Jérôme Clament-Sanz, développeur freelance Android, Expert en Kotlin

Freelance depuis dix ans, Jérôme a participé au projet AirCobot chez Airbus (recherche et développement d’un robot mobile collaboratif capable d’inspecter un avion durant les opérations de maintenance) . Il a travaillé pour divers projets d’applications sociales destinées aux seniors ou autistes, et réalisé une application mobile hybride pour Techno+, l’association qui promeut la culture techno. Sans compter son passage dans le monde du paiement mobile, chez Lydia et Payname, ou dans le monde du running gamifié chez SquadRunner.

Continuer la lecture de « Jérôme Clament-Sanz, développeur freelance Android, Expert en Kotlin »

Paroles de freelance : Alexandre Rodriguez, développeur JS et PHP

Alexandre, Star Malter, développeur freelance depuis 5 ans sur Malt. II intervient en régie sur des missions en moyenne de 3 à 6 mois, en JS & PHP. Ayant déjà effectué 99 missions sur Malt, il a travaillé sur des missions très diverses pour PopChef, Leboncoin ou encore Voodoo… Focus sur ses missions et son parcours ?

Continuer la lecture de « Paroles de freelance : Alexandre Rodriguez, développeur JS et PHP »

[Découverte] Dans les coulisses du dernier Meetup Paris Android User Group

 Le PAUG, Paris User Android Group, entraîné par Stéphane Guerin, regroupe une communauté de développeurs Android passionnés, se retrouvant régulièrement pour échanger, partager, networker. Retour sur notre expérience Paugienne de mercredi dernier où Malt était sponsor !

img_2743

Nous retrouvons une quarantaine de développeurs Android, pour une soirée animée de plusieurs interventions. Au programme:

  • Edouard Marquez, présente les nouvelles fonctionnalités liées à la toute dernière version d’Android 7.1.

Après les talks, place à l’apéro !

Nous avons la chance de discuter avec des développeurs de tous les horizons : Blablacar, Stootie, CTO, freelances, étudiants en fin d’études… Une soirée riche en échanges à laquelle nous avons même pu reconnaître quelques MaltersStéphane , Johan & Tahina !

img_2746

Pour en savoir plus ou participer au prochain PAUG, c’est par ici!

© photos Pierre Mériaux & Rémi Blaza

Interview de Xavier, développeur freelance sur Malt

Salut Xavier, raconte-nous ta eie, tu étais en CDI avant ?

Oui. J’ai été salarié 8 ans en tant que développeur d’applications. J’ai eu deux principaux employeurs, une banque et un éditeur de logiciels surtout avec le langage de programmation Java.

Je suis un développeur full-stack, c’est-à-dire que je travaille aussi bien sur le développement back-end (serveur, base de données) que sur la partie front-end (interfaces utilisateur). Je développe également des applications mobiles.

J’utilise les technologies AngularJS, Play Scala, RubyOnRails ou NodeJS en fonction du contexte et des fonctionnalités du projet.

Je suis spécialisé sur le framework web AngularJS. D’ailleurs, j’utilise Ionic Framework qui se base sur AngularJS pour faire des applications mobiles hybrides.

Comment et pourquoi es-tu devenu freelance ?

Je suis devenu freelance par choix ! D’abord par l’intermédiaire d’une couveuse d’entreprise pour faire un essai de 1 an. C’est un moyen excellent pour m’assurer de ma capacité à faire du business. J’ai écrit un article sur le sujet : se lancer en freelance en sécurité dans une couveuse !

J’ai choisi de devenir freelance, car je suis un passionné du développement, j’aime choisir les technologies qui sont les mieux adaptées aux besoins et aux projets de mes clients.

C’était difficile pour moi, en tant qu’employé, d’être obligé d’utiliser des technologies qui ne correspondaient pas vraiment au besoin des projets. Aujourd’hui, je suis libre pour conseiller mes clients sur les technologies à utiliser pour un besoin spécifique.

J’aime aussi que mes clients profitent de mes conseils basés sur mon expérience de plus de 9 ans dans le développement. Je suis persuadé que la plus-value d’un freelance est son aptitude à donner des conseils à ses clients. Le domaine du développement d’application web et mobile a vraiment besoin d’expertise comme la mienne.

De plus, être freelance me permet d’avoir le plaisir de m’associer à un ami, Jonathan Path, le fondateur de FreelanceBoost, pour l’aider à développer cet extraordinaire concept de conseils auprès d’autres freelances.

Et sinon tu as mangé quoi au petit-dej ce matin ?

Un café et un morceau de brioche préparée par ma fabuleuse femme, un vrai régal !

Je me suis aussi nourri de ma veille technique quotidienne. Je suis attentif aux évolutions des technologies dans le domaine des applications. C’est important pour moi de connaitre les tendances, les modes et de reconnaitre dans ces informations techniques, celles que je pourrai utiliser dans un de mes projets client ou de mes side-projects !

Dans ta vie de freelance, tu aimes quoi particulièrement ?

J’aime la liberté que mon statut me procure. L’endroit d’où je code, qu’il s’agisse d’un bureau, un open-space, chez moi, en voyage, dans la nature, au bord de la mer ou ailleurs, ne dépends que de moi.

J’aime pouvoir choisir la technologie qui répond au mieux au besoin. Je suis un développeur polyglotte. Je code avec beaucoup de langages : Scala, Ruby, Python, JavaScript, CoffeeScript, etc.

T’as des habitudes de travail inavouables ?

Oui ! Il m’arrive de travailler debout en écoutant de la musique. J’ai par moment du mal à freiner mon enthousiasme sur certains morceaux de musique en pleine écriture de code !

Heureusement, je travaille souvent de chez moi, dans mon bureau, donc je ne dérange pas grand monde avec ces pratiques quelque peu bruyantes !

C’est quoi ta citation préférée ?

« Tout ressemble à un clou pour qui ne possède qu’un marteau. »
— Abraham Maslow

Découvrez le profil de Xavier, vous pouvez aussi le suivre sur twitter : @xcapetir ou découvrir son site.

Code & Surf : 2 semaines de formation et de perfectionnement au code et… au surf

Malt est partenaire de Code & Surf, une formation de deux semaines pour les novices et les pro organisée par Le Wagon. L’objectif de ces 2 semaines est de vous perfectionner au développement web full-stack sur Ruby on Rails.

Le surfcamp débute le 8 septembre prochain à Soustons, pour 2 semaines de folie. Ça se passe dans une Surf Guest House privatisée, all-inclusive : hébergement, nourriture, matos, cours de surf et de code. 

Et comme Malt est partenaire, bonne nouvelle ! Si vous êtes un freelance Malt, vous bénéficiez de 10% de réduction avec le code promo HOPWORK

Screen Shot 2014-08-06 at 17.50.49

 

 

« C’est plutôt sympa d’être son propre patron ! » – Guillaume Bitaudeau, Malter de la semaine

image

« Être freelance c’est un choix délibéré, que les entreprises ne comprennent pas encore complètement » Bien que très sollicité pour des CDI, notre ami Malter Guillaume a décidé depuis 8 mois déjà de se mettre à son compte. Il est épanoui comme ça et ne changerait pour rien au monde son statut professionnel. Avec déjà 2 applications iOS à son actif, Starify & A qui l’tour, Guillaume jongle entre missions freelances, projets professionnels et vie de famille. “Créer des applis, faire naître des projets que l’on a imaginés, travailler sur les projets que l’on a choisis c’est très enrichissant ! Être freelance apporte aussi l’avantage non négligeable de pouvoir concilier sa vie de famille et son travail.”

Malt a aidé Guillaume lorsqu’il s’est lancé à gagner en visibilité, il n’hésite pas à partager son profil Malt dans son réseau pour trouver des missions et se vendre auprès de clients potentiels. Ce qu’il apprécie surtout chez Malt c’est le suivi administratif, l’outil de facturation en ligne puisqu’il nous avoue que comme certains d’entre vous le seul point noir du freelancing c’est la paperasse ;) D’autre part il est ravi d’être informé en temps réel par SMS et email des messages qu’il reçoit sur Malt, impossible de louper une mission avec ce système !

Découvrez Starify et Aquil’tour créées par notre Hopfriend.

Si vous voulez savoir à quelle star des tapis rouges vous ressemblez, ou si ne vous n’arrivez pas à vous décider pour savoir qui fera la vaisselle ce soir, ou qui paye l’apéro, ce sont les applications qu’il vous faut :)

P.S : Les M&M’s d’Malt ont été starifiées et nous ressemblons à Cate Blanchett :) Et vous ? 

Hop…des places pour la Takeoff 2014 de Lille !

Bonjour à toute la communauté Malt !

Vous connaissez Take Off ? C’est l’événement développeurs sur Lille qu’il ne faut pas rater en ce mois de janvier. En plus il est organisé par un freelance Malteur, Robin.

Et comme l’entrée est à 300€ et que Malt est généreux, on vous fait gagner aujourd’hui des places pour la Takeoff 2014 de Lille.

Il vous suffit d’être parmi les 5 premiers à laisser un commentaire à la suite de cet article, et nous vous enverrons un coupon de réduction pour obtenir votre billet.

image

La Take Off , c´est deux jours de conférences avec des experts, 250 personnes ( ou passionnés :) ) présentes et surtout l´événement à ne pas rater pour toute la communauté de développeurs et webdesigners.
Pour découvrir le programme, c´est par ici…

5 minutes avec Tom, développeur/intégrateur freelance

La communauté Malt ne cesse de s’agrandir et nous souhaitons à tout prix vous faire partager la diversité de ses profils.Aujourd’hui, c’est donc Tom, développeur/intégrateur freelance, spécialiste du télétravail, qui accepte de répondre à toutes nos questions !

image

– Comment as-tu connu Malt ?

Très simplement en voyant passer des tweets pas très longtemps après la création d’malt. Comme c’est sans abonnement et sans contrainte, je me suis créé un compte en me disant que je verrai bien si quelque chose en sort ou non. Un peu de visibilité ne fait jamais de mal.

– Tu en es à ta troisième mission via Malt, certaines en télétravail, d’autres où tu te déplaces sur Paris. Comment cela s’est passé ?

En fait, pour l’instant toutes les missions ont été en télétravail. Des déplacement sur Paris sont en discussion pour bientôt mais je peux faire l’aller retour facilement et assez économiquement.
Ces premières missions se sont très bien passées. Missions courtes (2 jours en moyenne) qui démarrent très rapidement, idéal pour remplir le planning et diversifier le travail. D’autres missions plus longues sont en discussion.

– Qu’est-ce que tu apprécies le plus avec Malt ?

Je dirais que c’est de travailler avec des professionnels du web qui sont pointus dans leur domaine et exigeants. J’apprends beaucoup. Sinon, les autres avantages sont surtout le suivi de l’équipe malt, j’avoue que j’ai été surpris par le premier coup de fil de Vincent (fondateur d’Malt) pour discuter des opportunités et de comment améliorer le site. Et de façon plus terre à terre, malt m’a apporté des clients. Des clients assez importants qui ne m’auraient jamais trouvé sans passer par cette plateforme.

– Le télétravail ne semble d’ailleurs pas être une contrainte pour toi, tu nous expliques pourquoi ?

J’apprécie vraiment cette liberté. Le télétravail n’est pas une contrainte pour la plus part des professionnels du numérique. Les outils sont nombreux et fonctionnent bien. En presque 3 ans de freelance, j’ai toujours travaillé de chez moi. Pour la petite histoire, je travaille depuis plus de 2 ans avec une agence près de Lyon et je les rencontrerai pour la première fois début novembre car je donnerai une petite formation WordPress à un client. Je testerai peu être le coworking mais pour l’instant j’aime assez bien voir mon quartier se vider tous les matins et être au calme dans un environnement que l’on a choisi.
L’autre avantage (qui est aussi un inconvénient) est que mon bureau est partout et nul part. L’an dernier je rejoignais très régulièrement mon amie à Rome et travaillais de là-bas. En contre partie, mon bureau est avec moi 24/7 et parfois difficile à déconnecter.

– Tu nous parles de ton métier de développeur/intégrateur ?

C’est un peu être entre le marteau et l’enclume mais moins violent. Plus sérieusement, je conçois ce métier comme une passerelle entre les idées et le concret. Un peu comme un maçon du web. Il faut maîtriser plusieurs langages : celui du graphiste et celui des machines. C’est assez naturellement que cette voie m’a attiré, je m’intéresse autant à l’art qu’à la technique et les vraies réussites sont quand les 2 domaines se retrouvent. Après, c’est aussi les challenges permanents et la vitesse d’évolution incroyable du web qui me permettent de ne pas m’ennuyer. Personne n’arrivera à être réellement un expert car le temps d’ajouter le titre sur les cartes de visites, quelque chose de nouveau sera apparu.

– Pourquoi as-tu décidé de devenir Freelance ?

Je suis presque autodidacte même si j’ai toujours travaillé dans l’informatique. J’arrive de la branche la plus éloignée (et mal aimée ?) de l’informatique : celle qui est industrielle. Après 5 ans à coder en C pour des bancs d’essai j’ai pu prendre un virage très serré vers le monde des ERP et des bases de données Oracle. Là aussi il m’a fallut presque 5 ans pour me rendre compte que je voulais quelque chose d’autre. J’ai eu la chance de connaitre l’avant Internet et de grandir en même temps que lui. Le web me passionnait depuis ses débuts et c’était un loisir. J’avais aussi envie d’entreprendre, d’avoir le choix de travailler 70 heures par semaine ou de faire des week-ends de 5 jours. D’ailleurs les agences web refusaient obstinément de m’embaucher sans doute à cause du manque d’expérience. L’occasion s’est présentée et je savais que c’était maintenant ou jamais.
Au final c’est aussi la liberté qui m’a motivé. Les horaires de bureau sont trop contraignants si la vie n’est pas monotone. Ce n’est pas une horloge qui doit rythmer le travail mais plutôt le travail qui donne la cadence.

– Une manie de freelance ou de développeur peut -être ?

Clique droit puis afficher le code ? Mais sinon je suis à peu près normal. Je prétends détester les graphistes mais au fond, je pense comme eux :)

– Pour terminer, un petit mot pour la communauté Malt ?

J’ai le sentiment que nous sommes en train de créer une communauté de qualité. Les clients comme les prestataires ont l’air d’être des gens sérieux qui aiment ce qu’ils font et le font bien. Continuez comme ça !

Merci beaucoup Tom !

Retrouvez Tom et son profil sur www.malt.com : http://www.malt.com/profile/51b2f0132a07e9483ddede18

Et si vous souhaitez être mis à la une dans l’interview freelance Malt vous pouvez contacter Emmanuelle (emmanuelle (@) malt (point) com). A bientôt !

L’interview Malt avec Carl, développeur Linux Debian freelance

On continue notre rubrique avec Carl, développeur Linux Debian freelance Malt qui a une très belle et juste vision de la relation client/prestataire et de l’apport du statut du freelance dans cette dernière !

image

Tu nous parles de ton métier?

Je conçois et réalise l’architecture de systèmes informatiques à base
de logiciels libres et opensource, étant un spécialiste reconnu du
domaine. Concrètement je mets en place des serveurs qui font tourner un système d’exploitation à base de Linux (Debian et Red Hat par exemple) et installe dessus tout le nécessaire en terme de programmes pour faire tourner les services qui sont délivrés aux clients.

Les besoins ne sont pas les mêmes pour le site d’une PME, pour une startup qui grandit rapidement ou pour un énorme groupe international. Je suis là pour aider à définir ces besoins, dimensionner correctement l’infrastructure et réaliser le tout en respectant les délais et le budget.

Pourquoi en freelance ? Depuis quand ?

Être freelance me permet de parler directement avec le client, afin de
comprendre ses besoin business, ses problèmes actuels et là où il veut aller.

Cette relation telle que je la vis aujourd’hui n’était pas possible en tant que salarié de SSII où tel chef de projet échangeait avec tel chef de projet et la réalisation était toujours bancale à la fin. Avec mes clients, nous parlons d’égal à égal, avec des problèmes concrets d’entrepreneurs qui visent à satisfaire les besoins du client
le plus rapidement possible.

Je suis freelance depuis maintenant deux ans, et pourvu que ça dure ! :)

Qu’est-ce qui te plaît le plus dans le statut de freelance ?

La relation privilégiée entre le client et vous est un facteur qui a
changé ma vision du travail au quotidien. De plus il est possible de
créer sa propre structure et la faire grandir comme on l’entend, ça n’a
pas de prix pour moi.

Ta manie de freelance ?

Reprendre les gens qui me parlent de mon chef en rectifiant par :
“client” :)

L’ambiance dans laquelle tu préfères travailler?

De manière générale au calme sans être interrompu, c’est là où je suis le plus productif. Si en plus je suis chez moi, c’est encore mieux. Il faut développer le télétravail en France, à l’heure d’Internet, c’est
incompréhensible que le télétravail soit encore si peu implanté dans nos entreprises.

Comment as-tu connu Malt ?

J’ai vu passer des messages sur Twitter via mon compte mentionnant Malt. Comme je suis curieux, j’ai jeté un oeil au site web et me voilà :)

Qu’est-ce qui te plaît dans Malt ?

J’ai aimé l’aspect direct de l’inscription et la facilité
d’utilisation. C’est important à une époque où l’internaute ne reste que
quelques secondes sur une page web.

Merci Carl !

Venez découvrir son profil Malt ! http://www.malt.com/profile/51ebcfc83046f2ae368f55aa

Et si vous souhaitez être mis à la une dans l’interview freelance Malt vous pouvez contacter Emmanuelle (emmanuelle (@) malt (point) com). A bientôt !

5 min en compagnie de Brice, développeur web freelance Malt

Aujourd’hui c’est Brice, développeur web freelance, qui se prête au jeu de l’interview Malt, entre 2 riffs de guitare… et surtout un agenda soutenu !

 image

Crédit photo : Julie Botta

Tu nous parles de ton métier ?

Je suis développeur web. J’interviens aussi bien sur du développement front-end avec HTML(5), CSS(3), JS(jQuery) qu’en développement back-end avec PHP/MySQL.

Mon travail consiste à intégrer les sites web à partir des maquettes fournies par le client. J’y incorpore aussi les animations souhaitées et selon mon périmètre d’intervention je conçois le modèle de données et gère également la partie dynamique des sites. Selon les besoins des clients, je travaille parfois avec un CMS tel que WordPress. Cela permet de gagner du temps sur le coeur technique du projet et ça n’enlève en rien aux possibilités de personnalisation et d’évolution des fonctionnalités. Cela représente aussi une économie pour le client puisqu’une partie du travail est déjà faîte et la formation à l’administration est de moins en moins importante car les clients sont de plus en plus familiarisés.

Des missions de mailing me sont également confiées. Cela va de la simple intégration de newsletter jusqu’à l’envoi du mailing (outil existant ou développement ad-hoc)

Pourquoi en freelance ? et depuis quand ?

Je suis freelance depuis mars 2013 même si depuis 2009, je réalisais quelques missions en parallèle de mon CDI.

Je me rappelle un cours de communication lors de mon DUT Informatique où l’on devait rédiger notre projet professionnel. J’avais écris que je souhaitais, après mes études, trouver une place dans une agence web et après trois ans, me lancer en freelance. Ca a toujours été mon objectif. Bon, j’ai passé 6 ans en agence avant de me lancer véritablement mais, ça y est !

Etre freelance représente pour moi la responsabilité de mon travail et la souplesse dans mon organisation. Je suis assez indépendant dans mon travail et être à mon compte s’est imposé naturellement

Qu’est-ce qui te plait le plus dans le statut de freelance ?

Ce que je préfère, c’est être reponsable de tout ce que je fais. Absolument tout. Si je veux prendre un rush, je le fais. Mais je peux aussi me prendre une journée pour des choses personnelles. Je ne reçois d’ordre que de moi-même et j’assume tous mes choix. Pouvoir moduler ses horaires est quelque chose de formidable. Bien sûr ça ne fonctionne qu’avec une bonne rigueur, car quand il y a une deadline à tenir ou une urgence, c’est important d’être là pour notre client.

La journée type d’un développeur freelance ?

Je me lève à 8h et je me prépare comme avant pour pouvoir commencer à travailler à 9h30. C’est important pour moi de garder cette habitude car ça cadre ma vie professionnelle. Et si j’ai un rendez-vous client qui se met en place rapidement, je suis prêt à partir. Je me prends environ 1h de pause pour manger, au choix entre 12h et 15h puis je m’y remets jusqu’à 18h30. Bon, je dois quand même avouer que je me fais quelques pauses pour faire de la guitare ;).

Ton lieu de travail préféré ?

Mon bureau. Il n’est pas grand mais il y a une fenêtre donc ça ne fait pas non plus placard. Cette pièce me permet de séparer au mieux mon espace professionnel de mon espace personnel.

Tes manies de freelance ?

Je ne sais pas si c’est une manie mais je vérifie constamment mes mails. J’ai beau avoir des alertes, je regarde de temps en temps, supprime les spams et répond tout de suite aux mails reçus. Il faudrait que je corrige un peu cela car au niveau productivité ce n’est pas terrible.

Comment as-tu connu Malt ?

Par un tweet du magazine frenchweb.fr qui présentait trois nouveaux sites dont Malt. J’ai tout de suite accroché avec le site donc je me suis inscrit à la beta et créé mon profil

Qu’est-ce qui t’intéresse le plus dans Malt ?

J’ai l’impression d’appartenir à un véritable réseau de freelance. Et l’équipe m’a déjà contacté pour des missions, même pendant la beta. L’écoute et la réactivité marquent des points.

Merci Brice !

Venez découvrir son profil Malt ! http://www.malt.com/profile/519783c72a07e9483ddedd50

Et si vous souhaitez être mis à la une dans l’interview freelance Malt vous pouvez contacter Emmanuelle (emmanuelle (@) malt (point) com). A bientôt !