Etude Malt : le freelancing en France en 2019

Pour porter la voix des freelances, Malt lance pour la 3ème année consécutive son étude sur le freelancing en France. Découvrez les chiffres clés ✨

90% des freelances le sont par choix

En 2019, être freelance confirme être un choix. Ainsi, 90% des personnes interrogées ont adopté ce mode de travail par choix et non sous la contrainte. Quant aux freelances exerçant un métier tech, ils sont 96% à avoir choisi le freelancing.

89% des freelances ont déjà été salariés d’au moins une entreprise et 88% ne veulent plus redevenir salariés à temps plein (contre 73% l’an dernier). Les raisons de ce choix sont en premier lieu l’autonomie pour 88% des freelances interrogés, suivi de la liberté d’organiser son emploi comme ils le souhaitent pour 81%. Ce sont ensuite la possibilité de choisir leurs clients et projets pour 57% et de choisir leur lieu de travail (37%).

… même si tout n’est pas simple

Ils sont nombreux à reconnaître que ce statut n’est pas un long fleuve tranquille : 65% estiment qu’il est difficile de trouver de nouveaux clients, 56% identifient les fluctuations de revenus comme compliquée, 36% regrettent certains avantages d’entreprises comme la mutuelle ou le CE et 27% souffrent de solitude au travail.

85% se plaignent aussi d’un manque de considération dans le débat politique et économique. Un chiffre toutefois en recul par rapport aux 97% de 2017.

A noter aussi que les hommes sont plus nombreux que les femmes (54% vs 46%) et que 80% des freelances interrogées travaillent à temps plein.

Enfin si le freelancing présente l’avantage de pouvoir travailler à distance et donc de vivre là où on le souhaite, l’étude révèle que 73% habitent en ville, 15% en zone périurbaine et 12% seulement en zone rurale. Très loin du mythe du “digital nomad” déconnecté de la réalité de ses clients, les freelances travaillent majoritairement près d’eux.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *