« Devenir freelance a été une véritable révélation »

FREELANCE-INTERVIEW-HOPWORK

Paul-Emmanuel Bes est freelance sur Malt, il a répondu pour nous à quelques questions sur sa vie de freelance…

Raconte-nous ta vie : comment tu es devenu freelance ? 

À 14 ans, en 3e, j’avais effectué un stage d’une semaine chez Renault Truck où j’ai eu la chance et le plaisir de visiter le département Design ! Dans leurs bureaux, sur une table basse été posé un magazine (que je garde précieusement aujourd’hui) « PIXEL » avec en couverture « Faites vous-même vos sabres-laser avec After Effects 5.0 ! ». Le directeur artistique m’a offert ce magazine et le CD-Rom (et oui …). J’ai débuté ma formation After Effects comme ça. Il n’y avait pas encore de cours ou de tutos en ligne. J’ai ainsi réalisé une centaine de petites vidéos expérimentales avec divers effets spéciaux.

En 1èreL j’ai eu l’opportunité de rencontrer le réalisateur Patric Leconte, je lui ai présenté mon travail et il m’a dirigé vers la société qui s’occupe encore aujourd’hui des effets-spéciaux numériques de ses films : AutreChose. Après deux stages en 1ère et Terminale chez AutreChose, ils m’ont proposé un contrat de qualification de 2 ans chez eux juste après mon Bac. J’ai passé deux très belles années, mais je me suis rendu compte que les effets-spéciaux numériques n’étaient pas forcement ce qui me plaisait le plus. J’ai compris que j’avais plus de sensibilité pour le monde de l’animation et du Motion Design.

Je n’ai jamais remis les pieds dans un cours après mon Bac… 100% Autodidacte ! J’ai commencé à travailler en indépendant avec Kzar&King une petite société de productions audiovisuelles. Peut-être deux mois après avoir enregistré mon Auto Entreprise, j’ai décoché un CDI dans une régie publicitaire. Je devais réaliser de petits spots animés de 10s tous les jours. J’ai vraiment appris les bases du Motion Design chez eux et surtout à travailler vite. J’ai complété ma formation du trio gagnant : After Effects, Illustrator et Photoshop.

Au bout de 3 ans en CDI je commençais vraiment à tourner en rond, j’ai décidé de tenter à nouveau l’aventure de l’indépendance. J’ai plaqué mon poste de Motion Designer aux 35h et sa sécurité pour le grand inconnu le 1er Mars 2013. Et depuis ce jour je ne regrette absolument pas ce choix !

C’est quoi ton métier ? 

Je suis Motion & Graphic Designer 2D/3D et Directeur Artistique. Je conçois des vidéos animées à destination essentiellement du web, de la diffusion lors de congrès ou de la Télévision. Le Motion Design est un fantastique moyen de communiquer de manière très ludique et graphique. Aujourd’hui beaucoup de sociétés se tournent vers l’animation pour communiquer.

Et alors, ça te plaît d’être freelance ? 

Pour moi, devenir freelance a été une véritable révélation ! Premièrement c’est la liberté, je suis mon propre patron, je gère mon temps, je gère ma vie comme je le souhaite. Je suis vraiment maître de mon destin pour les bonnes choses comme pour les mauvaises. Mon expérience antérieure m’a aussi permis de comparer le salariat et l’indépendance, j’avais donc toutes les cartes en main pour faire le bon choix.

J’aime quand ça bouge et ne pas suivre une routine professionnelle. Je rencontre beaucoup de nouvelles personnes toutes aussi intéressantes les unes que les autres, et je travaille sur plusieurs projets à la fois. Mes journées sont souvent bien chargées, mais quand on a la chance de se lever le matin et d’aller faire un métier passionnant, ce n’est pas un problème !

Je partage un bureau avec une autre société de production SPOT E MOTION pour qui j’avais travaillé en freelance et avec qui nous avons décidé de partager un espace.

Tu te vois freelance sur le long terme ? 

Pour rien au monde je ne ferai marche arrière, j’aime trop ma liberté ! Depuis Mars 2013 mon réseau a beaucoup grandi. En novembre 2014 j’ai même monté ma propre société de production : LOCO MOTION. Je dirais donc que ma situation évolue. Je garde mon Auto-Entreprise pour travailler directement sur des projets, mais en même temps j’embauche des Motion Designers pour travailler sur d’autres projets. Dans ma société, je prends en charge la partie relation client, la Direction Artistique et je drive l’animation. C’est vraiment sympa d’évoluer dans cette direction !

C’est quoi tes manies quand tu bosses ? 

Je suis hyperactif depuis tout petit, le boulot m’a beaucoup aidé à me canaliser, mais c’est vrai que parfois cet aspect de ma personnalité se réveille. Mieux vaut ne pas être dans les parages quand cela arrive… J’ai tendance à mettre la musique à fond et chanter (plus ou moins bien) pour me défouler.

J’ai aussi la fâcheuse manie de faire les cent pas dans le bureau, quand je suis au téléphone avec mes clients…

Ta journée type elle se passe comment ? 

Quand je ne suis pas en rdv clients au bureau ou à l’extérieur ma journée au bureau se passe souvent en musique :

9h30 : J’arrive au bureau je mets en route les machines.

9h35 : Café au pied du bureau pour booster ma matinée.

9h45 – 13h : Je regarde où j’en suis des projets sur mon tableau blanc, je passe quelques coups de fil (en faisant des allers retours dans le bureau), j’organise ma journée et je me mets au boulot.

13h – 14h : Je déjeune dehors avec un client ou avec les collaborateurs au bureau. Je vais faire un tour sur Internet pour me tenir au courant des nouveautés.

14h : Café au pied du bureau (au soleil s’il veut bien montrer le bout de son nez) pour booster mon après-midi.

14h15 – 19h20 : J’avance sur mes projets avec quelques coups de fil clients.

19h25 : Je range et je quitte le bureau.

J’aime vraiment séparer le plus possible ma vie privée et ma vie professionnelle voilà pourquoi j’ai pris un bureau au lieu de bosser depuis mon appartement.

Qu’est-ce que tu aimes chez Malt ? 

C’est tout simplement une riche idée et un super concept ! J’aime beaucoup la facilité d’accès que je peux avoir avec les acteurs du site. Tout est très bien pensé, le site est ergonomique, la page profil est claire (il faudrait ajouter un espace vidéo dans le portfolio ;) ). Grâce à malt j’ai pu rencontrer des nouveaux clients facilement, travailler avec eux et avoir de belles recommandations. C’est agréable de communiquer avec à l’appui le soutien d’autres clients via les recommandations. Je démarche beaucoup de clients par téléphone et par mail, mais avec Malt ce sont les clients qui viennent à notre rencontre, c’est vraiment top !

C’est quoi ta devise ? 

« Il est temps de vivre la vie que tu t’es imaginée » – Henry James

Le mot de la fin ? 

Même s’il a beaucoup d’avantages, le statut de freelance n’est pas rose tous les jours … Il faut tenir bon quand des clients tardent à vous payer, ou que vous en êtes à la énième modification sur votre projet, ou simplement quand vous n’avez plus de projet… Mais tout cela s’apprend sur le tas et au fur et à mesure. Devenir indépendant c’est une philosophie, un état d’esprit si vous vous en sentez prêt alors foncez !

Retrouvez Paul-Emmanuel sur Malt, et sur son site

Auteur : Marie Vareille

Community et Content Manager pour Malt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *