Comment gérer la période des vacances en étant freelance ?

Vous êtes sous l’eau. Pas l’eau turquoise d’une plage paradisiaque mais bien sous un océan d’e-mails, de rendez-vous, de livrables à rendre ASAP… Les vacances ne semblent donc pas vraiment à l’ordre du jour. Pourtant, elles sont indispensables pour éviter le burn-out !

Nous avons posé quelques questions à ce sujet à Pauline et Sophie, deux freelances inscrites sur Malt,  pour savoir comment elles abordent cette période.

Continuer la lecture de « Comment gérer la période des vacances en étant freelance ? »

Hubsy : entre coworking et coffee shop !

Cette semaine, une partie de l’équipe Malt a poussé la porte d’Hubsy, dans le 10ème arrondissement à Paris. Une fois les ordinateurs posés et cinq un cappuccino plus tard, nous avons posé quelques questions à Jeremy, co-fondateur avec Anthony du concept Hubsy ????

Pour commencer, peux-tu nous parler des débuts d’Hubsy ?

Tout a commencé en Australie ! Je suis parti à Sydney après mes études en expertise comptable et j’ai postulé pour un job dans un coffee shop. Anthony y était manager. On est tous les deux tombés amoureux du café et du mode de vie à l’australienne. Du coup, on a voulu l’importer à Paris !

Qu’est-ce que vos clients viennent chercher chez Hubsy ?

Je pense que les personnes, qui travaillent souvent en tant que freelances et entrepreneurs, trouvent chez Hubsy une ambiance calme et cosy. Ils ont à leur disposition une bonne connexion wifi, des prises partout et surtout du bon café ! Notre expérience de deux ans en tant que baristas en Australie nous a beaucoup influencé et cela se retrouve chez Hubsy. Cela nous tient vraiment à cœur. Toutes les personnes derrière le comptoir sont passées par une formation de 2/3 mois de barista.

Je veux venir travailler à Hubsy, comment cela se passe concrètement ? 

Déjà, nous avons deux adresses, proches l’une de l’autre : une à Arts et Métiers et l’autre à République. Pour venir travailler tout seul, pas besoin de réserver en avance. Tu payes au temps passé, calculé avec une carte remise à ton arrivée. Le café et le snacking est inclus, pas de supplément !

Et si je veux venir travailler avec d’autres personnes ? 

Dans ce cas, tu peux réserver un espace privatif directement sur notre site. Tu peux réserver pour une heure, deux heures… Et pas forcément pour une journée complète, comme c’est souvent le cas dans d’autres coworkings.

D’après tes impressions depuis le comptoir, qui sont les personnes qui viennent travailler chez Hubsy ?

Ce sont surtout des freelances et des personnes qui lancent leurs projets. On voit aussi que les choses changent doucement dans le monde du travail avec de plus en plus de télétravail.

Pour finir, peux-tu nous expliquer le nom Hubsy ? 

C’est tout simplement la combinaison entre le mot « hub », qui représente la connexion et les interactions, et Sydney, la ville où j’ai rencontré Anthony, mon associé :)

Retrouvez Hubsy sur : Facebook, Instagram et Linkedin

[Coworking Nantes] La Corderie: ambiance cosy dans une belle maison ancienne

La semaine dernière, la team Malt était de passage à Nantes pour rencontrer les freelances. A cette occasion, Philippine a testé La Corderie, un nouvel espace de coworking.

Il faut passer une ancienne grille et traverser la cour pour trouver la belle Corderie. Situé en plein coeur de Nantes, à deux pas du Muséum d’Histoire Naturelle, cette ancienne bâtisse de la fin du 18e siècle était à l’origine une corderie royale fournissant le port de Nantes !

C’est aussi la maison de famille de Maël, consultant en communication et malter, qui a voulu créer un nouvel espace de coworking pour rassembler les freelances, tout en transformant sa maison. Ancien habitué des espaces de coworking, Maël a réussi à créer un endroit inédit en donnant l’impression de travailler chez soi. 

Bilan = après de nombreux travaux et avec un an d’existence : toutes les places de l’espace sont prises ! Un succès renforcé par la superbe cour extérieure, qui offre des moments de détente, à ciel ouvert. 

Une maison studieuse et calme

Ma première impression en arrivant est le calme qui règne ! On se croirait dans une belle maison d’hôtes ! Le rez-de-chaussée est consacré aux espaces nomades et postes partagés, avec de larges tables donnant sur la cour. Au milieu des pierres apparentes, pas de porte mais des lieux séparés par des encadrements naturels. On y trouve aussi une cuisine où il est possible de préparer ses repas. Le rez-de-chaussée fait le tour de la cour et donne également accès à la salle de réunion, toute équipée, pour une dizaine de personnes.

Un bel escalier en pierre donne accès aux bureaux privatifs situés sur deux étages, tout équipés eux aussi. L’atmosphère toute particulière du lieu et un très bon éclairage offrent une ambiance de travail très agréable. Au dernier étage, les coworkers peuvent se détendre sur un canapé sous les toits ou pour passer un coup de fil au calme.

Côté pratique, La Corderie est extrêmement bien connectée puisqu’elle offre à tous ses résidents un accès à la fibre optique RJ45. Il est également possible de profiter d’un téléphone portable et d’un téléphone fixe, en fonction de l’offre choisie. De plus, le courrier est distribué à tous les utilisateurs.

Encore mieux qu’à la maison !

On rencontre à La Corderie des profils très variés : entrepreneurs, anciens salariés reconvertis, une société de communication parisienne, créatifs, architectes, designers… Une belle diversité dans un lieu vraiment atypique.

C’est donc pour moi un véritable coup de coeur ! La Corderie remplit complètement sa mission. J’ai pu travailler en toute tranquillité, passer mes coups de téléphone, profiter de la cour pour faire une petite pause et rencontrer de nouveaux freelances !

Le fait de bouleverser l’espace du coworking en l’intégrant dans une ancienne bâtisse crée un véritable sentiment de confort et bien-être, et m’a fait oublier que je n’étais pas chez moi !

Hop’auteur : Philippine Rollet 

[Coworking Paris] Cool & Workers – L’ancien bureau de poste revisité.

Cette semaine, nous étions au coeur du 11ème arrondissement pour tester un nouvel espace de travail, la team Malt au rapport !

Et c’est ainsi que nous nous retrouvons devant cet ancien bureau de poste, situé entre le Métro Saint-Ambroise et Richard Lenoir, rue du Chemin Vert – A peine rentrés, nous sommes accueillis par Myriam chez Cool & Workers. Myriam, c’est l’âme du lieu, celle qui vous accueille le matin, vous propose un petit café, vous donne le code wifi et surtout, vous présente les autres coworkers. Bref ! Avec elle vous vous sentez bien, et des synergies se créent.

Pour la petite histoire …

Derrière tout projet, se cache souvent une belle histoire entrepreneuriale, curieux comme pas deux, nous sommes allés questionner Margaux, chargée de projets chez Cool & Workers, pour en savoir un peu plus.

C’est après avoir pas mal voyagé que Nicolas Sebag, issu du monde du prêt-à-porter, et sa femme Jennifer, disposant d’un bon background dans l’immobilier, décident de se lancer. Leur objectif ? Proposer un espace de travail convivial mais studieux sans tomber dans l’écueil du bureau « incolore et inodore » ou, à l’inverse, du Starbucks bruyant. Après une longue enquête pour débusquer le lieu idéal, ils portent leur choix sur un ancien bureau de poste.

Ni une ni deux, forts de leurs compétences respectives, Jennifer s’attaque aux négociations, Nicolas à l’ameublement et la déco. En Avril 2016, le Cool & Workers ouvre ses portes.

Nicolas, le Cool & Workers porte bien son nom !

Comment on s’y sent ?

L’entrée dans les lieux est rapidement accompagnée d’une bonne odeur de café, le corner bar (géré par notre fameuse Myriam) met en avant de quoi survivre toute la journée. Café Lomi, pâtisseries de chez Pâtisselier, menu midi fait-maison, les produits sont frais et soigneusement sélectionnés et il y a l’embarras du choix. Le corner s’avère être un ancien conteneur, petit clin d’oeil de Nicolas aux nombreux voyages qui ont permis de faire naitre l’idée de cet espace de coworking parisien.

En face du corner, derrière un espace d’accueil/détente, se trouvent les postes nomades. 25 postes au total, les grandes baies vitrées permettent une luminosité agréable et non négligeable pour de bonnes conditions de travail. Au dessus de chaque table, une lampe et des prises, l’ambiance est calme mais sans pour autant être complètement silencieuse, ce qui permet de passer quelques appels téléphoniques ou d’échanger discrètement avec ses voisins sans trop déranger.

Coworking espace de travail
Saurez-vous trouver les Malteurs sur cette photo ?

A l’étage se trouvent les espaces « résidents » avec pas moins de 9 entreprises ou porteurs de projets. Comme le met en avant Margaux, un des avantages pour eux est de pouvoir échanger directement avec les freelances de l’espace nomade pour avancer dans leur activité. Et c’est comme ça que nous avons fait la connaissance d’Avelaine, Edouard et l’équipe de Gifts for Change, qui ont élu domicile dans un des espaces résidents. Un déjeuner fort en échanges avec une équipe investie dans un projet eco-responsable, on ne peut rêver mieux !

En plus de tout ça, le Cool & Workers propose 3 salles de réunions, de 3 à 10 personnes avec écrans à disposition. Nous retrouvons aussi les indispensables services de photocopies, imprimantes, casiers et Phones box.

Du coté des résidents …

Fin de la journée …

Nous ne sommes plus que quelques personnes éparses au Cool & Workers et malgré la nuit qui tombe et le rangement qui se fait derrière nous le travail continue dans une ambiance chaleureuse. Nous retiendrons de cet endroit la gentillesse de la team, les petits gâteaux et bonbons qui motivent et cette déco un peu magique très néo-industrielle qui dépayse.

Infos Pratiques :

Ouvert de 9h à 18h. Les tarifs ?

Espace nomade : 4€ / heure ou 20€ la journée – 260€ HT/mois – Jusqu’à 800€ HT/ mois pour un bureau privatif.

Horaires : du lundi au vendredi : 9h-19h  – Accès spécial pour les résidents : 6h-minuit, tous les jours.

Vous trouverez les infos par ici !

La Hop’rédaction : Fanny Hubert & Philippine Rollet

Crédits photos : Tristan Paviot / Philippine Rollet

 

[Coworking Paris] The Bureau : Chic et Soft

Cette semaine, Romain Dutour, Directeur de projet Senior et expert mobile de la plateforme a testé pour nous un nouvel espace de coworking parisien du 8eme arrondissement : The Bureau.

Retour sur l’expérience de Romain …

Oubliez les lofts du Silicon Sentier joyeusement animés et parfois un peu sens dessus dessous, ou les (immenses) espaces plus périphériques des boulevards extérieurs.

Bienvenue au cœur du Paris chic et soft, où luxe, calme et volupté sont les maîtres mots de ce nouvel espace de coworking ouvert récemment par deux associés quadragénaires, un ancien trader et un entrepreneur bien connu du monde de la fête bobo-chic parisienne.

Premières impressions ?

Ouvert il a quelques mois seulement (attention, peinture fraiche ! ), « The Bureau » se veut le plus beau coworking de Paris, face à la Seine et avec vue sur la Tour Eiffel, dans un magnifique immeuble années 30 (ancien siège d’un prestigieux cabinet d’avocats).

La décoration tendance et soignée est très réussie. Elle fait la part belle aux boiseries, belles appliques, mobilier de qualité, éclairage soigné, ambiance feutrée, peintures bleu canard et même toilettes à la japonaise.
Au rez-de-chaussée, The Café constitue le point névralgique du bâtiment. Le bar-restaurant accueille les résidents et leurs invités toute la journée : pour un café, un déjeuner à un prix correct ou pour un cocktail en afterwork. Encore une fois, le lieu est accueillant, chaleureux avec ses grands canapés, beaux livres d’art et d’essai, avec un personnel très sympathique et hyper à l’écoute.

Espace de coworking Paris The bureau 75008
La vue imprenable depuis The Bureau

Pour qui ?

Le lieu est déjà fréquenté par des entrepreneurs du digital (notamment The French Number dont je suis co-fondateur), des chasseurs de tête, des fonds d’investissement, des travailleurs du monde de la mode et de l’art et même les équipes de Snap se sont installées là.
Cela répond très certainement à un réel besoin d’une communauté des travailleurs nomades et indépendants peut-être plus « matures », un peu plus exigeants sur le confort et les services offerts sur leur lieu de travail, leur permettant par exemple de recevoir des clients dans une atmosphère digne d’un boutique-hôtel (Petit plus pour le spa et la salle de sport ! ).

Les Musts :

Tous les services habituels d’un centre d’affaires sont là, de l’accueil téléphonique, à la salle de réunion suréquipée en passant par le service traiteur, wifi ultrarapide et domiciliation d’entreprise.

L’équipe dirigeante affiche également une réelle volonté d’en faire un lieu vivant, avec au programme : des soirées, des conférences, des rencontres (un ancien astronaute est déjà intervenu), des expositions (un accrochage de photos d’un artiste dont l’agent est lui-même membre a lieu en ce moment).

Infos Pratiques :

28 cours Albert 1er – 75008 Paris

Les tarifs de lancement sont similaires à ceux du marché. Le membership avec accès illimité à un bureau en open space est de 375€/mois.

Le restaurant est actuellement ouvert aux non membres le soir jusque fin février. Allez prendre un verre et demandez à Constance, la charmante community manager, de vous faire visiter !

Un grand merci à Romain Dutour pour son article !

© Photos The Bureau

[Coworking Paris] Cosy Corner : laissez-vous chouchouter par les Angels

Cosy Corner le crie haut et fort : chez nous, faites comme chez vous !

Cosy Corner ? C’est où ?

Situé entre Châtelet et Hôtel de Ville, ce charmant espace récemment ouvert a pignon sur la rue Saint-Martin dans le 4ème arrondissement de Paris.

Pour la petite Histoire …

Ce projet est le fruit d’un besoin de deux amies, Orly et Florence, celui de bâtir un lieu à l’image de celui où elles auraient aimé travailler. Cosy Corner, c’est aussi le plaisir de recevoir, de créer un endroit de toutes pièces, de l’agencer et de le décorer à son goût. Bref, de confectionner un lieu le plus accueillant possible, à la fois fonctionnel et esthétique.


Pari réussi
pour les deux compères puisque nombreux sont les visiteurs de cet espace de coworking à l’avoir découvert par hasard, intrigués par le charme du lieu.

Premières impressions ?

A travers sa grande baie vitrée, on peut d’ailleurs deviner l’ambiance conviviale et studieuse qui y règne et remarquer le style épuré du mobilier en bois.
Timides pour jeter un coup d’oeil ? Les Angels de Cosy Corner viendront spontanément vous proposer une petite visite du lieu.
Ici, les espaces sont distingués en fonction des besoins de ses visiteurs. Au rez-de-chaussée, on passe la porte pour profiter d’un open space lumineux : certains préféreront travailler face à la rue, d’autres en retrait dans la salle.
Si l’on a envie d’opter pour un coin encore plus confort, il suffit de descendre l’escalier et d’arriver dans le salon bibliothèque où sont disposés de jolis canapés en tissu.
Les visiteurs peuvent d’ailleurs emprunter un livre à condition de l’échanger par un autre ! Pour ceux qui souhaitent brainstormer, le coworking dispose également de salles de réunion, pouvant accueillir 2 à 18 personnes.
Attention, silence svp ! Pour s’isoler un peu, travailler avec un collègue ou passer un coup de téléphone, Cosy Corner propose à ses coworkers deux conciliabules, bientôt renforcés d’une cabine téléphonique !

Le Must ?

Une cuisine spacieuse offrant de nombreux services : café, thé, boissons fraîches, fruits frais, et surtout… de délicieux gâteaux maison dont vous nous direz des nouvelles (évidemment, on n’oublie pas ses cinq fruits et légumes par jour, cela va de soi) ! Les coworkers peuvent également amener leur déjeuner, mais attention… Que du froid (car sinon bonjour l’odeur du gratin dauphinois !).
Et ce n’est pas tout… Ce coworking parisien propose un service de conciergerie à ses visiteurs. Les Angels ont pour mission d’être les plus serviables possible et de faire en sorte que les demandes aient un retour positif.
Un dernier petit plus ? Et oui ! Le coworking met à disposition de ses visiteurs des casiers dans lesquels ils peuvent non seulement les déposer, mais aussi les recharger ! Un moyen de recharger les batteries à la pause déjeuner et aussi celles de son ordinateur !
Cosy Corner, c’est donc un espace de travail accueillant, accessible à tous. Faites-y un tour, même juste pour le café, on vous garantit que ça vaut le détour !

Infos Pratiques :

Ouvert de 9h à 21, les tarifs sont ici . Une petite offre pour les Malters :  pour tout abonnement pris avant le 15 février, il y a un mois offert ;)

Rédaction : Célia Barth .

© Photos Cosy Corner .

[Coworking Paris] Weréso : calme et espace en plein Châtelet .

La semaine dernière, nous sommes allés tester le tout nouvel espace de coworking parisien dans le quartier très central de Châtelet ...

Weréso ? C’est où ? 

Pour trouver, il faut connaitre l’adresse ! Niché dans les anciens locaux de Metronews, deux étages en dessous de Drivy – c’est ici que je pose mon laptop pour la journée.

Nous sommes accueillis par Sophia et les Jobbers. Le mot d’ordre chez Weréso ? Une équipe pro et toujours disponible pour accueillir ses coworkers ainsi que leurs clients . On peut donc compter sur leur service de conciergerie : un vrai plus pour l’accueil et la prise en charge de vos rendez-vous.

Pour la petite histoire …

L’idée émane d’ Armand Verger, ancien directeur financier chez Ikea et Kiabi, alerté par la productivité perdue lors de ses nombreux déplacements professionnels . Comme dirait Clint Eastwood: “ Tu vois, le monde se divise en deux catégories: ceux qui ont un pistolet chargé et ceux qui creusent…  » ni une ni deux, Armand dégaine son projet pour un premier espace à Lille !

Deux ans plus tard, fort d’une communauté d’une centaine de « Job Members », la décision est prise d’étendre le concept à d’autres villes. Décembre 2016, sont ouverts simultanément : Paris et Lyon

Le concept  : si les trois espaces ont des identités différentes, le concept est le même, chaque lieux comprend : des postes nomades, des bureaux privatifs et des salles de réunions (bureaux de 5 à 20 personnes selon l’occasion) .

Un point d'honneur est mis sur l'accueil du coworking
Pour faire patienter ses clients …

Premières impressions ?

De l’espace, du calme, ingrédients essentiels pour une concentration maximale !
De larges bureaux sont à disposition , on ne se sent pas du tout à l’étroit, bien au contraire ! L’équipe est là pour veiller à la discrétion des coworkers, sans pour autant oublier des espaces de détentes et d’échanges plutôt bien pensés : hamacs et balançoires à disposition !

A deux pas du « Hub châtelet », le coworking a fait le choix d’une décoration sur la thématique des transports avec plusieurs clins d’oeil plutôt bien pensés ! On vous laissera découvrir…

Du coté « pratique»: de nombreux d’équipements vous faciliteront la vie : de la boîte postale permettant de domicilier son activité, en passant par les douches pour les travailleurs nocturnes, tout y est .

Le Must : aux « Callboxes » en libre accès,  incontournables, pour tous les appels téléphoniques !

Indépendants, chiropracteurs, développeurs web, boîte de conseil, les profils sont très variés, une richesse que veut préserver Weréso. Les « Job Members » peuvent se retrouver lors de différents évènements : la Weréso Academy du jeudi matin ou afterworks mensuels.

Mon expérience en une phrase: pro & pratique !

De mon coté, j’ai pu avancer de manière efficace sur mes différents projets . Les Callboxes m’ont permise d’échanger en toute tranquillité avec de nouveaux free-lances de la plateforme et leur donner un maximum de clés pour décrocher leurs prochains projets . Une petite pause « thé » sur les balançoires de la cuisine avant de repartir à la connaissance des prochains nouveaux Malters Stars !

La cuisine du coworking Weréso
Petite pause thé sous la verrière.

Infos pratiques :

Ouvert de 9h à 18h, sauf si vous êtes là sur le long terme, auquel cas vous aurez un badge et pourrez venir 7 jours sur 7, 24h sur 24. Les tarifs ? 300€ HT/mois pour un poste nomade, jusqu’à 990€ HT/ mois pour un bureau privatif. Vous trouverez les infos par ici.

Retrouvez par ici d’autres coworkings – Vous souhaitez participer au cowork’tour ? Contactez-nous via : community@malt.com .

© Photos Weréso Paris / Fanny Hubert

J’ai pas envie de bosser aujourd’hui, 8 astuces pour vaincre la procrastination

Il y a des jours comme ça, des jours où vous n’avez vraiment pas envie de travailler. Vous êtes devant votre ordinateur bien sûr, mais il est 11h45 et vous avez déjà regardé 29 vidéos sur youtube et toujours pas ouvert votre boîte mail. Évidemment si vous êtes freelance, c’est d’autant plus difficile que personne n’est payé pour vous tirer du lit ou pour vérifier si vous travaillez sur ce projet ultra-urgent que vous auriez dû terminer avant-hier. Alors voici quelques petits trucs à mettre en oeuvre qui devraient vous aider à lutter contre le côté obscur de la force…

1. Si vous êtes fatigué, dormez une heure de plus

Si la raison de votre démotivation est le manque de sommeil, au lieu de snoozer votre réveil toutes les 10 minutes pendant 2h30, accordez-vous une heure de vrai sommeil en plus, ça pourrait bien sauver votre journée.

2. Commencez par vos priorités pour terminer votre journée plus rapidement

Si vous n’avez pas envie de travailler, rien ne sert de vous fixer des objectifs déments. Demandez-vous quelles sont les trois tâches prioritaires à faire impérativement aujourd’hui. Dites-vous qu’une fois ces 3 tâches terminées, vous pourrez partir faire autre chose. Avec un peu de chance, la sensation de productivité générée par l’accomplissement de ces tâches, vous remotivera pour le reste.

3. Commencez par quelque chose que vous avez envie de faire

Commencez par quelque chose qui vous amuse ou au moins qui ne vous rebute pas. Même si ça pourrait attendre la semaine prochaine,  accordez-vous de passer du temps sur quelque chose qui vous fait un minimum plaisir ou au moins qui ne vous demande pas beaucoup d’énergie.

4. Allez faire un tour

Rien ne sert de rester planté devant son ordi si c’est pour traîner sur Facebook ou lire l’intégralité des tweets publiés au cours des deux dernières années. Si vraiment vous n’arrivez pas à vous y mettre, allez faire un tour, lisez un livre, faites du sport, regardez une série, allez déjeuner avec un copain. Ça vous libérera un peu l’esprit et vous serez très probablement plus à même de vous mettre au travail en revenant.

5. Demandez-vous pourquoi vous n’avez pas envie de travailler

Il y a peut-être une raison, trouvez-la et essayez de la relativiser. Si vous êtes fatigués, faites une sieste, dites-vous que le week-end n’est pas loin, si la mission vous embête, dites-vous qu’elle finira bien par se terminer, pensez à ce qu’elle  vous apportera, si c’est une tâche qui vous rebute, débarrassez-en vous très vite et en premier et offrez-vous une récompense quand vous aurez terminé.

6. Allégez votre journée

Parfois on n’a pas envie de travailler parce qu’on est débordé et qu’on ne sait pas par où commencer. Étudiez vos éventuels rendez-vous de la journée, ce que vous aviez prévu de faire et supprimez ce qui n’est pas indispensable, reportez ce que vous pouvez reporter et déléguez ce que vous pouvez déléguer. Repriorisez vos tâches, concentrez-vous sur l’essentiel, sur ce qui va vous apporter d’une manière ou d’une autre et ne perdez pas de temps en actions inutiles.

7. Changez d’environnement de travail

Allez travailler dans une bibliothèque, un espace de coworking ou même un café. Voir des gens travailler autour de vous sera motivant et vous aurez accès à moins de distractions que chez vous.

 8. Partez en vacances.

Quand on est freelance, surtout quand on commence, on a du mal à faire la part entre le privé et le pro, on travaille tout le temps, on ne s’arrête jamais, on travaille le soir, le week-end, les jours fériés, on n’ose jamais rien refuser et on ne prend jamais de vacances. C’est une mauvaise idée. Faire un burn-out au bout de six mois ne va pas vous aider à vous lancer, alors si vous n’arrivez plus à vous motiver, que vous vous sentez fatigué, débordé et que votre motivation a rejoint votre moral dans vos chaussettes, prévoyez des vacances. Prenez votre journée si vous pouvez, mais surtout bloquez-vous deux semaines à la fin de cette mission, prenez des billets, réservez un séjour non annulable. La perspective des vacances, même s’il vous faudra attendre quelques temps vous remotivera.

Et vous ? Vous avez d’autres astuces à proposer ?

Télétravail : les 10 commandements

Le télétravail, vous connaissez ? Vous êtes freelance et vous travaillez de chez vous depuis longtemps, ou alors vous venez de vous lancer en télétravail. Quelle que soit votre situation, ce n’est pas toujours évident de travailler de chez soi. Imprimez et affichez sur votre frigo les 10 commandements du télétravail, à force, ils finiront bien par rentrer…

Commandement #1 du télétravail : ton espace de travail, tu aménageras

Ce n’est pas parce qu’on ne va pas tous les jours travailler à la Défense, qu’on n’a pas le droit à un bureau. A fortiori quand on travaille de chez soi, il faut s’aménager un vrai espace de travail. Oubliez, le canapé, le coin de la table de la cuisine ou du salon. Vous devez avoir un bureau, idéalement, une pièce indépendante, et si ce n’est pas possible « un coin bureau », installé dans un coin de votre salon. Évitez la chambre, sauf si vous avez envie de rêver de vos clients toutes les nuits… Si d’une manière ou d’une autre, vous pouvez séparer votre « coin travail » de la pièce principale, (paravent, rideau…), c’est mieux. Même si vous avez de la place dans votre cave, préférez un espace calme, éclairé par de la lumière naturelle. N’hésitez pas à lire cet article plein de bons conseils pour bien aménager son espace de travail

Commandement #2 du télétravail : Dans un vrai équipement, tu investiras

Surtout si vous venez de vous lancer, il est indispensable d’investir dans l’équipement matériel et informatique dont vous avez besoin. N’économisez pas sur votre chaise : elle doit être confortable et adaptée. N’oubliez pas que vous allez y passer probablement plus d’heures que dans votre lit ! Organisez votre espace pour avoir à portée de main, tous les outils dont vous avez besoin, informatiques ou fournitures de bureau. C’est un investissement, mais le temps perdu à relancer un ordinateur qui rame, à retrouver des données perdues ou la frustration générale qui découle d’un matériel en mauvais état, ont eux aussi un coût…

Commandement #3 du télétravail : Les distractions tu fuiras

Quand vous travaillez, vous travaillez. Vous n’êtes pas devant la télé, vous ne passez pas une heure par jour au téléphone avec votre Maman, vous n’êtes pas sur Facebook ou Twitter (Sauf si vous êtes freelance en Community Management…). Bien entendu, ça fait partie de votre quotidien de freelance de faire de la veille sur Internet, mais si vous surfez sur les forums 8h par jour, vous allez avoir une mauvaise surprise à la fin du mois… Il existe une multitude d’outils, qui permettent de contrôler l’accès aux réseaux sociaux ou de monitorer votre temps. Par exemple RescueTime vous permet d’analyser combien de temps vous passez sur chaque application de votre ordinateur, type de sites etc. Pour ma part, c’est simple, quand je travaille, mon téléphone perso reste sur silencieux, notifications coupées. Donnez-vous un temps déterminé pour accomplir une tâche et coupez toute forme de distraction jusqu’à ce que vous ayez fini. Un des avantages du télétravail est de ne pas être constamment interrompu par des réunions, des questions ou des coups de fil intempestifs, mais les distractions chez vous sont tout aussi nombreuses, il faut apprendre à les contrôler.

Commandement #4 du télétravail : Des pauses régulièrement tu feras

Télétravail humourQuand on travaille de chez soi, on peut s’organiser comme on veut. Travailler le matin si on est du matin, le soir si on est du soir… En revanche, il faut éviter de passer ses journées en pyjama toute la journée devant son ordinateur, sans mettre le nez dehors ou parler à qui que ce soit. Ce n’est bon ni pour votre productivité, ni pour votre moral ! Vous devez sortir de chez vous, au moins une fois par jour. Idéalement, faites du sport. Si vous n’avez pas le temps et même si c’est simplement pour faire des courses ou aller à la Poste, prenez l’air de temps en temps. Ça vous permettra d’y voir plus clair et d’être plus productif. 

Commandement #5 du télétravail : Ton temps de travail, tu protégeras

Ce n’est pas parce que vous travaillez de chez vous, que vous devez être corvéable à merci. Bien entendu, vous pouvez lancer une lessive tout en étant au téléphone avec un client, mais vous ne pouvez pas faire tout le ménage, les courses, la vaisselle, récupérer tous les colis de l’immeuble et vous occuper de vos enfants et de ceux de votre voisine, sur votre temps de travail. On a trop tendance à considérer que le télétravail n’est pas vraiment du travail et qu’on peut donc vous demander tout et n’importe quoi sous prétexte que vous êtes chez vous. Refusez. Expliquez à vos proches, votre entourage, que vous n’êtes pas disponible n’importe quand, vous travaillez. Vous devez protéger votre temps de travail et chaque interruption, même courte, vous déconcentre et vous fait perdre du temps.

Commandement #6 du télétravail : D’autres espaces tu testeras

Quand vous avez du mal à travailler de chez vous, allez travailler ailleurs. Parfois, on a besoin de changer d’air. Le télétravail, ça peut aussi vouloir dire, travailler en espace de co-working. Vous aurez accès à des outils que vous n’avez pas forcément chez vous. Vous développerez votre réseau et ferez des rencontres professionnelles enrichissantes. Vous pouvez aussi travailler une heure à la terrasse d’un café, si vous avez des tâches qui demandent peu de concentration, ça cassera votre routine. À vous de voir où vous travaillez le plus efficacement.

Commandement #7 du télétravail : Contre la procrastination tu lutteras

C’est d’autant plus facile de remettre à demain les tâches qui vous embêtent, que vous n’avez personne pour vous rappeler à longueur de journée ce que vous avez à faire. Surtout si vous êtes freelances, vous n’échapperez pas à la paperasse, aux coups de fil désagréables et autres taches pénibles, qu’on  remet toujours à demain. Si une tache prend moins de trois minutes, ne réfléchissez pas, faites-la immédiatement. Si une tache est plus longue et vous embête, déterminez le moment où vous vous y mettrez, par exemple, « je le ferai demain à 9h » et faites-la le lendemain à 9h. En règle générale, débarrassez-vous des corvées le plus vite possible, le matin, en début de semaine, avant de commencer à travailler sur ce qui vous intéresse. Vous vous sentirez plus léger.

Commandement #8 du télétravail : Ton bureau tu rangeras

On travaille toujours mieux dans un espace rangé. Difficile de se concentrer quand on a à peine vingt centimètres carrés pour poser son ordinateur, entre les papiers qui traînent, les mugs de café froid et les restes du sandwich au thon de la veille… Rangez, faites le ménage, triez, organisez votre espace de travail, comme vous le feriez dans un bureau classique. Non seulement, vous arriverez mieux à travailler, mais en plus ce sera nettement plus agréable au quotidien.

Commandement #9 du télétravail : Ton propre travail tu critiqueras

Quand on travaille d’un bureau, on peut facilement demander l’opinion de son collègue ou de son responsable sur tout et n’importe quoi. Quand on travaille de chez soi, on n’a peu de retour sur son travail. Il est nécessaire de développer un esprit critique intransigeant sur votre propre travail, par exemple en laissant passer une nuit sur un dossier ou un projet pour le reprendre le lendemain. Prenez le recul nécessaire pour analyser de façon objective votre propre travail. Quand vous avez un doute, demandez à quelqu’un qui connaît votre métier, de vous faire un retour objectif sur votre travail. Proposez-lui de faire de même pour lui en échange.

Commandement #10 du télétravail : Une vie personnelle tu garderas

9b52cf17158d48047be536955df07cedOn ne travaille pas en indépendant parce qu’on a envie de prendre des vacances tous les trois mois, ou alors on s’est trompé de métier… La réalité, c’est que quand on travaille de chez soi, on a vite tendance à travailler à n’importe quelle heure du jour ou de la nuit, voire, tout simplement tout le temps. C’est tellement simple de passer devant son ordinateur après le dîner, de se dire « tiens je vais répondre vite fait à ce mail »… Résultat, de mail en aiguille, vous y êtes encore deux heures plus tard. Éteignez votre ordinateur quand votre journée est finie, ne le rallumez pas, ne l’emmenez pas dans votre chambre. Apprenez à séparer vie professionnelle et vie privée, c’est la clé du télétravail. Réservez-vous du temps pour voir vos proches, faire ce que vous aimez, sortir. Ce ne sera pas forcément pendant le week-end ou le soir, puisque vous êtes libres de travailler aux heures qui vous conviennent, mais dans tous les cas préservez-vous un minimum de temps libre.

Et hop ! Il ne vous reste plus qu’à vérifier sur votre profil Malt, qu’il est bien spécifié que vous travailliez de chez vous et vous êtes officiellement un pro du télétravail !

Pour avoir quelques conseils sur comment trouver et garder ses clients quand on travaille en freelance, c’est par ici !