Interview de Avner, un community manager freelance nomade sans costard ni cravate

Salut, tu fais quoi dans la vie ?

Hola ! Je suis Consultant Social Media,  Community Manager et Rédacteur Web Freelance trilingue (Français, Anglais, Espagnol).

Comment es-tu devenu freelance et pourquoi ?

Un peu par hasard, pas vraiment par choix. J’ai commencé en tant que Freelance au sein de la Start-Up MDT Music & Publishing. Je me rendais au bureau et j’avais les horaires d’un salarié : pas vraiment la vie de Freelance !

Puis, la société a déposé le bilan et j’ai commencé à travailler véritablement comme Freelance. Mes premiers contrats provenaient d’anciens clients de l’entreprise avec qui j’avais gardé une bonne relation. Ce n’était pas si simple au début mais j’avais un peu d’argent de côté (conseil à suivre !) et j’ai commencé à y prendre goût.

C’est quoi qui te plaît le plus dans  ton métier et le fait d’être indépendant ?

L’organisation du temps de travail, le choix de ma  tenue vestimentaire et de mon lieu de travail !

En effet, comme beaucoup d’entre nous je ne suis pas vraiment du matin (pas de réveil à 5h/6h/7h) mais plutôt du soir. Être Freelance m’a permis de passer des nuits à bosser sur des projets dans le calme, quand tout le monde dort, un peu comme un écrivain.

Aussi en terme “fashion”, j’ai des goûts assez excentriques entre l’Hari krishna, le Backpacker, le Hippie, le danseur Hip-Hop et le Sapeur Congolais (je vous laisse vous faire une idée !). J’ai pu éviter le costard cravate et me sentir bien dans ma peau.

Enfin, en terme de lieu de travail, je suis ce que les américains appellent un “Digital Nomad” autrement dit je ne travaille pas depuis une seule adresse. En effet, Après avoir séjourné au Canada (Montréal) durant plus d’un an j’effectue aujourd’hui mes missions depuis la Colombie (Bogota) où je vis dans une auberge de Jeunesse/Résidence (Summer C) depuis bientôt un an déjà, agrémenté de quelques voyages en Colombie, Equateur, Venezuela…

Un conseil pour les bébés freelances ?

Avoir un peu d’argent de côté et une vitrine qui met en valeur vos compétences.

Tu as des habitudes de travail inavouables ?

Euh… Oui… Il m’arrive de travailler torse nu !

C’est quoi ta journée type ?

Levé 8h/9h, je réponds à mes e-mails et j’entame ma veille depuis mon lit avec mes flux RSS Feedly, Twitter et App Geek.

Une fois ma veille terminée, je sors dans le quartier de La Candelaria, le Centre Historique de Bogota où je vis,  chercher un jus d’orange fraîchement pressé (moins d’1 euros) avant de me préparer un petit-déjeuner bien copieux – le repas le plus important de la journée – et manger tout en lisant quelques Livres Blancs ou Ebook sur mon E-Reader Kobo Aura.

Par la suite, je me rends au café De Una, dans lequel j’expose mes photos de voyages, pour m’occuper de mes différentes missions dont je suis à charge et réaliser de la prospection de clients autour d’un bon “café granizado”.

Je me laisse toujours un moment de détente dans la journée pour me consacrer à d’autres projets.

En effet, je prépare actuellement un site regroupant toutes mes photos de voyage sur Wix, mon site de Consulting Social Media, mon blog Ce Que Je Pense tout Haut et je me suis lancé dans l’écriture d’un livre, qui devrait être un conte philosophique inspiré de L’alchimiste de Paulo Coelho basé sur ma vie et mes voyages.

Enfin, je trouve toujours un moment pour aller à la salle de sport – la dopamine est très importante pour un Freelance – et participer à une partie de fifa 15 avec les autres résidents de l’auberge avant de me remettre au boulot.

C’est quoi ta devise ou ta citation favorite ?

« Il n’y a qu’une chose qui puisse rendre un rêve impossible : c’est la peur d’échouer » – Paulo Coehlo – L’alchimiste

Retrouvez Avner sur Malt

5 minutes avec Marthe-Camille : Social Media manager freelance sur Malt

Salut Marthe-Camille, tu fais quoi dans la vie ?

 

Salut, je suis Social Media Manager ! Sous ce titre parfois opaque se cache un couteau suisse du digital : stratégie digitale et éditoriale, community management, rédaction web, RP online, etc. Je suis une geekette en somme !

 

Comment tu es devenu freelance et pourquoi ?

 

Devenir freelance a toujours été un objectif. Il faut dire qu’avec deux parents indépendants, j’ai toujours eu un peu de mal à comprendre l’utilité des horaires imposés. Je ne voulais pas me lancer tout de suite après mes études car j’estime qu’avoir plusieurs années d’expérience est essentiel pour acquérir une rigueur, une méthodologie, un savoir-faire. J’ai donc fait mes armes en agences et chez l’annonceur, mêlant expérience dans un grand groupe international, grande agence et petite start-up. Suite à mon dernier CDI, j’ai décidé que c’était le moment de me lancer !

 

C’est quoi qui te plaît le plus dans ton métier et le fait d’être indépendant ?

 

Être libre, d’abord. Libre en terme d’horaires et lieu de travail, mais aussi libre d’accepter uniquement les projets que j’aime et auxquels je crois vraiment. Défendre un projet qui me fait vibrer me permet d’être beaucoup plus créative, efficace, et force de proposition. Finalement, je pense qu’en freelance, je fais en une journée ce que je faisais avant en 3 jours dans un open space. Les appels incessants, les réunions trop fréquentes, c’est vraiment contre-productif.

 

 Un conseil pour les nouveaux freelances ?

 

Je pense que le plus important est vraiment d’être honnête. Honnête envers soi-même en acceptant les projets auxquels on croit, en se donnant à fond pour réaliser les objectifs, mais aussi pour proposer toujours des idées en plus. Honnête aussi avec le client en lui faisant des propositions réalistes et en le recadrant quand on pense qu’il a une vision tronquée de la réalité du métier. Et puis, je vois aussi beaucoup d’interrogations au niveau des tarifs fixés, je pense qu’être honnête sur ce point est aussi indispensable : ne jamais se brader car on oublie trop souvent les charges du freelance, mais savoir tout de même faire des gestes commerciaux et s’adapter aux petites marques qui débutent.
Sinon en terme d’organisation, je pense qu’à partir du moment où on se lance en freelance, c’est qu’on est déjà très autonome. J’ai découvert la Pomodoro Technique sur Malt, et depuis que je l’applique je trouve que je suis beaucoup plus productive. A essayer donc !

 

Tu as des habitudes de travail inavouables ?

 

Pour moi, pas de pyjama, ni de travail au lit. Mon luxe est de travailler avec un bon thé, devant le feu de bois, avec mon chat qui ronronne à côté de moi. Concentration garantie !

 

C’est quoi ta journée type ?

 

Je me réveille toujours tôt et me prépare comme si je sortais pour aller au bureau. Je commence ma journée vers 8h30, avec un thé et ma veille quotidienne : FashionMag, Twitter, mes newsletter digitales préférées, quelques blogs et la presse mode de la semaine. La matinée est généralement consacrée aux mails et aux livraisons des clients. Puis l’après-midi, j’ai soit des rendez-vous extérieurs, soit je travaille sur des projets de fond, généralement des audits, des créations de storytelling ou des recommandations stratégiques pour lesquelles j’ai besoin d’être vraiment concentrée sans être interrompue. Au final, je termine rarement ma journée de travail avant 20h, mais j’ai pu m’y consacrer selon mon rythme et mes impératifs personnels. Ca change tout en terme d’efficacité !

 

C’est quoi ta devise ou ta citation favorite ?

 

«Be yourself, everyone else is already taken » Oscar Wilde

 

Suivez Marthe-Camille sur Twitter ou allez faire un tour sur son profil Malt ou son site !

Bien écrire pour le web : quelques conseils de base

 

Chez Malt, comme on se pose beaucoup de questions, il nous arrive de lire des livres sur un peu tout et n’importe quoi. La semaine dernière on a lu (en anglais, parce qu’on lit même en anglais !) : Nicely Said, writing for the web with style and purpose de Nicole Fenton et Kate Kiefer Lee (de Mailchimp). Bien écrire sur le web c’est indispensable non seulement pour un freelance Rédacteur ou Community Manager, mais aussi pour n’importe quel métier qui demande un peu de communication sur Internet. C’est pourquoi, on vous a résumé les concepts principaux en quelques mots…

 

1) Posez-vous les bonnes questions avant de vous lancer

Que vous soyez en train d’écrire une news, une FAQ, un article de blog ou un tweet, réfléchissez avant de vous lancer :

  • Qui est la cible de votre texte ?
  • Quel est l’objectif de la communication que vous vous apprêtez à envoyer ?
  •  Quel sera le moyen le plus efficace d’atteindre cet objectif ?
  • Comment exprimer que votre produit ou service est unique sans avoir l’air de vouloir vous vendre à tout prix ?

2) Préparez en amont, ça vous évitera de perdre du temps

Une fois que vous savez à qui vous vous adressez et dans quel but, essayez de clarifier et de résumer le but de votre projet.

Avant de commencer à écrire :

  • Faites des recherches
  • Définissez clairement votre message
  • Établissez un objectif concret

–> « concret » ça veut dire : spécifique, quantifiable, réaliste et mesurable, par exemple, engendrer 10 ventes, augmenter l’audience de 10% etc.

  • Prenez en compte les considérations techniques
  • Faites un plan

3) Votre premier jet

Vous avez fait vos recherches, vous avez un plan, vous n’y échapperez pas : il est temps de commencer à écrire ou tout du moins, d’écrire un premier jet.

Une écriture efficace est :

  • Claire
  • Concise
  • Utile
  • Agréable à lire et amicale

Clarté : 

  • Le style est secondaire, ce qui compte, c’est le message
  • Inutile d’utiliser des mots compliqués, choisissez toujours le mot le plus simple
  • Soyez cohérents, utilisez toujours le même mot pour parler d’un même concept. Par exemple, ne dites pas « notifications » quelque part et « messages d’alerte » au paragraphe suivant si vous parlez de la même chose.
  • Utilisez les outils à votre disposition pour mettre en avant les points-clé : écrivez en gras, en italique, soulignez
  • Réfléchissez à vos titres, ils doivent être clairs et refléter le contenu avec précision
  • N’hésitez pas à inclure des liens utiles, même s’ils font sortir de votre site
  • Utilisez des mots-clé
  • Citez vos sources si nécessaire

Concision : 

  • L’internaute est volatile et reste rarement plus de quelques minutes sur une page, alors plus c’est court, mieux c’est. 
  • Attention aux avalanche d’adjectifs et d’adverbes, trop de qualificatifs risquent de diluer votre message.
  • Supprimer les introductions lourdes et inutiles du type « nous sommes heureux de vous annoncer que… » ou « Nous vous écrivons pour… ». Allez droit au but.
  • Organiser vos pensées de manière visuelle : le web vous permet d’utiliser des images, des encarts, des couleurs etc., utilisez ces medias pour porter votre message
  • Faites des paragraphes courts, séparez-le avec des titres et des sous-titres

Utilité : 

Mettez-vous à la place de votre lecteur : qu’a-t-il envie de lire ? Ne le décevez pas et soyez honnête. écrivez comme vous parlez, sincèrement et uniquement si vous avez quelque chose à dire. 

Sympathie : 

Cela parait évident, mais pensez à être toujours courtois, exprimez vos opinions, mais restez toujours politiquement correct. Attention à l’humour, c’est bien de faire des blagues, mais n’en faites pas trop.

Trouvez le bon ton, celui qui mettra vos lecteurs à l’aise, un ton humain et enthousiaste. Le ton doit être adapté à la cible, mais aussi à la culture de votre entreprise et à ses valeurs : un cabinet d’avocats ne communiquera pas sur le même ton qu’un restaurant végétarien. Il varie aussi selon le support : vous pouvez vous adresser plus familièrement à vos fans Facebook qu’à des prospects qui n’ont jamais entendu parler de vous.

4) Relisez-vous et demandez des opinions extérieures

Laissez reposer votre texte jusqu’au lendemain, demandez l’opinion des autres et tenez-en compte. Demandez du feedback précis : est-que c’est clair ? Trop ou pas assez détaillé ? Est-ce que c’est fluide ?

Et hop, pour finir : lisez cet article très bien fait sur le Journal du Net qui vous permettra d’éviter quelques fautes d’orthographe de base.

À bientôt sur malt !