !

Accéder à la formation quand on est freelance

En 2015 il est impensable pour un professionnel de ne pas se former à de nouvelles techniques ou de nouveaux outils. Les freelances ne sont pas exclus du circuit de formation, bien au contraire, mais le freelance n’ayant pas accès aux formations dispensées aux salariés dans les entreprises, il doit lui même s’organiser pour apprendre et progresser dans son métier et pour conserver son statut d’expert.

Ça vous tente un petit tour de ce à quoi vous avez le droit ? Suivez-nous !

Tout d’abord, en tant que freelance et donc travailleur indépendant, vous êtes liés à l’AGEFICE (retrouvez toutes les infos et les contacts ici : http://www.agefice.fr/), cet organisme est donc votre seul et unique interlocuteur lorsque vous ressentez le besoin d’une formation au sein de votre activité de freelance. Au moins, pas besoin de dialoguer avec plusieurs interlocuteurs, c’est beaucoup plus simple pour tout le monde.

Afin de pouvoir bénéficier de vos droits de formation, il faut être à jour dans votre Contribution à la Formation Professionnelle (CFP), c’est obligatoire pour bénéficier du financement des actions de formations. Rappelons que la CFP est tenu d’être versée en  février dès lors que vous justifiez d’un chiffre d’affaire de 4 670€ et qu’elle représente 0,2% de CA annuel. Pensez à mettre ce montant de côté.

En général, il vous faudra avancer ces frais de formations puisque les organismes ne remboursent que sur la présence des justificatifs suivants :

  • attestation de présence à la formation (signée par le formateur ou l’organisme de formation)
  • facture de l’organisme de formation portant la mention « acquittée »

On vous conseille donc de vous renseigner sur les critères de prise en charge de votre FAF (Fond d’Assurance Formation) avant de vous engager dans une formation. Dans certains cas, vous devez avancer des sommes importantes sans savoir à quel moment vous obtiendrez votre remboursement, c’est toujours embêtant pour votre trésorerie.

Ne vous y prenez pas à la dernière minute puisqu’en général, il faut de 4 à 8 semaines à l’organisme auquel vous êtes lié pour délivrer une réponse.

Se former est très important, en tant que freelance vous avez le droit à ces formations alors n’hésitez-pas à les utiliser pour vous perfectionner dans votre domaine d’expertise ou en découvrir un autre. Vous allez améliorer vos compétences et l’attractivité de votre profil.

Le programme des hop-ateliers 2014

Parce que vous nous l’avez demandé, voici le programme des hop-ateliers jusqu’à la fin de l’année. L’idée des hop-ateliers,  c’est quoi exactement ? D’organiser des ateliers sur des sujets qui vous intéressent, présentés par un freelance, pour des freelances, à des prix abordables, puisque quand on est freelance, on n’a pas toujours les moyens de se payer les formations tarifées pour les entreprises du CAC 40 !

Les 18/11 et 19/11 : L’Atelier Mongodb avec Hugo Lassiège, CTO et co-fondateur d’Malt

Atelier de 2 jours, 600€ HT pour les freelances Malt, au lieu de 990€HT

[hr gap= » »]

Le 19/11 à 19h : L’Atelier mes premiers pas en freelances avec Aurelia Courtot

(créer ses devis, gérer sa facturation, trouver ses clients, entretenir et développer son réseau…)
Atelier de 2h, 29€ TTC

[hr gap= » »]

Le 25/11 de 9h30 à 18h : L’Atelier Docker avec David Gageot

Atelier 1 journée, 325€ HT pour les freelances Malt au lieu de 492€ HT. 

[hr gap= » »]

Le 2/12 de 10h à 18h  : L’ Atelier Apache-Spark avec Olivier Girardot

Atelier 1 journée, 390€ HT au lieu de 990€ HT.

[hr gap= » »]

Le 9/12 de 10h à 18h : L’Atelier Elastic Search avec Olivier Girardot

Atelier 1 journée, 390€ HT au lieu de 990€ HT.

[hr gap= » »]

Le 15/12 de 19h à 21h : L’Atelier Intro du SEO, quelques conseils pratiques pour améliorer le référencement de votre site Internet

Atelier de 2h à 19€

[hr gap= » »]

Le 17/12 de 19h à 21h : L’Atelier sécurité juridique d’un site Internet Professionnel 

Atelier de 1h30 à 15€ TTC. 

 

Si vous avez des questions sur le contenu de ces formations, ou si vous souhaitez vous inscrire, n’hésitez pas à nous contacter. Vous pouvez aussi proposer des ateliers, si vous êtes expert d’un sujet.

Une seconde formation Docker pour la rentrée !

Pendant vos vacances, on prépare la rentrée chez Malt ! On vous a organisé quelques ateliers intéressants pour démarrer le dernier trimestre sur les chapeaux de roue. Inscrivez-vous vite, car pour préserver l’efficacité de l’atelier, le nombre de places et limité à une dizaine de personnes  à chaque fois !

Screen Shot 2014-08-01 at 12.14.28Suite au succès de l’atelier Docker de Juillet avec David Gageot, on remet ça le 7 octobre !

Docker est en passe de devenir LA technologie incontournable de containerisation.
Vous déployez des applications sur votre propre infrastructure ou dans le cloud ?
Vous souhaitez reproduire votre infrastructure de production pour des tests manuels ou automatisés ?
Vous voulez découper vos applications en micro-services ?
Docker peut vous aider !

Venez découvrir Docker expliqué par un développeur pour des développeurs, à travers un soupçon de théorie, mais surtout des démonstrations et des Travaux Pratiques.

[btn type= »default or primary or success or info or warning or danger or link » link= »http://malt-event.strikingly.com/#inscription »]Je m’inscris ![/btn]

 

Malt lance les hop-ateliers ! Docker expliqué aux freelances par un freelance

image

Malt lance son premier hop-atelier animé par un freelance pour les freelances, avec David Gageot aux commandes de cette première édition pour présenter Docker aux développeurs freelances… 

L’atelier Docker ça sert à quoi ?

Docker est en passe de devenir LA technologie de containerisation.

Vous déployez des applications sur votre propre infrastructure ou dans le cloud ?

Vous souhaitez reproduire votre infrastructure de production pour des tests manuels ou automatisés ?

Vous voulez découper vos applications en micro-services ? 

 Docker peut vous aider !

Venez découvrir Docker expliqué par un développeur pour des développeurs, à travers un soupçon de théorie, mais surtout des démonstrations et des Travaux Pratiques. 

Si vous êtes intéressés par cette formation vous savez ce qu’il vous reste à faire ;)

image

Entreprenez avec KOUDETAT !

Malters, Malteuses,

Lors de nos apéros freelances, nous avons remarqué que certains d’entre vous ont envie de se lancer dans l’aventure start-up en parallèle de leur activité principale de freelance. Seulement, se lancer dans ce type d’aventure sans en connaître les grands principes peut être difficile.

C’est là qu’intervient  KOUDETAT !

image

L’accélérateur The Family, que même la Silicon Valley nous envie, vient de lancer le programme de formation Koudetat pour former les Zuckerberg de demain.

Vous y retrouverez les fondateurs de The Family, Alice Zagury, Oussama Ammar et Nicolas Colin, anciens de l’incubateur Parisien Le Camping, ainsi que des intervenants de qualité qui vous formeront sur des bases théoriques mais aussi des exercices pratiques. Oubliez ce que vous avez appris (ou pas) à l’école, repartez de zéro, tout le monde peut devenir un entrepreneur de génie avec ce programme ! Zéro Pipo garantie.

Comment participer au cours ?
Rien de plus simple. Il vous suffit d’être motivé, plein de volonté et surtout de très bonne humeur !

3 options s’offrent ainsi à vous :
(1) KouàKou :Coût: 600 euros à chaque début de mois, sans engagement car à tout moment vous pouvez décider d’arrêter de suivre les cours, sans justification.
(2) Toutdunkou : Coût: 2 500 euros réglés à l’inscription par carte bancaire, virement ou par chèque, (soit 500 euros par mois).
(3) Kounnecté : C’est la formule à distance et sans engagement. Les cours sont accessibles en livestream ou en podcast. Les ateliers ne sont pas concernés. Il faudra venir une fois sur place pour valider l’examen par contre :) 

Et comme The Family aime Malt, et que on aime The Family (parce que ils sont vraiment excellents), ils nous ont proposé de faire profiter aux freelances Malt d’une remise de 10% sur TOUTES LES OFFRES en utilisant ce lien d’inscription : http://thefamily.co/Malt/

La fin du programme est sanctionné par un examen. Pas de pression ! Il s’agit de convaincre un jury de votre projet pour avoir accès au contact des Alumni de KOUDETAT.
Vous pourrez ainsi vous forger un réseau et lancer votre projet :)

Pour voir à quoi vous allez avoir droit en faisant partie du programme Koudetat, voici une vidéo exemple avec l’excellent Oussama, votre futur prof !

[youtube http://www.youtube.com/watch?v=JcdU1T889qc?list=PL_e3KIBwbAbXmii9AS2w-8DDt6_m2p1nQ]