Quand la première place de marché beauté en France travaille avec des freelances Malt

Créé il y a trois ans, The Beautyst est devenue récemment la première place de marché beauté en France et propose plus de 7000 références de produits de beauté.

Ancienne responsable du marketing digital chez Groupon, Roxanne a co-fondé The Beautyst avec une associée. Elle gère tout l’aspect marketing du site. Destiné au départ à être un site de produits de niche, The Beautyst est en fin de compte devenu  un site communautaire important.

“Une petite société a toujours des besoins très ponctuels, c’est idéal de faire appel a des freelances pour certains projets et Malt simplifie énormément tout le côté administratif.”

Roxanne a travaillé avec plusieurs freelances inscrits sur Malt. En ce moment, elle est sur un projet de design avec Marion, qui remplace leur graphiste en congé maternité.

“Avant c’était très compliqué de chercher des freelances. Je suis tombée par hasard sur Malt et ça a révolutionné ma vie !”

Elle a eu recours à des freelances pour différents projets :  rédaction de fiches produits, intégration du site en responsive, audit d’expérience utilisateur… et n’hésitera pas à s’appuyer de nouveau sur Malt pour des missions futures.

“L’équipe fait un super suivi, on sent qu’il y a des gens derrière la plateforme et c’est rassurant de se dire qu’en cas de problème on sera aidé”

J’ai pas envie de bosser aujourd’hui, 8 astuces pour vaincre la procrastination

Il y a des jours comme ça, des jours où vous n’avez vraiment pas envie de travailler. Vous êtes devant votre ordinateur bien sûr, mais il est 11h45 et vous avez déjà regardé 29 vidéos sur youtube et toujours pas ouvert votre boîte mail. Évidemment si vous êtes freelance, c’est d’autant plus difficile que personne n’est payé pour vous tirer du lit ou pour vérifier si vous travaillez sur ce projet ultra-urgent que vous auriez dû terminer avant-hier. Alors voici quelques petits trucs à mettre en oeuvre qui devraient vous aider à lutter contre le côté obscur de la force…

1. Si vous êtes fatigué, dormez une heure de plus

Si la raison de votre démotivation est le manque de sommeil, au lieu de snoozer votre réveil toutes les 10 minutes pendant 2h30, accordez-vous une heure de vrai sommeil en plus, ça pourrait bien sauver votre journée.

2. Commencez par vos priorités pour terminer votre journée plus rapidement

Si vous n’avez pas envie de travailler, rien ne sert de vous fixer des objectifs déments. Demandez-vous quelles sont les trois tâches prioritaires à faire impérativement aujourd’hui. Dites-vous qu’une fois ces 3 tâches terminées, vous pourrez partir faire autre chose. Avec un peu de chance, la sensation de productivité générée par l’accomplissement de ces tâches, vous remotivera pour le reste.

3. Commencez par quelque chose que vous avez envie de faire

Commencez par quelque chose qui vous amuse ou au moins qui ne vous rebute pas. Même si ça pourrait attendre la semaine prochaine,  accordez-vous de passer du temps sur quelque chose qui vous fait un minimum plaisir ou au moins qui ne vous demande pas beaucoup d’énergie.

4. Allez faire un tour

Rien ne sert de rester planté devant son ordi si c’est pour traîner sur Facebook ou lire l’intégralité des tweets publiés au cours des deux dernières années. Si vraiment vous n’arrivez pas à vous y mettre, allez faire un tour, lisez un livre, faites du sport, regardez une série, allez déjeuner avec un copain. Ça vous libérera un peu l’esprit et vous serez très probablement plus à même de vous mettre au travail en revenant.

5. Demandez-vous pourquoi vous n’avez pas envie de travailler

Il y a peut-être une raison, trouvez-la et essayez de la relativiser. Si vous êtes fatigués, faites une sieste, dites-vous que le week-end n’est pas loin, si la mission vous embête, dites-vous qu’elle finira bien par se terminer, pensez à ce qu’elle  vous apportera, si c’est une tâche qui vous rebute, débarrassez-en vous très vite et en premier et offrez-vous une récompense quand vous aurez terminé.

6. Allégez votre journée

Parfois on n’a pas envie de travailler parce qu’on est débordé et qu’on ne sait pas par où commencer. Étudiez vos éventuels rendez-vous de la journée, ce que vous aviez prévu de faire et supprimez ce qui n’est pas indispensable, reportez ce que vous pouvez reporter et déléguez ce que vous pouvez déléguer. Repriorisez vos tâches, concentrez-vous sur l’essentiel, sur ce qui va vous apporter d’une manière ou d’une autre et ne perdez pas de temps en actions inutiles.

7. Changez d’environnement de travail

Allez travailler dans une bibliothèque, un espace de coworking ou même un café. Voir des gens travailler autour de vous sera motivant et vous aurez accès à moins de distractions que chez vous.

 8. Partez en vacances.

Quand on est freelance, surtout quand on commence, on a du mal à faire la part entre le privé et le pro, on travaille tout le temps, on ne s’arrête jamais, on travaille le soir, le week-end, les jours fériés, on n’ose jamais rien refuser et on ne prend jamais de vacances. C’est une mauvaise idée. Faire un burn-out au bout de six mois ne va pas vous aider à vous lancer, alors si vous n’arrivez plus à vous motiver, que vous vous sentez fatigué, débordé et que votre motivation a rejoint votre moral dans vos chaussettes, prévoyez des vacances. Prenez votre journée si vous pouvez, mais surtout bloquez-vous deux semaines à la fin de cette mission, prenez des billets, réservez un séjour non annulable. La perspective des vacances, même s’il vous faudra attendre quelques temps vous remotivera.

Et vous ? Vous avez d’autres astuces à proposer ?

Interview de Avner, un community manager freelance nomade sans costard ni cravate

Salut, tu fais quoi dans la vie ?

Hola ! Je suis Consultant Social Media,  Community Manager et Rédacteur Web Freelance trilingue (Français, Anglais, Espagnol).

Comment es-tu devenu freelance et pourquoi ?

Un peu par hasard, pas vraiment par choix. J’ai commencé en tant que Freelance au sein de la Start-Up MDT Music & Publishing. Je me rendais au bureau et j’avais les horaires d’un salarié : pas vraiment la vie de Freelance !

Puis, la société a déposé le bilan et j’ai commencé à travailler véritablement comme Freelance. Mes premiers contrats provenaient d’anciens clients de l’entreprise avec qui j’avais gardé une bonne relation. Ce n’était pas si simple au début mais j’avais un peu d’argent de côté (conseil à suivre !) et j’ai commencé à y prendre goût.

C’est quoi qui te plaît le plus dans  ton métier et le fait d’être indépendant ?

L’organisation du temps de travail, le choix de ma  tenue vestimentaire et de mon lieu de travail !

En effet, comme beaucoup d’entre nous je ne suis pas vraiment du matin (pas de réveil à 5h/6h/7h) mais plutôt du soir. Être Freelance m’a permis de passer des nuits à bosser sur des projets dans le calme, quand tout le monde dort, un peu comme un écrivain.

Aussi en terme “fashion”, j’ai des goûts assez excentriques entre l’Hari krishna, le Backpacker, le Hippie, le danseur Hip-Hop et le Sapeur Congolais (je vous laisse vous faire une idée !). J’ai pu éviter le costard cravate et me sentir bien dans ma peau.

Enfin, en terme de lieu de travail, je suis ce que les américains appellent un “Digital Nomad” autrement dit je ne travaille pas depuis une seule adresse. En effet, Après avoir séjourné au Canada (Montréal) durant plus d’un an j’effectue aujourd’hui mes missions depuis la Colombie (Bogota) où je vis dans une auberge de Jeunesse/Résidence (Summer C) depuis bientôt un an déjà, agrémenté de quelques voyages en Colombie, Equateur, Venezuela…

Un conseil pour les bébés freelances ?

Avoir un peu d’argent de côté et une vitrine qui met en valeur vos compétences.

Tu as des habitudes de travail inavouables ?

Euh… Oui… Il m’arrive de travailler torse nu !

C’est quoi ta journée type ?

Levé 8h/9h, je réponds à mes e-mails et j’entame ma veille depuis mon lit avec mes flux RSS Feedly, Twitter et App Geek.

Une fois ma veille terminée, je sors dans le quartier de La Candelaria, le Centre Historique de Bogota où je vis,  chercher un jus d’orange fraîchement pressé (moins d’1 euros) avant de me préparer un petit-déjeuner bien copieux – le repas le plus important de la journée – et manger tout en lisant quelques Livres Blancs ou Ebook sur mon E-Reader Kobo Aura.

Par la suite, je me rends au café De Una, dans lequel j’expose mes photos de voyages, pour m’occuper de mes différentes missions dont je suis à charge et réaliser de la prospection de clients autour d’un bon “café granizado”.

Je me laisse toujours un moment de détente dans la journée pour me consacrer à d’autres projets.

En effet, je prépare actuellement un site regroupant toutes mes photos de voyage sur Wix, mon site de Consulting Social Media, mon blog Ce Que Je Pense tout Haut et je me suis lancé dans l’écriture d’un livre, qui devrait être un conte philosophique inspiré de L’alchimiste de Paulo Coelho basé sur ma vie et mes voyages.

Enfin, je trouve toujours un moment pour aller à la salle de sport – la dopamine est très importante pour un Freelance – et participer à une partie de fifa 15 avec les autres résidents de l’auberge avant de me remettre au boulot.

C’est quoi ta devise ou ta citation favorite ?

« Il n’y a qu’une chose qui puisse rendre un rêve impossible : c’est la peur d’échouer » – Paulo Coehlo – L’alchimiste

Retrouvez Avner sur Malt

Hop-Atelier product management le 25 aout

Après le succès de notre premier atelier Product Management animé par Sébastien Sacard, une deuxième édition est prévue fin août, ne la manquez pas !

Vous êtes CEO, responsable du digital ou du marketing dans votre entreprise ? Chef de projet, Product Owner SCRUM ou Product Marketing Manager ?

Cet atelier unique en France est pour vous !

Créez plus de valeur pour vos utilisateurs et plus d’innovation

Cet atelier unique en France, organisé en partenariat avec Malt, vous permet d’appréhender les modèles de pensée et les méthodes développées par les entreprises du Web US : le Digital Product Management. Ces techniques permettent d’aligner les efforts de l’ensemble des ressources afin de satisfaire leurs utilisateurs tout en créant de la valeur pour l’entreprise.

Que vous soyez un département digital ou une TPE innovante.

Quelle que soit la taille de votre entreprise et votre mode d’organisation, le développement de votre produit ou service nécessite des compétences diverses, du Marketing au Développement Informatique. Cet atelier vous apprend comment définir un mode de fonctionnement aligné sur les besoins de vos clients et la création de valeur, et comment faire collaborer ensemble les profils Dev, UX, Marketing, etc.

Format : 30 minutes en individuel + 8 heures en atelier collectif.

Dans une ambiance riche en échanges et dense en contenu, vous alternez séances d’apprentissage , de questionnement et de retours d’expérience. L’atelier est volontairement limité à 8 personnes afin que chacun puisse exposer ses enjeux et repartir avec des réponses personnalisées. L’atelier est précédé de 30 minutes d’échanges au téléphone afin de permettre à l’animateur de préparer des éléments personnalisés.

Bouton inscription événement freelances

[hr gap= » »]

Programme de la journée  atelier product management

[hr gap= » »]

 Tarifs :

tarif atelier product management

[hr gap= » »]

Formateur :

profil-seb-sacard

Sébastien Sacard est entrepreneur et Product Manager depuis 2005. Il a été formé à ce métier chez Yahoo! et depuis 8 ans il accompagne des grands groupes et des startups à définir et piloter leur stratégie Produit avec agilité. Il partage son temps entre la direction opérationnelle de la startup Mobile Angelo et l’animation régulière de formations et des conférences sur le Product Management. Il a développé au cours des dernières années une approche simple du Product Management, accessible à tous.

Je réserve ma place 

Vous avez des questions ? Contactez-nous 

Témoignages issus de la première session :

Antoine, Product Manager (Agence Digitale) : « Formation hyper intéressante avec révision des fondamentaux du product management, application sur des cas concrets et échanges sur les problématiques de chacun. On a hâte de revenir au bureau le lendemain pour tenter de mettre en place tous les outils, process, méthodes vues au cours de la formation ! »

Veronique, UX Manager (Banque)  : « Très fourni sur le plan théorique et en même temps très pratique. Impressionnée par la quantité de choses délivrées tout en restant très calme, présent et en phase avec l’auditoire. Respire le vécu, le reel, le condensé de partage d’expérience. » 

Le 23 juillet : hop-apéro et journée de coworking chez Jane

Vous êtes coincé tout l’été à Paris avec des missions à gogo et vous vous sentez un peu seul dans votre immeuble déserté ? Bonne nouvelle : MaltOfficeRiders et Gront vous propose de gagner une journée dans un espace de coworking d’exception, suivie d’un hop-apéro où tous les freelances sont invités !

 Au programme

  • Jane accueillera 20 hardworkers dans son charmant appartement au cœur de Paris
  • Gront, traiteur scandinave, vous régalera toute la journée gratuitement avec un délicieux buffet.
  • Vous n’êtes pas disponibles dans la journée ? Rejoignez-nous à 19h pour le hop-apéro Malt  et rencontrez d’autres freelances, partagez vos expériences et faites de belles rencontres.

Comment gagner votre invitation pour aller travailler chez Jane ?

Les travailleurs nomades que vous êtes n’ont pas de bureau fixe, pas d’horaires, pas d’uniforme mais vous avez tous « quelque chose », un compagnon incontournable, un co-worker fidèle qui ne vous quitte pas… Qui est-il ? Pour participer au concours il va falloir nous en dire un peu plus…

Screen Shot 2015-07-13 at 15.56.29 Screen Shot 2015-07-13 at 15.56.33

Quand un freelance Malt travaille avec Vizeat, leader Européen du social dining

Camille Rumani est cofondatrice de ViZeat, une start-up qui met en relation les voyageurs avec des locaux prêts à les accueillir chez eux pour partager un repas. Lancé il y a un an, VizEat a fait l’objet d’une première levée de fonds en août 2014. Camille avait besoin d’un freelance pour créer une campagne de bannières publicitaires display, elle s’est tournée vers Malt.

Comment est né Vizeat ?

Camille a travaillé à Pékin dans une entreprise chinoise. Invitéà dîner  dans une famille d’une de ses collègues chinoises pour le Nouvel An, elle réalise à quel point ce repas traditionnel et authentique lui apporte et lui apprend sur la culture chinoise. De retour en France, elle décide de créer VizEat avec Jean-Michel Petit , devenu son associé. VizEat est un site qui met en relation les voyageurs curieux de rencontres et de partage et des locaux, désireux d’accueillir chez eux des étrangers à dîner. Le site désormais quadrilingue compte plus de 25 000 membres et plus de 3000 hôtes, c’est même le leader européen du social dining. Alors, si vous avez envie de dîner dans une ferme traditionnelle à Hanoï, de déguster un brunch dans une colocation d’artistes à Berlin, ou de recevoir à votre table des voyageurs du monde entier, vous savez où aller…

En quoi consistait la mission Malt ?

Camille a eu plusieurs fois recours à Malt, la première fois pour créer des bannières publicitaires display. Désireuse d’avoir un résultat professionnel et impactant, elle se met à la recherche d’un freelance qui aurait déjà travaillé sur des campagnes display. Malt lui a été recommandé par bouche-à-oreille et elle décide de tenter le coup.

« En interne, on n’a pas forcément les bonnes compétences. Avec un freelance, je savais que j’allais choisir un expert qui me créerait des bannières optimales dans un délai très court.« 

Camille,  co-fondatrice VizEat

Parce qu’elle a besoin d’aide dans sa recherche, elle appelle le service clients qui lui fait une première sélection, dans laquelle elle choisit Valentine, qui a entre autre travaillé chez Criteo et connaît bien le sujet.

Bilan des courses ?

En quelques jours et allers-retours avec Valentine, toujours dispo pour intégrer les commentaires et demandes de modification de Camille, la campagne est en ligne et Camille peut admirer les premiers résultats.

« Ce que j’ai trouvé vraiment cool, c’est la flexibilité de l’équipe Malt et des freelances présents sur la plateforme. »

Camille,  co-fondatrice VizEat

Et si vous partez en vacances, rendez-vous sur VizEat

Pourquoi les entreprises travaillent-elles avec des freelances ?

Cet article est un résumé libre et en Français d’un article trouvé sur Forbes et écrit par Jacob Morgan, que vous pouvez lire en V.O. ici

Le nombre de freelances continue d’augmenter, mais cette croissance n’aurait pas lieu si partout dans le monde, les entreprises n’avaient pas de plus en plus régulièrement besoin de freelances. Ce n’est pas simplement le fait de l’augmentation du nombre de travailleurs qui ont décidé de se lancer en indépendants, c’est le résultat de deux facteurs : les entreprises qui ont besoin de travail et d’experts « à la demande » et du nombre croissant d’indépendants qui proposent leurs services.

Commençons par le début : pourquoi les entreprises ont-elles besoin de freelances ? Beaucoup d’entreprises partout dans le monde utilisent des milliers de freelances chaque jour. Dans certaines, le nombre de freelances est même supérieur au nombre d’emplois de type CDI. Mais on n’en parle peu, que ce soit dans les médias ou ailleurs et la plupart des gens n’ont aucune idée de cette réalité.

C’est une tendance qui passionne Jacob Morgan, il en explique les causes dans cette video :

Dans cette vidéo, il met en avant 4 raisons principales pour lesquelles les entreprises travaillent avec des freelances :

  • Meilleures compétences : Parce qu’elles peuvent tester les compétences de plusieurs personnes sur un même projet ou un même besoin, sans engagement, quitte à s’engager ensuite à plus longue durée avec le meilleur.
  • Une solution adaptée à une croissance rapide : Parce que des entreprises qui grossissent rapidement ont besoin d’équipes « ad-hoc » pour gérer leurs nouveaux projets et les mettre en place rapidement.
  • Economie : Parce qu’on ne paye une personne que si on a besoin d’elle et on diminue donc les coûts.
  • Plus de choix : Parce qu’on a accès à beaucoup plus de talents de cette façon : un freelance peut travailler à distance, on a potentiellement accès aux meilleures compétences partout dans le monde à tout instant.

La tendance est évidente, mais on communique peu dessus dans les médias. Pourtant, elle provoque d’énormes changements dans le travail traditionnel.

Crédit photo : pexels.com

10 conseils pour avoir le profil freelance parfait sur Malt

On nous demande souvent comment optimiser son profil Malt, comment remonter dans les résultats de recherche, comment augmenter sa visibilité. Voici quelques conseils pour avoir le profil parfait et décrocher plus de missions.

1. Demandez des recommandations

À vos anciens clients, collaborateurs, toute personne avec qui vous avez travaillé et qui est susceptible de vous laisser une recommandation. Pour ça, rendez-vous dans votre tableau bord, onglet « recommandations« .

2. Mettez une photo de profil professionnelle

Oubliez le selfie à contre-jour, les profils qui ont une vraie photo professionnelle sont 3 à 4 fois plus contactés que ceux qui ont un logo ou une image. Prenez le temps de faire faire une photo pro. Si vous êtes à Paris, on organise une fois par mois une journée photo, un photographe professionnel vous fera votre photo dans nos locaux.

3. Choisissez entre 7 et 10 mots clé

Pas la peine de mettre 250 mots-clé, plus vous en avez et plus ils seront dilués par les autres. Choisissez soigneusement les mots-clé que les clients sont susceptibles de chercher et limitez-vous à 7 à 10 mots-clé max.

4. Détaillez vos expériences

Ne vous contentez pas de citer les entreprises pour lesquelles vous avez travaillé. Détaillez le contenu de vos missions et de vos projets dans chaque entreprise.

5. Mettez un portfolio

Même si vous n’êtes pas graphistes, créez un portfolio. Faites des impressions d’écran des projets sur lesquels vous avez travaillés, par exemple des pages que vous avez gérées si vous êtes community manager, des sites que vous avez créés si vous êtes intégrateur etc.

6. Améliorez votre taux de réponse

Quand un client vous écrit, le fait de répondre rapidement améliore votre classement dans les résultats de recherches. À l’inverse, le fait de ne pas répondre ou de mettre longtemps à répondre va vous faire descendre.

7. Améliorez votre taux de conversion

Un freelance qui convertit chaque contact en une mission effectuée sur Malt améliore son taux de conversion et remontera dans les résultats de recherche. Un freelance qui est beaucoup contacté et qui n’effectue pas de missions sur Malt va descendre dans les résultats. C’est un cercle vertueux : plus votre profil est clair, plus vous répondez vite et bien au client, plus vous aurez un bon taux de conversion et plus vous remonterez dans les résultats.

8. Soignez votre titre

Votre titre doit être court et efficace, il doit être le plus proche possible des requêtes que font vos clients potentiels et contenir les mots-clé qu’ils sont susceptibles de chercher.

9. Mettez en avant vos spécificités et mettez votre profil à jour

N’hésitez pas à mettre en avant vos spécificités pour vous différencier des autres freelances. Si vous êtes spécialiste d’un domaine, mettez-le en avant, si vous parlez d’autres langues ou que vous avez une double compétence, parlez-en ! N’oubliez pas aussi de rajouter vos nouvelles missions au fur et à mesure que vous accumulez de l’expérience.

10. Relisez !

Ça semble évident, mais quel que soit votre métier, évitez les fautes d’orthographe et les maladresses de formulation. Soignez votre texte.

Et hop ! Voilà, votre profil est nickel !

Crédit Photo : Ludwig sur Flickr

Hop-Apéro pour les freelances de Lyon

La semaine dernière, l’équipe Malt de Lyon (qui s’agrandit à vue d’oeil avec beaucoup de recrutements ces derniers temps) a organisé un hop-apéro freelances à Lyon.

Une bonne cinquantaine de freelances nous ont rencontré à l’atelier des médias, pour boire une bière, échanger sur leur vie de freelances ou poser des questions sur Malt.

Si vous avez envie, vous aussi d’organiser un apéro freelances dans votre ville, rendez-vous par ici… 

Le 9 juillet, les freelances se rencontrent à Bordeaux, à Paris, à Montpellier et… encore à Lyon, alors, n’hésitez pas à les rejoindre !

Screen Shot 2015-07-02 at 18.58.08

« La liberté c’est vital » Caroline, freelance sur Malt

Caroline est attachée de presse freelance sur Malt. Ça vous dirait de discuter cinq minutes avec elle ?

Raconte-nous ta vie : comment tu es devenue freelance ? 

Après une expérience en CDD en tant que salariée dans un service de presse, j’avais envie de tenter l’expérience de l’indépendance pour avoir mes propres clients et avoir le temps de m’intéresser davantage à leurs domaines.

C’est quoi ton métier ? 

Attachée de presse spécialisée en culture et dans l’art de vivre. Mon métier c’est d’essayer de faire connaître une entreprise, une marque ou un projet à travers les médias.

Je fais le lien entre mon client et les journalistes.

Et alors, ça t’a plu ? 

L’indépendance ? Bien sûr ! Je pense ne plus pouvoir m’en passer…

 Qu’est-ce que tu préfères dans le fait d’être freelance ? 

Quand on est freelance, on ressent un sentiment de liberté et je crois que c’est ce que je préfère dans ce statut. C’est une chance de pouvoir choisir les clients avec qui je travaille, dans des domaines qui me touchent et me passionnent. Et puis, c’est plutôt sympa de pouvoir aller manger un sandwich au milieu de l’après-midi si l’envie m’en prend !

 Qu’est-ce qui t’embête ? 

Ce qui m’embête dans ce statut c’est qu’on peut parfois manquer de crédibilité vs un statut de société.

Dans mon métier, je suis amenée à me déplacer souvent mais pour certains freelances, j’imagine que ça ne doit pas être évident de travailler seuls toute la journée.

 Tu te vois freelance sur le long terme ? 

Tant qu’il y a des clients oui !

D’ailleurs, je travaille en collaboration avec Julie Bernier, également attachée de presse freelance sous le nom de collectif Citron plume.

C’est une façon de ne pas être seules, d’optimiser les coûts et d’échanger sur notre métier.

 C’est quoi tes manies quand tu bosses ? 

Un goûter tous les jours à 16h30 !

 Ta journée type elle se passe comment ? 

Au bureau à 8h30 (si si), je prends connaissance des news, je fais un tour sur les réseaux sociaux puis je réponds à mes mails. L’essentiel de la journée c’est de la rédaction et de la diffusion d’outils de communication, de la relance téléphonique de journalistes, de la mise à jour de fichiers presse et des échanges avec les clients.

Et parfois, bien sûr, il faut faire un peu de prospection pour préparer les mois suivants.

 Qu’est-ce que tu aimes chez Malt ? 

Le concept et la possibilité de rencontrer des personnes avec qui collaborer ou des personnes avec qui partager ses expériences.

 C’est quoi ta devise ? 

Qui ne tente rien, n’a rien !

 Le mot de la fin ?  

Lancez-vous ! La liberté c’est vital.

Retrouvez Caroline sur Malt.