5 minutes avec Tom, développeur/intégrateur freelance

La communauté Malt ne cesse de s’agrandir et nous souhaitons à tout prix vous faire partager la diversité de ses profils.Aujourd’hui, c’est donc Tom, développeur/intégrateur freelance, spécialiste du télétravail, qui accepte de répondre à toutes nos questions !

image

– Comment as-tu connu Malt ?

Très simplement en voyant passer des tweets pas très longtemps après la création d’malt. Comme c’est sans abonnement et sans contrainte, je me suis créé un compte en me disant que je verrai bien si quelque chose en sort ou non. Un peu de visibilité ne fait jamais de mal.

– Tu en es à ta troisième mission via Malt, certaines en télétravail, d’autres où tu te déplaces sur Paris. Comment cela s’est passé ?

En fait, pour l’instant toutes les missions ont été en télétravail. Des déplacement sur Paris sont en discussion pour bientôt mais je peux faire l’aller retour facilement et assez économiquement.
Ces premières missions se sont très bien passées. Missions courtes (2 jours en moyenne) qui démarrent très rapidement, idéal pour remplir le planning et diversifier le travail. D’autres missions plus longues sont en discussion.

– Qu’est-ce que tu apprécies le plus avec Malt ?

Je dirais que c’est de travailler avec des professionnels du web qui sont pointus dans leur domaine et exigeants. J’apprends beaucoup. Sinon, les autres avantages sont surtout le suivi de l’équipe malt, j’avoue que j’ai été surpris par le premier coup de fil de Vincent (fondateur d’Malt) pour discuter des opportunités et de comment améliorer le site. Et de façon plus terre à terre, malt m’a apporté des clients. Des clients assez importants qui ne m’auraient jamais trouvé sans passer par cette plateforme.

– Le télétravail ne semble d’ailleurs pas être une contrainte pour toi, tu nous expliques pourquoi ?

J’apprécie vraiment cette liberté. Le télétravail n’est pas une contrainte pour la plus part des professionnels du numérique. Les outils sont nombreux et fonctionnent bien. En presque 3 ans de freelance, j’ai toujours travaillé de chez moi. Pour la petite histoire, je travaille depuis plus de 2 ans avec une agence près de Lyon et je les rencontrerai pour la première fois début novembre car je donnerai une petite formation WordPress à un client. Je testerai peu être le coworking mais pour l’instant j’aime assez bien voir mon quartier se vider tous les matins et être au calme dans un environnement que l’on a choisi.
L’autre avantage (qui est aussi un inconvénient) est que mon bureau est partout et nul part. L’an dernier je rejoignais très régulièrement mon amie à Rome et travaillais de là-bas. En contre partie, mon bureau est avec moi 24/7 et parfois difficile à déconnecter.

– Tu nous parles de ton métier de développeur/intégrateur ?

C’est un peu être entre le marteau et l’enclume mais moins violent. Plus sérieusement, je conçois ce métier comme une passerelle entre les idées et le concret. Un peu comme un maçon du web. Il faut maîtriser plusieurs langages : celui du graphiste et celui des machines. C’est assez naturellement que cette voie m’a attiré, je m’intéresse autant à l’art qu’à la technique et les vraies réussites sont quand les 2 domaines se retrouvent. Après, c’est aussi les challenges permanents et la vitesse d’évolution incroyable du web qui me permettent de ne pas m’ennuyer. Personne n’arrivera à être réellement un expert car le temps d’ajouter le titre sur les cartes de visites, quelque chose de nouveau sera apparu.

– Pourquoi as-tu décidé de devenir Freelance ?

Je suis presque autodidacte même si j’ai toujours travaillé dans l’informatique. J’arrive de la branche la plus éloignée (et mal aimée ?) de l’informatique : celle qui est industrielle. Après 5 ans à coder en C pour des bancs d’essai j’ai pu prendre un virage très serré vers le monde des ERP et des bases de données Oracle. Là aussi il m’a fallut presque 5 ans pour me rendre compte que je voulais quelque chose d’autre. J’ai eu la chance de connaitre l’avant Internet et de grandir en même temps que lui. Le web me passionnait depuis ses débuts et c’était un loisir. J’avais aussi envie d’entreprendre, d’avoir le choix de travailler 70 heures par semaine ou de faire des week-ends de 5 jours. D’ailleurs les agences web refusaient obstinément de m’embaucher sans doute à cause du manque d’expérience. L’occasion s’est présentée et je savais que c’était maintenant ou jamais.
Au final c’est aussi la liberté qui m’a motivé. Les horaires de bureau sont trop contraignants si la vie n’est pas monotone. Ce n’est pas une horloge qui doit rythmer le travail mais plutôt le travail qui donne la cadence.

– Une manie de freelance ou de développeur peut -être ?

Clique droit puis afficher le code ? Mais sinon je suis à peu près normal. Je prétends détester les graphistes mais au fond, je pense comme eux :)

– Pour terminer, un petit mot pour la communauté Malt ?

J’ai le sentiment que nous sommes en train de créer une communauté de qualité. Les clients comme les prestataires ont l’air d’être des gens sérieux qui aiment ce qu’ils font et le font bien. Continuez comme ça !

Merci beaucoup Tom !

Retrouvez Tom et son profil sur www.malt.com : http://www.malt.com/profile/51b2f0132a07e9483ddede18

Et si vous souhaitez être mis à la une dans l’interview freelance Malt vous pouvez contacter Emmanuelle (emmanuelle (@) malt (point) com). A bientôt !

Take Off Talks de Lille – 1ère édition

Le 17 septembre, le Take Off Talks de Lille nous accueillait pour sa première édition spéciale Web ! C’est Robin, l’un des freelances “star” de Malt et co-fondateur de l’événement qui nous avait invité pour cette première édition.

L’idée du Take Off ? Organiser une conférence tous les mois, avec plusieurs intervenants sur une thématique bien précise.

Pour Malt, ce fut donc l’occasion d’échanger sur ce phénomène de société que représente l’arrivée massive des freelances sur le marché du travail. Nous avons pu aussi retrouver quelques freelances Lillois déjà inscrits sur Malt.

Merci encore à l’équipe Takeoff !

DSC_8206

Robin présente le Take Off Talks de Lille

DSC_8215

Vincent, co-fondateur, présente Malt

DSC_8219

Vincent et la présentation sur le phénomène freelance (il y a des dissipés au premier rang !)

DSC_8222

Jean-Baptiste co-fondateur de Malt

DSC_8184 Après les conférences, c’est l’heure d’échanger autour du bar ou sur les canapés

DSC_8185

L’accueil Lillois, toujours au top !

Les freelances et les vacances : résultats du sondage Malt.

Bonjour à tous !

Rappelez-vous il y a quelques jours, nous vous envoyions un email avec l’objet : “Qu’est-ce que tu fais pour les vacances ?”. Voici enfin les résultats de notre sondage sur les freelances Malt et les vacances.

Plus de la moitié d’entre vous prendront des vacances, pour les autres, une pensée amicale et peut-être la possibilité de relancer en 2013 ce tumblr de l’été dernier “Mon été de merde«  !

Et si un data-designer veut se dévouer pour en faire une belle infographie, ce serait encore mieux :)

image

La majorité d’entre vous partira donc 2 semaines. On notera les 3% de chanceux qui s’offrent plus d’un mois de vacances ;).

image

Le mois d’août remporte les suffrages pour la période à laquelle vous préférez partir, un tiers d’entre vous préfère attendre la fin des vacances scolaires pour partir !

image

Difficile d’être complètement déconnecté en vacances quand on est freelance, comme nous montrent les résultats du sondage !

image

Cet été, pour plus de la moitié d’entre vous ce sera maillot de bain, lunettes et crème solaire. Nous noterons quand même les 3% qui vont rendre visite à leur grand-mère !

image

Les freelances, cette année, privilégient pour la plupart la France !

image

Merci à tous d’avoir participé à ce sondage ! Comme vous pouvez le voir ce sondage reflète la diversité des profils de la communauté Malt !

image

Réponses collectées auprès d’un échantillon de 37 freelances.

Retrouvez-nous sur malt.com ! Et pour tous ceux qui ne seront pas, plus ou pas encore en vacances ou tout simplement sur Paris le 30 juillet, rendez-vous pour un Hopapéro avec le Paris Android User Group !

Simplon, une ONG qui forme à Ruby

Vous connaissez Ruby ? Ce language objet inventé dans les années 90s par un japonais, pour écrire du code de façon plus simple et sexy. C’est aussi le language qui ont permis à des entreprises telles que Twitter ou Airbnb de se lancer.

Aujourd’hui, nous avons rencontré Frédéric Bardeau de Simplon, une ONG formant des jeunes des quartiers à Ruby pour devenir développeur ou même lancer leur propre start-up.

Simplon c’est d’abord un lieu, 225 m2 à Montreuil dans l’est de Paris. C’est aussi des partenaires institutionnels et privés qui aident le projet, en particulier en proposant des formations. Et c’est surtout des promotions de 24 jeunes formés en 6 mois à Ruby.

D’ici quelques jours, nous irons visiter l’espace à Montreuil et rencontrer le reste de l’équipe. On réfléchit aussi aux événements Malt que l’on pourrait faire sur place, en particulier avec les freelances Ruby. Et si vous avez des idées, contactez-nous pour en parler ou contactez directement Simplon si vous souhaitez contribuer à ce beau projet. Vous pouvez aussi les soutenir sur ulule.

Apéro le 30 juillet avec le Paris Android User Group

Si vous êtes là au milieu de l’été et vous avez envie de retrouver des amis freelances autour d’une bonne bière (de nos amis de chez Gallia Paris), nous organisons un petit apéro à la fraîche avec les brillants membres du Paris Android User Group.

Le lieu : l’espace de coworking le Show-room, un bel espace qui vient d’ouvrir, au 12 rue des fontaines du Temple, 75003 Paris.

Le 30 Juillet, à 19h.

Les gens que vous y rencontrerez : surtout la communauté développeurs Android de Paris, des freelances en tout genre, et une partie de l’équipe Malt restée pendant les vacances !

Pour s’inscrire c’est ici, et vite car il n’y a plus beaucoup de place… http://www.meetup.com/Android-Paris/events/130678232/

L’Interview en 5 minutes de Yohann, photographe freelance Malt

L’interview d’un freelance Malt est de retour ! La rubrique vous permet chaque semaine d’en apprendre un peu plus sur un freelance de la communauté Malt.

Aujourd’hui, nous interviewons Yohann, photographe freelance !

3,2,1 c’est parti pour 5 min en compagnie de Yohann !

image

Tu nous parles de ton métier ?

Je suis photographe freelance (http://portfolio.yohannlibot.com), je travaille principalement avec des personnes de l’industrie musicale, mais je fais également de la photo plus traditionnelle pour des couples, mariages, baptêmes ou encore des books pour modèles/comédiens.

Pourquoi en freelance ? et depuis quand ?

En freelance car c’était le statut que j’avais en commençant à vivre de ma passion au Canada, j’ai gardé celui-ci et son fonctionnement depuis mon retour en France fin novembre 2012. Ce statut me permet beaucoup de liberté que ça soit concernant mes horaires, ma gestion des clients ou encore dans la créativité de mon travail !

Qu’est-ce qui te plait le plus dans le statut de freelance ?

Justement ce que je viens de dire au dessus, après j’ai aussi une certaine fierté, fierté de me dire que tout ce que je fais ne vient que de moi. C’est beaucoup de travail, mais c’est super valorisant !

La journée type d’un photographe freelance ?

Ah si seulement il y en avait une !

En gros j’essaye de me lever chaque jour à 8h. Je regarde mes mails, réponds aux plus urgents puis je regarde le planning de ma journée et la météo (sachant que je travaille à 80% en extérieur).

Ensuite jusqu’au midi je fais de la veille, de la post-prod sur des clichés réalisés les jours précédents, je m’occupe de mon blog  (http://yohannlibot.com/) et de mes différents profils sociaux. C’est aussi en matinée que je prépare les devis/factures.

La plupart du temps je suis en shootings chaque après-midi.

En fin de journée, j’aime m’installer en terrasse et relever à nouveau mes mails, regarder les photos de la journée, commencer le tri, éventuellement le traitement.. Puis planifier la journée du lendemain.

Je suis basé à Montpellier mais travaille un peu partout en France, alors il m’arrive également régulièrement de faire mon travail de veille, etc en train lors de mes déplacements.

Ton lieu de travail préféré ?

Une terrasse de café pour tout ce qui est de répondre à mes différents mails,communication online ou appels à passer. Après je n’ai pas d’emplacement type, sachant que je fais de la photographie lifestyle, mon lieu de travail est partout !

Tes manies de freelance ?

Je ne crois pas en avoir… !

Comment as-tu connu Malt ?

Hum, je ne sais plus exactement, il me semble via Twitter dans les premiers jours de lancement de la version beta, j’ai de suite accroché et ai crée mon profil.

Qu’est-ce qui t’intéresse le plus dans Malt ?

J’aime la visibilité que le site apporte et sa communauté, de plus je trouve le site très bien fait, beau et ergonomique ce qui n’est pas le cas des quelques sites concurrents que j’ai pu voir auparavant… Ah et un gros gros plus, la réactivité de l’équipe que ça soit par mail ou via Twitter, j’ai toujours une réponse rapide et ça j’adore ce qui me donne d’autant plus envie de travailler via votre plateforme !

Merci Yohan !

Venez découvrir son profil Malt ! http://www.malt.com/profile/515a9072ed85b7b6c19b6619

Et si vous souhaitez être mis à la une dans l’interview freelance Malt vous pouvez contacter Emmanuelle (emmanuelle (@) malt (point) com). A bientôt !

5 min avec Alexandre, community manager freelance sur Malt

Bonjour à tous !

L’interview d’un freelance Malt, la rubrique qui vous permet de découvrir des freelances de la communauté Malt, c’est maintenant !

En parlant de communautés, nous recevons aujourd’hui Alexandre, community manager, c’est parti pour 5 min en compagnie d’Alexandre !

image

Tu nous parles de ton métier ?

Quand j’ai commencé ma licence de communication à l’ISCPA (à Paris) j’avais en tête de devenir attaché de presse. Le métier de community management n’existait pas encore vraiment et est arrivé pendant mon premier stage. Et ça a été le coup de foudre. Par mes hobbies, j’ai une légère spécialisation dans le cinéma (je suis rédacteur pour le site www.cloneweb.net) mais j’ai un parcours assez éclectique. 
Le community management a de nombreuses idées reçues. La première “tu passes ta journée sur Facebook” (marche aussi en “c’est pas un vrai métier”). Alors oui, ça m’ait arrivé de passer mes journées sur les réseaux sociaux. Sur une stratégie que j’avais établi au préalable, avec des publications réfléchies et ciblées, une veille constante etc. Mais il m’est aussi arrivé d’organiser des événements, de gérer des conférences de presse, d’écrire des articles pour des blogs. Et on a également tendance à oublier que c’est nous qui gérons les relations avec les blogueurs et parfois aussi les journalistes. Dès septembre je vais aussi donner des cours à l’ISCPA, à Paris, de Community Management. Je commence à les préparer la semaine prochaine !

Pourquoi en freelance ? et depuis quand ?

Je suis en freelance depuis 2011. A l’époque j’étais en stage en relation presse chez Seven Sept, un éditeur de DVD. Pendant ce stage j’ai également repris la main sur les réseaux sociaux et développer les relations avec les blogueurs cinéma. Les 6 mois se sont très bien passés, et j’ai eu une proposition d’embauche. Je n’avais malheureusement pas fini mes études, j’ai donc choisi le statut d’auto-entrepreneur. Depuis, j’ai fini mes études et je suis resté là-dedans parce que les opportunités de freelance sont arrivées plus vite que celles de CDI ou CDD.

Qu’est-ce qui te plait le plus dans le statut de freelance ?

De pouvoir toucher à tout, et de ne pas avoir ce problème de tâches répétitives. Un jour je vais travailler pour du cinéma, l’autre pour une auto-école, pour un site internet. C’est une liberté géniale qui a cependant une contrepartie : les périodes creuses. Mais on fait avec !

La journée type d’un community manager freelance ?

Le réveil sonne aux alentours de 09h00. Premier réflexe (avant même de sortir du lit) : checker mon iPhone : mes mails, mettre à jour tous mes réseaux sociaux, ceux de mes clients. J’effectue ensuite une veille en fonction de mes campagnes en cours. Et la journée se déroule doucement. Difficile de dire qu’il y a une journée type. Tout dépendra de mes actions du moment. Je peux passer des journées entières à switcher entre Facebook et Twitter, ou d’autres à échanger avec des blogueurs, à préparer un événement. Mais tout suit son cours sans trop d’embûches parce que toutes mes journées sont préparées à l’avance avec mes clients.

Ton lieu de travail préféré ?

Mon canapé. Entre ma tablette, mon ordi portable et mon iPhone, avec généralement du U2 en fond. Parfait pour bosser !

Tes manies de freelance ?

J’en ai deux : constamment sur mon téléphone à checker mes alertes toutes les 5 minutes, ce qui a tendance à agacer mon entourage. Mais c’est mon outil de travail quand je suis à l’extérieur ! Sinon la deuxième : j’ai une fâcheuse tendance à finir de bosser tard (le réveil aux alentours de 8h30 et l’extinction des feux vers 2h, la preuve en est qu’il est 2h40 et que je réponds à ces questions).

Comment as-tu connu Malt ?

Si mes souvenirs sont bons, par mon compte Twitter (https://twitter.com/AlexLoos) pendant la version bêta. Un de mes followers m’a parlé de ça et je me suis inscris.

Qu’est-ce qui t’intéresse le plus dans Malt ?

Le fait d’avoir enfin une vraie plateforme claire et pratique mettant en avant non pas les entreprises ou les jobs mais les freelances !

Merci Alexandre !

Venez découvrir son profil Malt ! http://www.malt.com/profile/51654669ed85b7b6c19b6638

Et si vous souhaitez être mis à la une dans l’interview freelance Malt vous pouvez contacter Emmanuelle (emmanuelle (@) malt (point) com). A bientôt !

L’Interview freelance Malt : 5 min avec David, développeur Java

Comme chaque semaine (et même plusieurs fois par semaine !), Malt vous permet de découvrir un freelance de la communauté Malt.

Aujourd’hui, nous accueillons un freelance que vous connaissez tous sans vraiment connaître et oui c’est David, développeur Java, un des visages (de stars !) de la page d’accueil du site (tout comme Amélie ;) ).

3,2,1 c’est part pour 5 min en compagnie de David, développeur Java freelance :

image

Tu nous parles de ton métier ?

Je suis développeur. J’aide mes clients à réaliser à des applications. Des sites web, mais aussi des applications serveur, ou Java/Swing ou iOS.

J’interviens sur les choix d’architecture, l’outillage, la stratégie de test ou le développement à proprement parler. Mon expérience me permet d’avoir du recul et j’apporte souvent un point de vue extérieur rafraichissant.

Pourquoi en freelance ? Depuis quand ?

Tout a commencé pour moi en 2011. Après plus de dix ans à encadrer des équipes de développement pour des éditeurs ou en cabinet de conseil, je voulais me concentrer sur mes envies propres tout en partageant mon expérience.

Qu’est-ce qui te plaît le plus dans le statut de freelance ?

Une liberté totale. Je gère mon temps en fonction de mes aspirations. J’équilibre clients et projets personnels.

La journée type d’un développeur freelance ?

Je n’ai pas de journée type ! Le lundi, j’accompagne mon fils à l’école puis je fonce au Starbucks pour travailler. Le mardi je suis chez un client, dans ses bureaux. Le reste de la semaine, je travaille à droite et à gauche selon mes projets et mes clients, parfois chez moi, parfois à la Cantine. J’aime “squatter” les bureaux des autres pour travailler ensemble ou juste pour ne pas me retrouver seul. J’assiste également à des conférences en France ou à l’étranger. Cela permet de travailler mon réseau et de garder une oreille attentive aux évolutions de mon métier.

Ton lieu de travail préféré ?

Ce que j’aime c’est changer tous les jours. Chaque endroit a ses avantages et en changeant régulièrement, on ne subit pas les inconvénients.

Tes manies de freelance ?

Aller à la rencontre des gens. Toutes les occasions sont bonnes pour partager.

Comment as-tu connu Malt ?

Vincent m’a présenté l’idée d’Malt pour la développer avec moi. Malheureusement, je venais tout juste de reprendre un poste salarié. Donc pas de temps ! Je lui ai présenté des amis indeps. et l’aventure a continué sans moi.

Qu’est-ce qui t’intéresse le plus dans Malt ?

Je souhaite que le métier de freelance se démocratise. Je souhaite aussi que les bons freelances soient rémunérés à la hauteur de leur savoir-faire et de leur savoir-transmettre. Malt va dans cette direction. Freelances et clients ont tout à y gagner.

Merci David !

 Venez découvrir son profil Malt ! http://www.malt.com/profile/51028e06d393273e34aefeee

Et si vous souhaitez être mis à la une dans l’interview freelance Malt vous pouvez contacter Emmanuelle (emmanuelle (@) malt (point) com). A bientôt !

Petit-déjeuner Malt à l’Anticafé – Les photos !

Jeudi dernier, nous avions invité les freelances Parisiens inscrits sur Malt à venir prendre un petit-déjeuner avec nous avant de commencer leur journée de travail. Nous étions une cinquantaine, dans l’excellent anticafé, à discuter du futur lancement de Malt, d’ici quelques jours.

Voici quelques photos.

image

Ca “networke” à fond. Echanges de business cards japanese style.

image

Il y avait de quoi boire et manger à l’Anticafé.

image

Les fondateurs présentent le futur site

image

Beaucoup de webdesigners, des développeurs, des illustrateurs…

image

Bonjour, bonjour.

image

Photo Shooting avec Emilee (pour ceux dont on a refait le portrait, les photos vous seront envoyées très bientôt !)

image

Et même une illustratrice qui avait envie de croquer le portrait d’une autre freelance !