Bien choisir son expert-comptable en tant que freelance

En tant que freelance avec un statut d’auto-entrepreneur, la comptabilité est relativement simple : vous déclarez votre chiffre d’affaires tous les trimestres et l’état en prélève 22%. Quand vous dépassez les seuils, vous quittez la micro-entreprise (et sa comptabilité simplifiée) : vous déclarez votre TVA, vos comptes annuels et payez des impôts. Vous pouvez faire votre propre comptabilité ou l’externaliser. Dans ce cas, seul un expert-comptable peut légalement s’en charger. Il vous accompagnera dans les moments importants : création d’entreprise, conseils de gestion, TVA, impôts.

Continuer la lecture de « Bien choisir son expert-comptable en tant que freelance »

Le dépassement des seuils pour une micro-entreprise

Le régime du micro-entrepreneur est idéal pour les freelances : création et fermeture simplifiées, pas de TVA à payer, 22% de cotisations sociales (seulement) et abattement de 34% à l’impôt sur le revenu. Si vous ne faites pas de chiffre d’affaires, vous ne payez rien. La micro-entreprise a tout de même deux plafonds : à partir de 33.200 € de chiffre d’affaires, vous payez la TVA à l’Etat. Au-delà de 70 000 € de CA deux années de suite, vous ne pouvez plus être micro-entrepreneur. Deux choix s’offrent à vous : passer en entreprise individuelle (automatique) ou créer une société.

Continuer la lecture de « Le dépassement des seuils pour une micro-entreprise »

Comment fixer mon tarif par jour en tant que freelance ?

Sujet complexe à apporter, il est pourtant capital pour toutes les étapes de votre lancement et pour éviter les mauvaises surprises. Car, en effet, afficher un TJM de 500€/jour ne signifie pas avoir 500€ dans sa poche à la fin de la journée, ni que vous allez facturer ce montant exact à tous vos clients ! Comment choisir un TJM au plus près de vos aspirations, votre profil et votre secteur ? 3 tips pour faire son choix.

Continuer la lecture de « Comment fixer mon tarif par jour en tant que freelance ? »

Protection sociale des freelances : les bases à connaître

« Cotisations, mutuelle, RSI, déclaration sociale, CPAM… ». La simple évocation de ces termes suffit à générer l’angoisse de bon nombre de freelances ! Pas de panique, la sécurité sociale est là pour prendre soin de votre santé. Encore faut-il comprendre comment elle fonctionne… En effet, si en tant qu’étudiant ou salarié vous êtes relativement bien accompagné(e) concernant la protection sociale, les choses se corsent lorsque vous devenez freelance et devez gérer seul vos démarches administratives. Quels sont vos organismes de référence ? Que signifie la fin du fameux RSI ? Suis-je bien pris en charge en tant que freelance ? Voici le guide dont vous aviez besoin pour y voir plus clair !

Continuer la lecture de « Protection sociale des freelances : les bases à connaître »

4 étapes pour savoir si vous êtes prêt.e à devenir freelance

Suis-je vraiment prêt à devenir freelance ? Cette question, vous vous l’êtes sûrement posé un bon nombre de fois. Que vous ayez envie de vous reconvertir professionnellement ou besoin de plus d’autonomie dans votre métier, il est normal de se poser des questions : le freelancing est-il vraiment adapté à mes objectifs et rythme de vie ? Quelles sont les bonnes questions à se poser pour peser le pour et le contre ?

Voici 4 étapes pour savoir si vous êtes prêt.e à sauter le pas du freelancing.

Continuer la lecture de « 4 étapes pour savoir si vous êtes prêt.e à devenir freelance »

Freelance & RGPD : quels sont vos “must do” opérationnels ?

La mise en application du RGPD a fait l’effet d’un “petit” bouleversement au sein des grands groupes, des PME et TPE… Mais aussi pour vous, en tant que freelance. Dans la première partie de ce dossier dédié à la RGPD, nous avons fait un premier panorama des types de missions et clients susceptibles d’être impactés. Mais concrètement, qu’est-ce que cela signifie pour vous au quotidien ? Quelles sont les conséquences opérationnelles du RGPD pour votre collaboration avec les clients?  Contrat, assurance, organisation, livrables… Nous vous proposons un récapitulatif des grands changements opérationnels à prendre en compte.

Continuer la lecture de « Freelance & RGPD : quels sont vos “must do” opérationnels ? »

Le RGPD, ça s’applique aussi aux freelances ?

Ce n’est pas une surprise, la réglementation à l’initiative des institutions européennes qui a pour but de renforcer et d’harmoniser la protection des données personnelles au sein de l’UE, le fameux RGPD, est entrée en application le 25 mai. Ce nouveau cadre légal est un changement pour tous : entreprises et freelances. C’est aussi une vraie opportunité de vous démarquer à condition de bien comprendre en quoi vous êtes concerné et ce qu’on attend de vous.

Continuer la lecture de « Le RGPD, ça s’applique aussi aux freelances ? »

Quel statut choisir au moment de devenir indépendant ?

Se lancer en freelance est un challenge en soi, et l’un d’eux est de choisir son statut ! Chacun offre des options différentes, et il est important de les étudier avant de se lancer. Pour simplifier ce choix, voici des tableaux récapitulatifs des particularités des micro-entreprise, EIRL (entreprise individuelle à responsabilité limité), EURL (entreprise unipersonnelle à responsabilité limité) et SASU (société par actions simplifiées unipersonnelle).

Continuer la lecture de « Quel statut choisir au moment de devenir indépendant ? »

Freelances : connaissez-vous vos droits à la formation ?

Si les salariés ont droit à la formation, pourquoi n’en serait-il pas de même pour les freelances ? Bonne nouvelle : vous avez des droits ! Problème : peu de freelances les connaissent et encore moins en profitent…

Continuer la lecture de « Freelances : connaissez-vous vos droits à la formation ? »

Pourquoi une simple mutuelle ne suffit pas ?

Hind, co-fondatrice de Wemind, aborde aujourd’hui la question de la prévoyance chez les freelances.

La plupart des freelances ont une mutuelle, ce qui est une bonne chose, mais ceux qui ont une couverture arrêt maladie (autrement appelée prévoyance) sont rares. Or, comme nous l’avons vu dans l’article précédent, en cas d’arrêt maladie prolongé, un freelance peut se retrouver au RSA du jour au lendemain.

La différence entre mutuelle et prévoyance :

  • La mutuelle rembourse les frais de santé
  • La prévoyance maintient les revenus

Pourquoi il est important de maintenir ses revenus :

Quand on est malade, on peut être immédiatement confronté à des dépenses imprévues en matière de santé : examens, hôpital, médicaments, kinésithérapie, rééducation… Il peut y en avoir pour des milliers d’euros, mais le régime obligatoire puis la mutuelle paieront une large part. En revanche, la perte de revenus n’est pas couverte par la Sécurité Sociale.

Exemple : un freelance gagne 2000€ par mois et a un accident grave

On peut voir que la courbe des dépenses de santé est élevée au début de l’arrêt maladie. C’est la période qui correspond à une hospitalisation et aux différents soins (kiné, pharmacie, etc…). Ensuite, les besoins en frais de santé vont finir par se stabiliser à quelques milliers d’euros par an. Quelques milliers d’euros représente une somme importante mais cette somme reste inférieure à la perte de revenus et peut être couverte par une bonne mutuelle.

On voit avec l’évolution de la courbe rouge que la perte des revenus est linéaire. Chaque mois, la personne malade n’a plus de revenus pendant que ses charges vont rester fixes : loyer, électricité, nourriture… Ce qui conduit les personnes malades à emprunter de l’argent auprès de leurs proches, puis si la situation continue, à déménager tout en vivant des aides sociales…

Le fait d’avoir une assurance de maintien des revenus (autrement appelée prévoyance) permet de bénéficier de 2 couvertures :

  • 100% des revenus maintenus pendant un arrêt maladie (jusqu’à 3 ans)
  • Au bout de 3 ans (et parfois avant), 100% des revenus pour une personne qui est totalement invalide. Et si l’invalidité est partielle, c’est un pourcentage des revenus qui sera versé.

Pour les cas les plus graves, c’est à dire une invalidité totale, les sommes versées peuvent dépasser le million d’euros, une somme que personne (sauf les millionnaires) n’a sur son compte bancaire. C’est pour cela qu’il est important de mutualiser le risque avec d’autres indépendants.

Exemple :

N.B. : Ici, pour le cas du salarié, nous traitons uniquement le cas d’un salarié ayant plus d’un an d’ancienneté et sous convention Syntec.

Découvrez notre infographie sur les prestations sociales des freelances, en partenariat avec Wemind.