[Coworking Paris] Cosy Corner : laissez-vous chouchouter par les Angels

Cosy Corner le crie haut et fort : chez nous, faites comme chez vous !

Cosy Corner ? C’est où ?

Situé entre Châtelet et Hôtel de Ville, ce charmant espace récemment ouvert a pignon sur la rue Saint-Martin dans le 4ème arrondissement de Paris.

Pour la petite Histoire …

Ce projet est le fruit d’un besoin de deux amies, Orly et Florence, celui de bâtir un lieu à l’image de celui où elles auraient aimé travailler. Cosy Corner, c’est aussi le plaisir de recevoir, de créer un endroit de toutes pièces, de l’agencer et de le décorer à son goût. Bref, de confectionner un lieu le plus accueillant possible, à la fois fonctionnel et esthétique.


Pari réussi
pour les deux compères puisque nombreux sont les visiteurs de cet espace de coworking à l’avoir découvert par hasard, intrigués par le charme du lieu.

Premières impressions ?

A travers sa grande baie vitrée, on peut d’ailleurs deviner l’ambiance conviviale et studieuse qui y règne et remarquer le style épuré du mobilier en bois.
Timides pour jeter un coup d’oeil ? Les Angels de Cosy Corner viendront spontanément vous proposer une petite visite du lieu.
Ici, les espaces sont distingués en fonction des besoins de ses visiteurs. Au rez-de-chaussée, on passe la porte pour profiter d’un open space lumineux : certains préféreront travailler face à la rue, d’autres en retrait dans la salle.
Si l’on a envie d’opter pour un coin encore plus confort, il suffit de descendre l’escalier et d’arriver dans le salon bibliothèque où sont disposés de jolis canapés en tissu.
Les visiteurs peuvent d’ailleurs emprunter un livre à condition de l’échanger par un autre ! Pour ceux qui souhaitent brainstormer, le coworking dispose également de salles de réunion, pouvant accueillir 2 à 18 personnes.
Attention, silence svp ! Pour s’isoler un peu, travailler avec un collègue ou passer un coup de téléphone, Cosy Corner propose à ses coworkers deux conciliabules, bientôt renforcés d’une cabine téléphonique !

Le Must ?

Une cuisine spacieuse offrant de nombreux services : café, thé, boissons fraîches, fruits frais, et surtout… de délicieux gâteaux maison dont vous nous direz des nouvelles (évidemment, on n’oublie pas ses cinq fruits et légumes par jour, cela va de soi) ! Les coworkers peuvent également amener leur déjeuner, mais attention… Que du froid (car sinon bonjour l’odeur du gratin dauphinois !).
Et ce n’est pas tout… Ce coworking parisien propose un service de conciergerie à ses visiteurs. Les Angels ont pour mission d’être les plus serviables possible et de faire en sorte que les demandes aient un retour positif.
Un dernier petit plus ? Et oui ! Le coworking met à disposition de ses visiteurs des casiers dans lesquels ils peuvent non seulement les déposer, mais aussi les recharger ! Un moyen de recharger les batteries à la pause déjeuner et aussi celles de son ordinateur !
Cosy Corner, c’est donc un espace de travail accueillant, accessible à tous. Faites-y un tour, même juste pour le café, on vous garantit que ça vaut le détour !

Infos Pratiques :

Ouvert de 9h à 21, les tarifs sont ici . Une petite offre pour les Malters :  pour tout abonnement pris avant le 15 février, il y a un mois offert ;)

Rédaction : Célia Barth .

© Photos Cosy Corner .

[Coworking Paris] Weréso : calme et espace en plein Châtelet .

La semaine dernière, nous sommes allés tester le tout nouvel espace de coworking parisien dans le quartier très central de Châtelet ...

Weréso ? C’est où ? 

Pour trouver, il faut connaitre l’adresse ! Niché dans les anciens locaux de Metronews, deux étages en dessous de Drivy – c’est ici que je pose mon laptop pour la journée.

Nous sommes accueillis par Sophia et les Jobbers. Le mot d’ordre chez Weréso ? Une équipe pro et toujours disponible pour accueillir ses coworkers ainsi que leurs clients . On peut donc compter sur leur service de conciergerie : un vrai plus pour l’accueil et la prise en charge de vos rendez-vous.

Pour la petite histoire …

L’idée émane d’ Armand Verger, ancien directeur financier chez Ikea et Kiabi, alerté par la productivité perdue lors de ses nombreux déplacements professionnels . Comme dirait Clint Eastwood: “ Tu vois, le monde se divise en deux catégories: ceux qui ont un pistolet chargé et ceux qui creusent…  » ni une ni deux, Armand dégaine son projet pour un premier espace à Lille !

Deux ans plus tard, fort d’une communauté d’une centaine de « Job Members », la décision est prise d’étendre le concept à d’autres villes. Décembre 2016, sont ouverts simultanément : Paris et Lyon

Le concept  : si les trois espaces ont des identités différentes, le concept est le même, chaque lieux comprend : des postes nomades, des bureaux privatifs et des salles de réunions (bureaux de 5 à 20 personnes selon l’occasion) .

Un point d'honneur est mis sur l'accueil du coworking
Pour faire patienter ses clients …

Premières impressions ?

De l’espace, du calme, ingrédients essentiels pour une concentration maximale !
De larges bureaux sont à disposition , on ne se sent pas du tout à l’étroit, bien au contraire ! L’équipe est là pour veiller à la discrétion des coworkers, sans pour autant oublier des espaces de détentes et d’échanges plutôt bien pensés : hamacs et balançoires à disposition !

A deux pas du « Hub châtelet », le coworking a fait le choix d’une décoration sur la thématique des transports avec plusieurs clins d’oeil plutôt bien pensés ! On vous laissera découvrir…

Du coté « pratique»: de nombreux d’équipements vous faciliteront la vie : de la boîte postale permettant de domicilier son activité, en passant par les douches pour les travailleurs nocturnes, tout y est .

Le Must : aux « Callboxes » en libre accès,  incontournables, pour tous les appels téléphoniques !

Indépendants, chiropracteurs, développeurs web, boîte de conseil, les profils sont très variés, une richesse que veut préserver Weréso. Les « Job Members » peuvent se retrouver lors de différents évènements : la Weréso Academy du jeudi matin ou afterworks mensuels.

Mon expérience en une phrase: pro & pratique !

De mon coté, j’ai pu avancer de manière efficace sur mes différents projets . Les Callboxes m’ont permise d’échanger en toute tranquillité avec de nouveaux free-lances de la plateforme et leur donner un maximum de clés pour décrocher leurs prochains projets . Une petite pause « thé » sur les balançoires de la cuisine avant de repartir à la connaissance des prochains nouveaux Malters Stars !

La cuisine du coworking Weréso
Petite pause thé sous la verrière.

Infos pratiques :

Ouvert de 9h à 18h, sauf si vous êtes là sur le long terme, auquel cas vous aurez un badge et pourrez venir 7 jours sur 7, 24h sur 24. Les tarifs ? 300€ HT/mois pour un poste nomade, jusqu’à 990€ HT/ mois pour un bureau privatif. Vous trouverez les infos par ici.

Retrouvez par ici d’autres coworkings – Vous souhaitez participer au cowork’tour ? Contactez-nous via : community@malt.com .

© Photos Weréso Paris / Fanny Hubert

J’ai pas envie de bosser aujourd’hui, 8 astuces pour vaincre la procrastination

Il y a des jours comme ça, des jours où vous n’avez vraiment pas envie de travailler. Vous êtes devant votre ordinateur bien sûr, mais il est 11h45 et vous avez déjà regardé 29 vidéos sur youtube et toujours pas ouvert votre boîte mail. Évidemment si vous êtes freelance, c’est d’autant plus difficile que personne n’est payé pour vous tirer du lit ou pour vérifier si vous travaillez sur ce projet ultra-urgent que vous auriez dû terminer avant-hier. Alors voici quelques petits trucs à mettre en oeuvre qui devraient vous aider à lutter contre le côté obscur de la force…

1. Si vous êtes fatigué, dormez une heure de plus

Si la raison de votre démotivation est le manque de sommeil, au lieu de snoozer votre réveil toutes les 10 minutes pendant 2h30, accordez-vous une heure de vrai sommeil en plus, ça pourrait bien sauver votre journée.

2. Commencez par vos priorités pour terminer votre journée plus rapidement

Si vous n’avez pas envie de travailler, rien ne sert de vous fixer des objectifs déments. Demandez-vous quelles sont les trois tâches prioritaires à faire impérativement aujourd’hui. Dites-vous qu’une fois ces 3 tâches terminées, vous pourrez partir faire autre chose. Avec un peu de chance, la sensation de productivité générée par l’accomplissement de ces tâches, vous remotivera pour le reste.

3. Commencez par quelque chose que vous avez envie de faire

Commencez par quelque chose qui vous amuse ou au moins qui ne vous rebute pas. Même si ça pourrait attendre la semaine prochaine,  accordez-vous de passer du temps sur quelque chose qui vous fait un minimum plaisir ou au moins qui ne vous demande pas beaucoup d’énergie.

4. Allez faire un tour

Rien ne sert de rester planté devant son ordi si c’est pour traîner sur Facebook ou lire l’intégralité des tweets publiés au cours des deux dernières années. Si vraiment vous n’arrivez pas à vous y mettre, allez faire un tour, lisez un livre, faites du sport, regardez une série, allez déjeuner avec un copain. Ça vous libérera un peu l’esprit et vous serez très probablement plus à même de vous mettre au travail en revenant.

5. Demandez-vous pourquoi vous n’avez pas envie de travailler

Il y a peut-être une raison, trouvez-la et essayez de la relativiser. Si vous êtes fatigués, faites une sieste, dites-vous que le week-end n’est pas loin, si la mission vous embête, dites-vous qu’elle finira bien par se terminer, pensez à ce qu’elle  vous apportera, si c’est une tâche qui vous rebute, débarrassez-en vous très vite et en premier et offrez-vous une récompense quand vous aurez terminé.

6. Allégez votre journée

Parfois on n’a pas envie de travailler parce qu’on est débordé et qu’on ne sait pas par où commencer. Étudiez vos éventuels rendez-vous de la journée, ce que vous aviez prévu de faire et supprimez ce qui n’est pas indispensable, reportez ce que vous pouvez reporter et déléguez ce que vous pouvez déléguer. Repriorisez vos tâches, concentrez-vous sur l’essentiel, sur ce qui va vous apporter d’une manière ou d’une autre et ne perdez pas de temps en actions inutiles.

7. Changez d’environnement de travail

Allez travailler dans une bibliothèque, un espace de coworking ou même un café. Voir des gens travailler autour de vous sera motivant et vous aurez accès à moins de distractions que chez vous.

 8. Partez en vacances.

Quand on est freelance, surtout quand on commence, on a du mal à faire la part entre le privé et le pro, on travaille tout le temps, on ne s’arrête jamais, on travaille le soir, le week-end, les jours fériés, on n’ose jamais rien refuser et on ne prend jamais de vacances. C’est une mauvaise idée. Faire un burn-out au bout de six mois ne va pas vous aider à vous lancer, alors si vous n’arrivez plus à vous motiver, que vous vous sentez fatigué, débordé et que votre motivation a rejoint votre moral dans vos chaussettes, prévoyez des vacances. Prenez votre journée si vous pouvez, mais surtout bloquez-vous deux semaines à la fin de cette mission, prenez des billets, réservez un séjour non annulable. La perspective des vacances, même s’il vous faudra attendre quelques temps vous remotivera.

Et vous ? Vous avez d’autres astuces à proposer ?

Télétravail : les 10 commandements

Le télétravail, vous connaissez ? Vous êtes freelance et vous travaillez de chez vous depuis longtemps, ou alors vous venez de vous lancer en télétravail. Quelle que soit votre situation, ce n’est pas toujours évident de travailler de chez soi. Imprimez et affichez sur votre frigo les 10 commandements du télétravail, à force, ils finiront bien par rentrer…

Commandement #1 du télétravail : ton espace de travail, tu aménageras

Ce n’est pas parce qu’on ne va pas tous les jours travailler à la Défense, qu’on n’a pas le droit à un bureau. A fortiori quand on travaille de chez soi, il faut s’aménager un vrai espace de travail. Oubliez, le canapé, le coin de la table de la cuisine ou du salon. Vous devez avoir un bureau, idéalement, une pièce indépendante, et si ce n’est pas possible « un coin bureau », installé dans un coin de votre salon. Évitez la chambre, sauf si vous avez envie de rêver de vos clients toutes les nuits… Si d’une manière ou d’une autre, vous pouvez séparer votre « coin travail » de la pièce principale, (paravent, rideau…), c’est mieux. Même si vous avez de la place dans votre cave, préférez un espace calme, éclairé par de la lumière naturelle. N’hésitez pas à lire cet article plein de bons conseils pour bien aménager son espace de travail

Commandement #2 du télétravail : Dans un vrai équipement, tu investiras

Surtout si vous venez de vous lancer, il est indispensable d’investir dans l’équipement matériel et informatique dont vous avez besoin. N’économisez pas sur votre chaise : elle doit être confortable et adaptée. N’oubliez pas que vous allez y passer probablement plus d’heures que dans votre lit ! Organisez votre espace pour avoir à portée de main, tous les outils dont vous avez besoin, informatiques ou fournitures de bureau. C’est un investissement, mais le temps perdu à relancer un ordinateur qui rame, à retrouver des données perdues ou la frustration générale qui découle d’un matériel en mauvais état, ont eux aussi un coût…

Commandement #3 du télétravail : Les distractions tu fuiras

Quand vous travaillez, vous travaillez. Vous n’êtes pas devant la télé, vous ne passez pas une heure par jour au téléphone avec votre Maman, vous n’êtes pas sur Facebook ou Twitter (Sauf si vous êtes freelance en Community Management…). Bien entendu, ça fait partie de votre quotidien de freelance de faire de la veille sur Internet, mais si vous surfez sur les forums 8h par jour, vous allez avoir une mauvaise surprise à la fin du mois… Il existe une multitude d’outils, qui permettent de contrôler l’accès aux réseaux sociaux ou de monitorer votre temps. Par exemple RescueTime vous permet d’analyser combien de temps vous passez sur chaque application de votre ordinateur, type de sites etc. Pour ma part, c’est simple, quand je travaille, mon téléphone perso reste sur silencieux, notifications coupées. Donnez-vous un temps déterminé pour accomplir une tâche et coupez toute forme de distraction jusqu’à ce que vous ayez fini. Un des avantages du télétravail est de ne pas être constamment interrompu par des réunions, des questions ou des coups de fil intempestifs, mais les distractions chez vous sont tout aussi nombreuses, il faut apprendre à les contrôler.

Commandement #4 du télétravail : Des pauses régulièrement tu feras

Télétravail humourQuand on travaille de chez soi, on peut s’organiser comme on veut. Travailler le matin si on est du matin, le soir si on est du soir… En revanche, il faut éviter de passer ses journées en pyjama toute la journée devant son ordinateur, sans mettre le nez dehors ou parler à qui que ce soit. Ce n’est bon ni pour votre productivité, ni pour votre moral ! Vous devez sortir de chez vous, au moins une fois par jour. Idéalement, faites du sport. Si vous n’avez pas le temps et même si c’est simplement pour faire des courses ou aller à la Poste, prenez l’air de temps en temps. Ça vous permettra d’y voir plus clair et d’être plus productif. 

Commandement #5 du télétravail : Ton temps de travail, tu protégeras

Ce n’est pas parce que vous travaillez de chez vous, que vous devez être corvéable à merci. Bien entendu, vous pouvez lancer une lessive tout en étant au téléphone avec un client, mais vous ne pouvez pas faire tout le ménage, les courses, la vaisselle, récupérer tous les colis de l’immeuble et vous occuper de vos enfants et de ceux de votre voisine, sur votre temps de travail. On a trop tendance à considérer que le télétravail n’est pas vraiment du travail et qu’on peut donc vous demander tout et n’importe quoi sous prétexte que vous êtes chez vous. Refusez. Expliquez à vos proches, votre entourage, que vous n’êtes pas disponible n’importe quand, vous travaillez. Vous devez protéger votre temps de travail et chaque interruption, même courte, vous déconcentre et vous fait perdre du temps.

Commandement #6 du télétravail : D’autres espaces tu testeras

Quand vous avez du mal à travailler de chez vous, allez travailler ailleurs. Parfois, on a besoin de changer d’air. Le télétravail, ça peut aussi vouloir dire, travailler en espace de co-working. Vous aurez accès à des outils que vous n’avez pas forcément chez vous. Vous développerez votre réseau et ferez des rencontres professionnelles enrichissantes. Vous pouvez aussi travailler une heure à la terrasse d’un café, si vous avez des tâches qui demandent peu de concentration, ça cassera votre routine. À vous de voir où vous travaillez le plus efficacement.

Commandement #7 du télétravail : Contre la procrastination tu lutteras

C’est d’autant plus facile de remettre à demain les tâches qui vous embêtent, que vous n’avez personne pour vous rappeler à longueur de journée ce que vous avez à faire. Surtout si vous êtes freelances, vous n’échapperez pas à la paperasse, aux coups de fil désagréables et autres taches pénibles, qu’on  remet toujours à demain. Si une tache prend moins de trois minutes, ne réfléchissez pas, faites-la immédiatement. Si une tache est plus longue et vous embête, déterminez le moment où vous vous y mettrez, par exemple, « je le ferai demain à 9h » et faites-la le lendemain à 9h. En règle générale, débarrassez-vous des corvées le plus vite possible, le matin, en début de semaine, avant de commencer à travailler sur ce qui vous intéresse. Vous vous sentirez plus léger.

Commandement #8 du télétravail : Ton bureau tu rangeras

On travaille toujours mieux dans un espace rangé. Difficile de se concentrer quand on a à peine vingt centimètres carrés pour poser son ordinateur, entre les papiers qui traînent, les mugs de café froid et les restes du sandwich au thon de la veille… Rangez, faites le ménage, triez, organisez votre espace de travail, comme vous le feriez dans un bureau classique. Non seulement, vous arriverez mieux à travailler, mais en plus ce sera nettement plus agréable au quotidien.

Commandement #9 du télétravail : Ton propre travail tu critiqueras

Quand on travaille d’un bureau, on peut facilement demander l’opinion de son collègue ou de son responsable sur tout et n’importe quoi. Quand on travaille de chez soi, on n’a peu de retour sur son travail. Il est nécessaire de développer un esprit critique intransigeant sur votre propre travail, par exemple en laissant passer une nuit sur un dossier ou un projet pour le reprendre le lendemain. Prenez le recul nécessaire pour analyser de façon objective votre propre travail. Quand vous avez un doute, demandez à quelqu’un qui connaît votre métier, de vous faire un retour objectif sur votre travail. Proposez-lui de faire de même pour lui en échange.

Commandement #10 du télétravail : Une vie personnelle tu garderas

9b52cf17158d48047be536955df07cedOn ne travaille pas en indépendant parce qu’on a envie de prendre des vacances tous les trois mois, ou alors on s’est trompé de métier… La réalité, c’est que quand on travaille de chez soi, on a vite tendance à travailler à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit, voire, tout simplement tout le temps. C’est tellement simple de passer devant son ordinateur après le dîner, de se dire « tiens je vais répondre vite fait à ce mail »… Résultat, de mail en aiguille, vous y êtes encore deux heures plus tard. Éteignez votre ordinateur quand votre journée est finie, ne le rallumez pas, ne l’emmenez pas dans votre chambre. Apprenez à séparer vie professionnelle et vie privée, c’est la clé du télétravail. Réservez-vous du temps pour voir vos proches, faire ce que vous aimez, sortir. Ce ne sera pas forcément pendant le week-end ou le soir, puisque vous êtes libres de travailler aux heures qui vous conviennent, mais dans tous les cas préservez-vous un minimum de temps libre.

Et hop ! Il ne vous reste plus qu’à vérifier sur votre profil Malt, qu’il est bien spécifié que vous travailliez de chez vous et vous êtes officiellement un pro du télétravail !

Pour avoir quelques conseils sur comment trouver et garder ses clients quand on travaille en freelance, c’est par ici !

Artichaut Coworking : un bureau, non plutôt une « coloc ».

Ouvert depuis le 1er avril, le coworking Artichaut où j’ai travaillé la semaine dernière fait partie de mes coups de coeur !

C’est un espace très beau, décoré avec finesse et sans prétention, il est baigné de lumière et invite au calme; personne ne peut rester insensible face au charme de cet espace. Julie, qui gère les lieux est architecte de métier, et l’on sent bien qu’elle a conçu l’espace avec soin et qu’elle y a mis son âme. L’accueil est chaleureux et comme elle le dit elle-même, cet espace est plus qu’un bureau partagé c’est une colocation entre plusieurs entreprises !

Mes collègues coworkers étaient bien chaleureux, on a chacun travaillé sur nos tâches, tout le monde était bienveillant et faisait attention à ne pas déranger les autres. L’esprit d’Artichaut (qui fait partie des coworkings les plus design du MONDE !) c’est que chaque coworker façonne à sa façon par sa présence, son métier et sa personnalité l’espace où il travaille ! Voilà, pourquoi cet espace de coworking pas comme les autres a un nom – très imagé – qu’on n’oublie pas :) On s’approprie un espace auquel on a accès 24/24 (eh oui chaque coworker a les clés du bureau), parce que l’important chez Artichaut c’est de se sentir comme chez soi !

Il reste encore 3 postes disponibles dans cet espace, vous pouvez bénéficier de la salle de réu, d’un bureau confortable, de collègues agréables et d’un cadre de travail apaisant à partir de 250€/mois ! Rendez-vite visite à Julie pour devenir un nouvel adepte du « colocworking » ;)

 

Pourquoi le travail ne se fait pas au travail

Dans cette vidéo TED, Jason Fried nous explique pourquoi le lieu de travail est le dernier endroit où… travailler. Au bureau, on est constamment dérangé par les M&Ms (Meetings et Managers), on n’a plus une « journée de travail », mais des « moments de travail », finalement on n’arrive à se concentrer que très tôt le matin, tard le soir, chez soi ou dans les avions ou dans les trains. Il nous propose 3 solutions pour améliorer la concentration sur le lieu de travail, à découvrir en vidéo. 

Screen Shot 2014-09-05 at 16.50.48

Comment travaille-t-on chez Github ou pourquoi compter les heures c’est du flan

Screen Shot 2014-09-05 at 15.57.11Zach Holman est développeur chez Github. Dans un article qu’il a posté sur son blog, il explique pourquoi ça n’a pas de sens de contrôler le temps de travail de ses employés. Ci-dessous le résumé en français de cet article qu’on a trouvé passionnant :

Compter les heures, c’est du flan

Le nombre d’heures travaillées est souvent utilisé pour déterminer la productivité d’une entreprise, mais pas chez Github. On ne travaille pas dans une start-up comme on travaille dans une usine. En développement, ce n’est pas parce qu’on passe plus de temps sur un problème qu’on va le résoudre. Pour coder correctement, il faut être créatif et dans le bon état d’esprit.

Quand vous êtes déprimé, énervé, vous aurez beau passer des heures devant votre ordinateur, vous ne serez pas productif. À l’inverse, il y a des jours où le code s’écrit tout seul, où vous réglez en une journée ce sur quoi vous vous arrachiez les cheveux depuis des semaines. Github veut des employés toujours productifs, et leur imposer des horaires de travail va à l’encontre de cet objectif.

Autoriser un emploi du temps complètement flexible augmente la motivation des employés. On travaille quand on en a envie, on est motivé, on se concentre sur les tâches à accomplir et non sur le nombre d’heures à rester coincé sur sa chaise de bureau, on est plus productif. Au final, le nombre total d’heures effectuées et la productivité augmentent. On n’a même plus vraiment l’impression de travailler, puisqu’on choisit de travailler quand on veut.

La journée type de Zach Holman chez Github

  • Lever vers 10h, traitement de quelques emails et des tickets créés dans la nuit
  • Prendre le bus pour aller travailler, déjeuner vers midi ou 13h.
  • Travailler de 13h jusqu’à 18h, 19h, voire 21h selon les jours.
  • Rentrer, se détendre ou travailler de son canapé jusqu’à 2h du matin ou
  • Sortir et boire un verre avec ses collègues

Bien entendu, tout le monde a sa journée type, il y en a qui préfèrent se lever tôt et se coucher tôt, d’autres qui arrivent au bureau à trois heures de l’après-midi. Il y en a qui ne viennent pas et travaillent de chez eux, même si la plupart des employés préfèrent venir au bureau. Pourquoi cette flexibilité ? Parce qu’il n’existe pas d’emploi du temps qui corresponde aux heures de productivité de tout le monde et que ce serait donc absurde d’en imposer arbitrairement un.

Mise en place

Aujourd’hui, ils sont 35 employés chez Github et cette approche marche toujours aussi bien. Dans les entreprises classiques, les managers aiment imposer des horaires et compter les heures de présence simplement parce que c’est un critère de performance simple à contrôler, même s’il est en réalité inefficace.

En revanche, quand on ne compte pas les heures, il faut être intraitable sur d’autres critères de performance : la qualité du code, la suppression des bugs, l’implication personnelle et la motivation. C’est plus compliqué de mesurer ces critères qualitatifs que de faire pointer ses employés, mais ils sont bien plus révélateurs pour appréhender la productivité d’un employé que le nombre d’heures qu’il a passées assis devant son ordinateur.

Et hop, c’est plié ! Pour lire l’article en entier et en VO, c’est par ici !

Connaissez-vous Sketch 3? (non, ce n’est pas une blague !)

Vous êtes designer, webdesigner, graphiste, mais vous ne connaissez pas encore Sketch ?

Une fois que vous aurez découvert ce logiciel vous ne pourrez plus vous en passer. Très intuitif et simple d’utilisation il vous permet de construire vos design très facilement. Synchronisés avec votre smartphones vous pouvez voir vos travaux en instantané et les adapter à la perfection à différents écrans et formats. Alors n’attendez plus, téléchargez Sketch et vous prendrez du plaisir à designer de belles choses !

Je ne vous en dis pas plus, si vous voulez découvrir et apprendre à utiliser ce logiciel rendez-vous le 25 septembre au Meet Up parisien, afin de rencontrer les équipes derrière Sketch.

Je travaille de chez moi : est-ce que j’ai le droit de faire ma lessive entre deux réunions ?

J’ai résumé ci-dessous un article en anglais très intéressant de Jolie Miller, directrice du contenu de lynda.com sur le travail à distance.

Quand vous expliquez que vous travaillez de chez vous, on vous répond toujours soit « J’adorerais travailler de chez moi, je pourrais rester en pyjama toute la journée et me concentrer correctement » ou « je n’arriverais jamais à travailler de chez moi, je passerais mes journées à regarder la télé ou à faire ma lessive au lieu de travailler ».

Il existe beaucoup de clichés et de stéréotypes sur le travail à distance, notamment l’idée qu’on est moins productif quand on travaille de chez soi, mais difficile de savoir ce qu’il en est en réalité…

Tout le monde n’est pas fait pour travailler de la maison

Ce n’est pas forcément les meilleurs employés du bureau qui seront les plus efficaces à la maison.  Si votre motivation est issue des relations avec vos collègues, de la concurrence au sein de votre équipe ou si elle est générée par votre manager, mieux vaut rester au bureau. Si la source de votre motivation réside principalement dans la passion sincère que vous ressentez pour ce que vous faites, alors vous pourrez trouver la volonté et l’esprit d’initiative nécessaires pour un travail à distance efficace.

Il est recommandé de faire une première tentative de 2 à 3 jours, voire une semaine, avant de décider qu’on travaillera de chez soi. Estimez honnêtement la quantité de travail fournie chez vous par rapport à une journée au bureau, elle ne doit jamais être inférieure à une journée dans l’entreprise.

Votre champ de vision s’en trouve forcément réduit

Quand on travaille au bureau, on passe se voir, on se croise en réunion, on déjeune ensemble à la cantine ou on va prendre un café à la machine. Quand vous êtes chez vous, toutes ces interactions disparaissent, vous vous retrouvez seul, face à vous-même et vous avez beau être quelqu’un de passionnant, vous risquez de vous ennuyer… N’hésitez pas à appeler vos collègues ou à leur envoyer un message sur le chat, juste pour discuter. Envoyez des emails régulièrement à votre équipe pour partager ce que vous avez fait, demandez-leur des retours.  Ce n’est pas parce qu’on ne vous voit pas, qu’on doit vous oublier !

Travailler plus pour travailler moins

C’est le paradoxe de la lessive. Bien entendu que vous pouvez lancer votre machine avant votre réunion de 10h ou aller chercher votre fils à la sortie de l’école. Mais ce n’est valable que si vous êtes prêts à décrocher votre téléphone après 19h et toujours disponible en cas d’urgence. Ça marche dans les deux sens : vous avez le droit de faire du perso pendant votre temps de travail, si vous êtes prêt à faire du pro pendant votre temps personnel.

La clé, c’est l’équilibre : si vous avez pris une heure en milieu de journée pour aller chez le dentiste, récupérez-la le soir ou le jour d’après. Votre entreprise mérite que vous fassiez ce pour quoi vous êtes payé, a fortiori si elle vous fait confiance en ne vérifiant pas vos horaires au pointeur et en vous laissant travailler à distance.

Organisez-vous un vrai bureau chez vous

Si c’est possible dédiez un espace spécifique à votre travail. Pas une table dans le café du coin, ou celle de votre cuisine, mais un espace calme et professionnel. Si vous voulez être crédible, il est préférable qu’on n’entende pas vos enfants crier ou la serveuse prendre votre commande quand vous êtes en conférence téléphonique avec votre responsable. Sans compter qu’une pièce fermée pour travailler, vous permet de faire une vraie coupure entre votre vie personnelle et votre vie professionnelle et de ne pas consulter vos emails à chaque fois que vous passez devant la table de la salle-à-manger.

Créez le changement tout seul

Quand vous êtes chez vous, vous n’êtes pas déconcentrés dans votre travail. Personne ne passe à votre bureau pour vous demander où vous en êtes sur tel ou tel projet. Mais vous n’avez pas non plus l’occasion de croiser votre responsable dans le couloir et de lui proposer au cours d’une discussion informelle un changement dans l’organisation de l’équipe auquel vous venez de penser.

Faites des points réguliers sur vos relations dans l’entreprise : construisez-vous de nouvelles relations ?  Entretenez-vous bien vos relations avec vos collègues les plus proches ? Êtes-vous suffisamment connectés à votre équipe ? Recevez-vous suffisamment de feedback sur votre travail ?

Choisissez un métier que vous aimez

Aucune recommandation ne sera aussi efficace que celle-ci. Dans bien des cas, la motivation d’un employé vient des relations au sein de l’entreprise, la vie sociale qui découle de son travail etc. Si vous travaillez de chez vous, cette motivation disparait, personne n’ira vérifier si vous êtes sur Facebook toute la journée. Le seul moyen d’être vraiment motivé quand vous travaillez à distance, c’est d’aimer ce que vous faites au quotidien, de prendre des initiatives pour développer votre poste, de faire des propositions de projets qui vous plaisent, de construire et d’entretenir vos relations avec votre équipe, même à distance.

Lire l’article en entier et en VO

Juste pour rire : notre board Pinterest working from home

Le coworking chez Start-Way Montrouge c’est comment ?

J’ai passé une semaine à travailler dans les bureaux de Start-Way Montrouge. Comme ma collègue Marie j’habite à 10 minutes à pieds du bureau alors j’ai presque eu l’impression de voyager ! Mais les petites 40 minutes qui me séparent de l’espace ne sont rien tellement il fait bon travailler là-bas :)

Lorsque j’ai fait la visite de l’espace avec Arnaud j’ai tout de suite été frappée par la luminosité et le volume de l’espace. L’open-space et les bureaux sont décorés avec goût, on se croirait dans un loft new-yorkais très lumineux, spacieux et « cosy ». Diverses entreprises partagent l’espace, ce qui favorise le dynamisme et permet de découvrir de nouvelles choses chaque jour !

Start-Way Montrouge

Bon c’est pas tout de jouer les touristes, mais il faut se mettre au travail ! Munie de mon code wifi pour accéder à la fibre et de mon badge je suis prête à coworker !

Bien que mon cadre de travail, mes collègues et mes petites habitudes au bureau m’aient manqués je n’ai pas vu le temps passer. Tout le monde dans l’espace était concentré sur sa tâche, l’ambiance y était studieuse mais agréable, très propice à la concentration. Et puis avoir le soleil qui vous caresse le visage quand vous êtes au bureau c’est top !

Montrouge 2

À la pause déjeuner mes voisins coworkers m’ont invitée à manger avec eux dans la cuisine du coworking. Comme le précise Arnaud l’un des co-fondateurs des espaces de coworking Start-Way, ce qu’il y a de plus enrichissant dans le fait de coworker c’est de partager avec d’autres gens venant d’horizons différents des moments, des expériences, et même des idées pour nourrir nos projets. J’adhère à ce concept de « melting-pot » professionnel qui nous permet de créer des liens ! Si vous voulez casser votre routine professionnelle je vous invite sans hésiter à venir vous installer chez Start-Way Montrouge :)

Vous avez envie de venir coworker chez Start-Way ? Vous voulez travailler en bureau fermé avec votre équipe ou en open-space entouré d’autres boîtes ?

Montrouge 4

Vous pouvez louer un bureau à plein temps toute l’année et disposer d’Internet, de l’imprimante, d’une salle de réunion et de la domiciliation de vos bureaux pour 329€/mois.

Pour ceux qui ont besoin d’un bureau de façon plus ponctuelle vous pouvez opter pour la location de bureau en part time, vous venez ou le matin ou l’après-midi, ou encore 10 jours par mois et profiter de l’espace et de ses services pour 219€/mois.

Et si vous êtes nomade et que vous voulez venir quand le coeur vous en dit, vous pouvez acheter un carnet de 10 tickets (valable pendant un an) qui vous permet de venir de manière ponctuelle dans l’espace de coworking; et vous payez seuleument 250€ pour un an !

L’espace de Montrouge qui fait actuellement 360m2 va bientôt s’agrandir et fera 1200m2 d’ici septembre alors n’attendez plus, visitez vos futurs bureaux !

Après une semaine de Malt Cowork chez Start-Way, je n’ai plus envie de rentrer au bureau ! Mais je vais me consoler en rendant une visite à nos amis de Start-Way Montreuil et Arcueil ;)