Jérôme Clament-Sanz, développeur freelance Android, Expert en Kotlin

Freelance depuis dix ans, Jérôme a participé au projet AirCobot chez Airbus (recherche et développement d’un robot mobile collaboratif capable d’inspecter un avion durant les opérations de maintenance) . Il a travaillé pour divers projets d’applications sociales destinées aux seniors ou autistes, et réalisé une application mobile hybride pour Techno+, l’association qui promeut la culture techno. Sans compter son passage dans le monde du paiement mobile, chez Lydia et Payname, ou dans le monde du running gamifié chez SquadRunner.

Pourquoi tu es devenu freelance ?

Je suis devenu freelance tout simplement pour être libre, pour travailler sur les missions qui me plaisent avec les clients que je choisis. J’aime cette possibilité de changer régulièrement de missions, de clients et même de méthode de travail. De plus, je voyage beaucoup et le freelancing convient totalement car le remote me permet d’allier travail et plaisir.

Ta stack technique ?

Je suis curieux, j’utilise tout un tas de technos mais code principalement des applications Android, parfois en Java mais surtout en Kotlin. Aujourd’hui, je me forme sur Flutter, un SDK de développement d’applications mobiles hybrides (Android/iOS) créé par Google. Au-delà de l’aspect multiplateforme, ce qui m’attire vers Flutter, c’est que cela constitue la méthode principale de création d’app pour Google Fuchsia, le prochain OS de Google. C’est donc l’avenir.

Tes inspirations ?

J’ai un gros budget pour l’achat de livres, notamment ceux de Robert C Martin pour me maintenir au courant sur le clean code et l’architecture. Je vais également sur Udacity pour suivre des formations de développeurs de google et d’amazon et passer quelques certifications.

Ta mission la plus originale ?

HorseCom ! Une app reliée à un casque connecté qui permet de diffuser de la musique à un cheval pour l’apaiser.

Et aujourd’hui ?

Chez GOOT, une entreprise grandissante qui facilite la gestion entre CRH, distributeurs et fournisseurs. En gros, ils facilitent la prise de commandes pour la distribution de boissons.

Je suis en charge de la reprise d’une dizaine d’applications Android avec l’aide de cinq autres développeurs. Je fais un peu de tout : code refactoring, conversion du code Java en Kotlin, correction de bugs, optimisation, ajout de fonctionnalités…

Un conseil pour devenir freelance ?

Soyez patient et n’ayez pas peur du challenge technique, ne restez pas dans votre zone de confort, ça peut ne pas être facile parfois mais c’est au final un réel plaisir !

Pour le contacter : https://www.malt.fr/profile/jeromeclamentsanz

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *