Retrouver la motivation au travail


La motivation intrinsèque, soit la motivation de faire une chose qui nous plaît, pour elle-même et non pour les bénéfices extérieurs qu’elle pourrait nous apporter, n’a jamais semblé aussi essentielle à tout projet professionnel.

Selon l’étude du cabinet de conseil américain Korn Ferry réalisée sur plus de 6.4 millions d’employés à travers le monde, 76% des employés ayant surpassé leurs objectifs professionnels ont déclaré avoir été motivé intrinsèquement et non extrinsèquement. Autrement dit, ces collaborateurs étaient réellement passionnés et investis par leur mission. 

Mais alors, comment développer cette motivation intrinsèque, et, surtout, comment la faire durer ? Malt vous donne des conseils pour retrouver une motivation pérenne au travail.

Déceler un manque de motivation et y pallier

Les symptômes d’une baisse de motivation se ressemblent toujours un peu : sentiment d’ennui éprouvé au quotidien, apathie ressentie à l’égard des tâches quotidiennes, isolement du collaborateur qui perd toute envie de partage et de cohésion avec le reste de l’équipe, humeurs changeantes, retards et absentéisme… Des caractéristiques qui s’illustrent par une raison déterminante : la perte de sens généralisée ressentie par le collaborateur au travail.  

Pourtant, il ne suffit pas d’avoir manqué sa vocation ou de réaliser un travail en rupture avec ses valeurs pour se sentir démotivé(e). En réalité, la baisse de motivation est plutôt commune et peut arriver à n’importe qui. Elle toucherait même 90% des salariés français selon l’étude “State of the Global Workplace” effectuée en 2017 par Gallup, institut de sondage américain.

De son côté, le syndrome du “bore out” (ou “syndrome d’épuisement professionnel par l’ennui”), nouveau phénomène de société, toucherait près de 30% de collaborateurs dans 7 pays européens, selon l’enquête de Christian Bourion, spécialiste de la gestion du travail.  

Des chiffres qui pourraient s’expliquer par une idée simple : comme tout, la motivation se cultive. Comme cette langue étrangère qu’on ne veut pas oublier ou l’endurance sportive qu’on souhaite entretenir, la motivation est aussi une affaire de travail, de réflexes, voire d’automatismes.

Penser « Big Picture »

Cette démarche essentielle permet de dépasser les aspects négatifs d’une mission. En gardant en tête la visée finale de votre travail, vous trouverez plus de plaisir à effectuer les tâches les moins réjouissantes.  

Ainsi, rappelez-vous que toutes les mini-actions que vous accomplirez au sein de votre journée mèneront à un projet bien plus grand. Peu importe les quelques tâches routinières ou répétitives que vous effectuerez dans la semaine : gardez toujours en tête le contexte qui les justifie, prenez du recul et remémorez-vous régulièrement le projet global que vous portez. 

Convoquer la dopamine au travail

Le grand succès des donuts s’explique simplement : ils sont faciles à manger. Avant même de le savoir, vous en avez déjà mangé une demi-douzaine”, déclarait Nelson Wang, célèbre auteur pour Forbes…

Une métaphore un brin insolite qui résume une idée basique : tout chantier colossal commence simplement. Vous projetez d’écrire un livre-blanc ? Ne vous donnez pas comme objectif de l’écrire d’une traite. A l’inverse, découpez le projet en un ensemble de petites tâches faciles et abordables.

De la même façon, pensez quotidiennement à fractionner en plusieurs étapes vos missions du jour. Aussi, pour doper votre dopamine, n’hésitez pas à vous promettre une petite récompense une fois chaque étape terminée (comme une pause café, un passage sur un réseau social, une rapide marche dans votre quartier…). 

Autre façon de garder sa motivation intacte, se complimenter. C’est trivial mais essentiel : il n’y a pas de petites victoires. Qu’il s’agisse de la rédaction d’un article inspiré, de la résolution d’un bug sur un site, ou d’une campagne Facebook Ads saluée par beaucoup d’engagement, félicitez-vous ! Pensez également à remercier/saluer vos collègues ou les membres de votre équipe dès que vous en avez l’occasion.

💡 Fun fact

Vishen Lakhiani, CEO de MindValley, est connu pour l’implémentation de son «Awesome Bell ». Comme son nom l’indique, cette cloche sonne dans les locaux de l’entreprise dès qu’il se passe quelque chose « d’awesome”. 

Viser l’excellence

Vous le sentez, ce frisson né du travail de qualité que vous venez de rendre ? Vous venez de donner le meilleur de vous-même, ce qui vous honore et vous flatte même : c’est un sentiment normal, mais déterminant dans le fameux sentiment d’accomplissement de soi si cher à Maslow. 

Ainsi, donner son maximum par amour de l’excellence décuplerait le sentiment de satisfaction de tout collaborateur, et donc son sentiment d’accomplissement. Une pensée partagée par Simon Reynolds, célèbre mentor de business owners et auteur pour Forbes, selon lequel  “un travail bien fait ne suffit pas, il faut être déterminé à fournir un travail de qualité exceptionnelle.” 

Pour vous aider, rappelez-vous constamment pourquoi cette vocation est la votre. Si écrire est votre passion, remémorez-vous les raisons qui vous ont mené vers cette voie (votre écriture touche les gens, votre force de persuasion est indubitable, on reconnaît votre pâte entre mille…).   

Cultiver son optimisme

Afin de vous mettre dans les meilleures dispositions, n’hésitez pas à forcer les choses. Les endorphines produites par le sport ont prouvé leur efficacité, et il paraîtrait même que de courtes séances de sport effectuées avant le travail réduiraient le stress. Prenez l’habitude de vous dépasser : en vous habituant à repoussez vos limites physiques, vous serez amené(e) à vous dépasser intellectuellement. Après avoir couru un marathon, le reste de votre quotidien vous paraîtra bien accessible. 

Aussi, établissez une routine de lecture et tenez-vous y (si vous êtes débutant(e), procédez graduellement : 20 minutes par jour au début, puis 30, 40..). Les personnes les plus brillantes attribuent toujours la raison de leur succès aux livres qu’elles ont lus. Jeff Bezos aurait déclaré au magazine Fast Company lire 10 livres par mois et recommande le livre de stratégie business Built to last : Successful Habits of Visionary Companies (2004). De même, l’inspiration de Bill Gates n’aurait sans doute pas été la même sans le livre Business Adventures (1969) de John Brooks, qu’il recommande régulièrement.

Penser à son impact positif 

Votre valeur ajoutée ne se résume pas seulement à l’expertise que vous offrez à vos collègues ou à votre client. Un collaborateur enthousiaste et épanoui crée un cercle vertueux autour de lui. En contribuant à la bonne ambiance générale dans les locaux, vous stimulez indirectement les équipes internes par exemple. 

De même, vous pouvez contribuer à l’élévation collective en formant votre voisin de bureau sur des outils-clés que vous maîtrisez. Si vous êtes freelance, votre capacité à faire monter en compétences des équipes internes grâce à votre expertise sera d’autant plus appréciée par votre client. 

Pensez aux utilisateurs finaux qui bénéficieront de votre travail in fine (un UX designer pensera aux utilisateurs qui se réjouiront d’une expérience plus fluide). Pour Larry Page, ce qui motive les collaborateurs chez Google, c’est tout simplement le fait de changer le monde : “Si vous changez le monde, vous travaillez sur des choses importantes. Vous avez hâte de vous lever le matin”. 

Renforcer son sentiment d’appartenance à la mission

Eh oui : il est plus facile de se surpasser au travail lorsqu’on est agité(e) par une ambition commune. Pour que l’émulation entre les collaborateurs perdure, il est essentiel d’investir un minimum de temps personnel en compagnie de ses collègues. Une bonne pratique à appliquer quel que soit son statut, salarié(e) comme indépendant(e). Si vous êtes freelance, passer du temps avec les équipes internes du client à l’occasion de déjeuners ou verres peut d’autant plus stimuler votre motivation. 

En cas de problème, partager avec le client ses doutes est également primordial. Pour un échange constructif, pensez bien à proposer des pistes d’amélioration à votre client.

S’accomplir durablement


👆 4 PODCASTS À SUIVRE POUR S’INSPIRER

  • Génération Do It Yourself: pour s’inspirer d’entrepreneurs, artistes ou sportifs français brillants sortis des sentiers battus (qu’il s’agisse du co-fondateur de l’application Lydia, de la championne du monde de karaté Laurence Fischer ou du chef pâtissier Nicolas Paciello, les invités se suivent mais ne se ressemblent pas sur ce podcast.)
  • Le gratin : là encore, le podcast fait la part belle aux personnalités inspirantes les plus diverses. A travers les récits d’interlocuteurs variés tels que Christophe Michalak ou Julie Pellet, Brand Manager chez Instagram, le podcast répond à des problématiques essentielles à toute vie professionnelle (“Comme faire un feedback constructif ?”, “Comment savoir si je dois changer de job ?”, etc).
  • Les baladeurs, podcast du média Les others : pour voyager en pleine nature à travers des récits d’explorateurs parcourant la planète.
  • Growth Makers : pour découvrir les idées qui ont mené les plus belles startups vers la croissance : le podcast a déjà recueilli l’expérience de Lime, N26, Too Good To Go, Uber ou The Family parmi d’autres. 

Travailler son développement personnel 

Restez curieux et parcourez les workshops et séminaires touchant à votre spécialité, pour approfondir vos compétences ou en acquérir de nouvelles. 

Vous êtes développeur ou designer ? Malt accueille dans ses locaux de nombreux meetups et workshops, qu’ils concernent l’UX writing, le langage Elixir ou wordpress, pour ne citer que quelques exemples. 

Take care. Élément fondamental à tout équilibre aussi bien personnel que professionnel : n’oubliez pas de prendre soin de vous ! Cela peut passer par votre café favori, la visite d’un espace de travail inspirant ou la réservation de l’exposition qui vous a fait les yeux doux tout l’hiver : toute action stimulant votre épanouissement personnel aura un impact positif sur votre état d’esprit et donc votre disposition à bien travailler. C’est aussi simple que cela. 

Selon la même logique, pensez bien à déconnecter de temps en temps, en évitant d’enchaîner les saisons sans réelle coupure ni vacances. Si vous êtes freelance, n’hésitez pas à prendre des pauses entre chaque mission longue chez vos clients. 

Grow with love 

Vous êtes freelance senior expert de votre métier depuis un moment ? Fuyez la monotonie en testant une mission dans une industrie diamétralement opposée à vos industries de prédilection. Si vous êtes expert(e) du secteur automobile et avez conseillé de nombreuses startups dans ce domaine, tentez plutôt le secteur de la culture, qui pourrait vous changer. 

Alliez également l’utile à l’agréable en montant en compétences sur des domaines proches de votre coeur de métier. Un intégrateur ou un développeur front pourra enrichir son expertise grâce à une formation en webdesign par exemple. 

Dans un contexte d’innovation constante, restez à la pointe de votre métier, en vous formant continuellement. Pour ce faire, de nombreuses formations en ligne comme Openclassrooms vous permettent de le faire en toute simplicité.

👆 3 applications pour se motiver

  • Forest : Restez concentré(e) grâce à cette application au concept simple : ouvrez l’application dès que vous entamez une tâche nécessitant 100% de votre concentration. Pendant ce temps, l’application plante (virtuellement) un arbre. Chaque fois que vous touchez votre téléphone pendant le temps imparti, l’arbre meurt. Cruel, mais efficace.. 
  • Timely : l’expert du time tracking automatique. Grâce à son intelligence artificielle, l’application vous permet d’estimer avec précision le temps passé sur vos missions (un outil particulièrement pratique pour les freelances facturant leurs missions à l’heure).

  • Fabulous : application qui vous accompagne dans la poursuite de 4 objectifs-clés : gagner de l’énergie, développer votre concentration, perdre du poids et mieux dormir.