Nom de Zeus, nous sommes en 2015 sur Malt !

21 Octobre 2015

Bonjour,

Il est 16h29 et nous sommes le 21 Octobre 2015, Doc, Marty, Einstein et Jennifer, les héros de la trilogie « Retour vers le futur » viennent de débarquer à bord de la Delorean modifiée du Doc dans une époque inconnue pour eux.

Ils arrivent fraichement de 1985 et ne sachant pas comment s’intégrer dans la société du futur, ils se sont inscrits sur Malt, la plateforme des freelances.

Si vous avez besoin de voyager dans le temps, de dompter l’Hoverboard ou de changer le cours de l’histoire, vous pouvez faire appel à ces profils expérimentés.

#BackToTheFuture 

[hr gap= »10″]

back-to-the-future-doc-malt-freelance

Voyageur interdimensionnel

Après de multiples échecs et d’explosions en tout genre dans ces expériences scientifiques, Doc est devenu un expert en voyage dans le temps grâce à sa Delorean modifiée.

Freelance de renommée, il sera capable de répondre à tous vos besoins en termes de gadgets.

[btn type= »default or primary or success or info or warning or danger or link » link= »http://www.malt.fr/profile/emmettbrown »]Voir son profil Malt[/btn]

[hr gap= »10″]

back-to-the-future-marty-freelance-malt

Fils caché d’Eddie Van Halen

La guitare est sa passion, l’Hoverboard est son moyen de transport préféré, mais ce que Marty préfère avant tout c’est s’accrocher aux coffres des voitures sur son skateboard.

Sur Malt, Marty est un freelance touche à tout et absolument pas une mauviette.

[btn type= »default or primary or success or info or warning or danger or link » link= »http://www.malt.fr/profile/martymcfly »]Voir son profil Malt[/btn]

[hr gap= »10″]

back-to-the-future-einstein-malt-freelance

Chien d’essai de haut vol

Premier être vivant à voyager dans le temps, Einstein peut vous faire part de son expérience en échange de quelques croquettes bien entendu.

Einstein est aussi le premier animal à obtenir le statut de freelance sur Malt.

[btn type= »default or primary or success or info or warning or danger or link » link= »http://www.malt.fr/profile/einsteinbrown »]Voir son profil Malt[/btn]

[hr gap= »10″]

back-to-the-future-jennifer-freelance-malt

Muse de Marty McFly

Jennifer Parker n’est pas une freelance comme les autres, sa spécialité est d’être la muse et la première supportrice de son petit-ami Marty McFly.

Elle qui pensait aller faire un pique-nique au bord du lac se retrouve en 2015 et se demande bien ce qu’elle fait là.

[btn type= »default or primary or success or info or warning or danger or link » link= »http://www.malt.fr/profile/jenniferparker »]Voir son profil Malt[/btn]

« Etre son propre patron et son propre commercial, cela responsabilise. »

Aujourd’hui on vous propose l’interview d’Henry Pichat, concepteur-rédacteur freelance sur Malt. Henry exerce son métier depuis plus de 12 ans et il fait partie des premiers freelances inscrits sur Malt. Alors on s’est dit que ça serait bien de discuter un peu avec lui !

Bonjour Henry, alors raconte-nous ta vie : comment es-tu devenu freelance ? 

Un peu par hasard en fait. Après des stages en agence de publicité, j’ai enchainé plusieurs CDD dans des agences de communication opérationnelle. A la fin du dernier CDD, alors que je cherchais un poste, on m’a proposé une mission en freelance. J’ai accepté… et puis j’ai continué. Cela fait maintenant 10 ans que je suis en freelance.

Et c’est quoi ton métier ? 

Je suis concepteur-rédacteur, c’est-à-dire que je trouve des idées et j’écris des textes pour des supports de communication qui peuvent prendre des formes très diverses : vidéo avec des prises de vue ou en animation, spot radio, site web, emailing, plaquette print, annonce presse, affiche…

Cela implique à la fois de comprendre rapidement le produit ou le service qu’on doit vendre et les vraies attentes de la cible… et en même temps d’effectuer un « saut créatif » qui donnera un positionnement unique à la campagne de communication.

Et alors, ça t’a plu ? 

J’adore mon métier qui me permet de rencontrer des gens très différents et de découvrir plein de secteurs d’activités qui peuvent être assez éloignés du mien. Même si j’assume complètement d’être un bobo parisien, je trouverais dommage de se couper de la richesse et de la diversité des univers qui nous entourent. Cela doit être ma formation d’étudiant en sociologie qui ressort, ou tout simplement parce que je suis quelqu’un curieux de nature.

Qu’est-ce que tu préfères dans le fait d’être freelance ? 

Devenir freelance m’a permis de grandir plus vite professionnellement. Etre son propre patron et son propre commercial, cela responsabilise.

Sinon, bien sûr j’apprécie d’être libre d’aménager mon emploi du temps comme je le souhaite et de pouvoir choisir le lieu où je travaille. A ce propos, avis à tous les freelances de Malt : pour cause de déménagement imminent, je cherche actuellement un nouveau bureau partagé avec des freelances sympas, idéalement dans le 17e arrondissement. Alors, si vous avez une place disponible dans un bureau qui correspond à ces critères, faites moi signe !

En comparaison, qu’est-ce qui t’embête au quotidien ? 

L’aspect administratif, qui implique souvent d’être tenace, notamment pour obtenir mon bon de commande et me faire payer dans les délais prévus. Mais bon, je pense que pas mal de freelances ont le même souci… J’ai développé davantage ce point de vue sur mon Tumblr « Il est free, il a tout compris ».

Tu te vois freelance sur le long terme ? 

Complètement. Par contre, j’aimerais bien m’associer avec d’autres freelances pour monter une structure souple en mode partenariat. Cela nous permettrait de prendre des budgets plus importants. Je l’ai déjà fait sur quelques projets mais c’est compliqué de maintenir des relations très suivies avec des freelances, car chacun à ses propres clients, ses priorités et ses impératifs personnels et familiaux…

C’est quoi tes manies quand tu bosses ? 

Boire deux grandes tasses de maté, une boisson argentine amère, pour le petit déjeuner. Et faire une pause après le déjeuner en allant bouquiner au soleil dans un parc.

Ta journée type elle se passe comment ? 

Je n’ai pas vraiment de journée de type, car mon activité implique assez souvent de se déplacer sur Paris, voire en province, pour rencontrer des prospects ou des clients. Je peux travailler de façon très intensive quand un projet est méga urgent, mais aussi avoir des horaires beaucoup plus cool quand je suis plutôt dans une période d’attente de retours sur un projet ou prospection.

Qu’est-ce que tu aimes chez Malt ? 

Je suis bluffé par la disponibilité et la réactivité de vos équipes par mail et par téléphone : franchement, vous avez la meilleure hotline du monde ! J’apprécie énormément la transparence dont vous faites preuve depuis le début, et le business model que vous avez mis en place qui instaure un cercle vertueux où tout le monde est gagnant.

C’est quoi ta devise ? 

« L’urgent est déjà fait. Pour les miracles, prière d’attendre 24 heures ».

Cela permet de relativiser les fausses pressions que les annonceurs et les agences se mettent souvent en termes de deadline, parfois au détriment de la réflexion et donc de la qualité du projet. Même si cela m’empêche pas d’être disponible rapidement et très réactif quand le projet l’exige…

Le mot de la fin ?  

Freelances, ne vous bradez surtout pas, ne cassez jamais vos prix : vous ne vous rendez pas service, car vos clients n’en seront pas pour autant plus respectueux ou plus fidèles. Et si nous agissons tous comme cela, il y aura un nivellement par le bas de nos rémunérations. Donc surtout, ne baissez pas vos tarifs, vous n’avez rien à y gagner !

Accéder à la formation quand on est freelance

En 2015 il est impensable pour un professionnel de ne pas se former à de nouvelles techniques ou de nouveaux outils. Les freelances ne sont pas exclus du circuit de formation, bien au contraire, mais le freelance n’ayant pas accès aux formations dispensées aux salariés dans les entreprises, il doit lui même s’organiser pour apprendre et progresser dans son métier et pour conserver son statut d’expert.

Ça vous tente un petit tour de ce à quoi vous avez le droit ? Suivez-nous !

Tout d’abord, en tant que freelance et donc travailleur indépendant, vous êtes liés à l’AGEFICE (retrouvez toutes les infos et les contacts ici : http://www.agefice.fr/), cet organisme est donc votre seul et unique interlocuteur lorsque vous ressentez le besoin d’une formation au sein de votre activité de freelance. Au moins, pas besoin de dialoguer avec plusieurs interlocuteurs, c’est beaucoup plus simple pour tout le monde.

Afin de pouvoir bénéficier de vos droits de formation, il faut être à jour dans votre Contribution à la Formation Professionnelle (CFP), c’est obligatoire pour bénéficier du financement des actions de formations. Rappelons que la CFP est tenu d’être versée en  février dès lors que vous justifiez d’un chiffre d’affaire de 4 670€ et qu’elle représente 0,2% de CA annuel. Pensez à mettre ce montant de côté.

En général, il vous faudra avancer ces frais de formations puisque les organismes ne remboursent que sur la présence des justificatifs suivants :

  • attestation de présence à la formation (signée par le formateur ou l’organisme de formation)
  • facture de l’organisme de formation portant la mention « acquittée »

On vous conseille donc de vous renseigner sur les critères de prise en charge de votre FAF (Fond d’Assurance Formation) avant de vous engager dans une formation. Dans certains cas, vous devez avancer des sommes importantes sans savoir à quel moment vous obtiendrez votre remboursement, c’est toujours embêtant pour votre trésorerie.

Ne vous y prenez pas à la dernière minute puisqu’en général, il faut de 4 à 8 semaines à l’organisme auquel vous êtes lié pour délivrer une réponse.

Se former est très important, en tant que freelance vous avez le droit à ces formations alors n’hésitez-pas à les utiliser pour vous perfectionner dans votre domaine d’expertise ou en découvrir un autre. Vous allez améliorer vos compétences et l’attractivité de votre profil.

Les applications indispensables au bon freelance

Article rédigé par Marthe-Camille CHARLES 
Suivez @marthecamille sur Twitter ou allez faire un tour sur  son site. 

marthe_Camille_charles

Depuis que je suis freelance, je suis confrontée à un dilemme : profiter de la liberté de free pour assister à des conférences, des festivals et rencontres dans mon secteur, tout en restant productive et réactive lors des demandes des clients.

J’ai la plupart du temps mon ordinateur avec moi, mais il n’y a pas de réseau WIFI partout, et il faut que je puisse accéder à tout mon matériel pour répondre en un temps trois mouvements. La solution ? Mon Iphone est devenu mon couteau suisse grâce à des applications qui me sont maintenant indispensables.

Emporter son bureau partout avec soi

L’application dont je ne pourrais plus me passer, c’est Dropbox. J’y mets absolument toute ma vie professionnelle, que ça soit les documents clients, les visuels à utiliser, mes aussi mes devis, mes factures, et mes suivis de charges pour être toujours à jour en temps réel. J’utilise en parallèle Excel, Word et Powerpoint (totalement gratuits via l’Apple Store – non négligeable pour les free ;)), pour pouvoir modifier mes documents et faire des updates de dernière minute si j’ai une demande client urgente et que je ne suis pas chez moi.

Lorsque je travaille en coworking ou dans un café, j’ai parfois moins la notion du temps que lorsque je suis bien concentrée chez moi. Je suis toujours la Pomodoro Technique, mais comme je n’ai pas ma fameuse pomme d’or à portée de main, j’utilise l’application Toggl Timer qui me permet de me chronométrer pour mes taches et d’estimer le temps passé pour chaque client.

Et puis parce-que les déplacements en région parisienne sont toujours synonymes de métro et d’attente, j’en profite pour continuer ma veille clients avec mes applications e-réputation Alerti et Mention, mais aussi ma veille perso avec Hootsuite, Tweetdeck, Netvibes et Buzzfeed.

Les applications photo pour booster vos visuels d’un coup de baguette magique

Avant, j’avais toujours une bonne dizaine d’applications photos sur mon Iphone, sans me servir de toutes, mais juste « au cas où ». Lorsque l’on est freelance, on apprend rapidement à optimiser son temps et la notion de productivité prend alors tout son sens. Aujourd’hui je n’ai conservé que 5 applications, mais je les utilise quotidiennement !

Photoshop (ici aussi gratuit sur l’Apple Store), pour toutes les retouches un peu poussées que je ne peux pas faire avec les applications plus « automatiques ». En quelques clics j’ai le résultat souhaité et je peux passer aux autres applications pour les détails. J’utilise toujours Moldiv pour les montages et les assemblages : c’est simple à utiliser, et il n’y a pas de cadres délirants que l’on ne peut pas assumer après :)

Pour l’ajout de filtres et de wording, mes deux chouchous : Afterlight pour les filtres et les couleurs, et Typic pour les ajouts de picto et de textes. Après ça je suis sûre que mon visuel est fin prêt ! Il ne me reste plus qu’à le passer sur Whitagram si le format ne convient pas à Instagram, et le tour est joué.

Les spéciales Community Manager

Pour le community manager, plus que pour n’importe quel freelance, il faut pouvoir être réactif aux demandes des clients. Entre nous, tout le monde se fiche de savoir si vous êtes chez vous ou en bord de mer, du moment que le travail est fait, et bien fait. Pour m’aider, j’utilise bien sûr les applications natives des réseaux sociaux, mais aussi des applis spécialisées dont je ne peux plus me passer.

Pages me permet de gérer les fan pages de mes clients, de publier et programmer des contenus, mais aussi de me charger de la modération en temps réel.

Buffer me permet de programmer mes posts Twitter sans rogner la photo, et grâce à Latergramme je planifie mes posts Instagram (même si je dois ensuite confirmer la publication par mail). Et là encore j’utilise Hootsuite et Tweetdeck pour le suivi !

Et vous, quelles sont vos applications coups de coeur ?

Vous aussi, devenez contributeurs sur le blog Malt ! 

C’est l’heure de la pause café, vous avez 23 secondes pour découvrir les locaux d’Malt !

Marion a profité de sa pause café pour vous faire découvrir nos locaux dans cette petite vidéo ! On a la chance de travailler aux côtés de l’agence web Nurun, dans une ancienne usine de montgolfières du 10e arrondissement, alors ce serait dommage de ne pas vous montrer nos bureaux !

 

Comment le statut de freelance est-il devenu si populaire ?

Le site Maddyness s’est basé sur l’infographie d’Malt pour déterminer pourquoi le statut de freelance est devenu aussi populaire ces dernières années :

 

Le monde du travail est en train de vivre une vraie révolution. Les entreprises sont de plus en plus nombreuses aujourd’hui, à demander plus de flexibilité et à rechercher des compétences  bien plus que du temps de présence. Les travailleurs aussi, d’où le nombre croissant de personnes qui choisissent d’être freelances.

La révolution Freelance

Il y aurait au total 8 900 000 travailleurs indépendants et freelances dans toute l’Europe dont 700 000 en France. En plus de 10 ans (2000-2013), ce nombre a pris une croissance de 85% uniquement sur le territoire Français. Et si la France arrive en troisième position avec un taux de croissance aussi important, la Hollande se retrouve en première place avec une croissance impressionnante de 93%, suivie de la Pologne avec 88%.

Devenir freelance est un choix de vie pour la plupart des intéressés. 69% d’entre eux le sont devenus pour être plus libres contre seulement 9% qui sont arrivés là par « la force des choses ». Enfin, l’aspect financier est un aussi un vecteur de décision car 12% d’entre eux ont choisi ce statut pour pouvoir bénéficier d’un meilleur salaire.

Outre ces conditions, les avantages sont également nombreux. Avec une plus grande liberté, un lien hiérarchique supprimé, un temps plus long de formation et un salaire plus avantageux, être freelance serait loin d’être une contrainte.

Malgré cela, certains inconvénients sont à prendre en compte :

  • La difficulté de trouver des clients
  • Trouver des projets rémunérés
  • La gestion du temps
  • L’isolement
  • Les tâches administratives
  • La disponibilité du client

Malt, le AirBnB des freelances

Avec déjà plus de 2800 « malters », Malt est rapidement devenu une référence du freelancing. Parmi les profils, 75% sont des hommes et 60% d’entre eux ont moins de 35 ans.

Les corps de métiers qui regroupent le plus de freelances sont d’abord ceux qui comprennent des développeurs, intégrateurs, informaticiens et techniciens (26%). Ce sont ensuite les métiers artistiques qui attirent le plus les freelances et vient après les métiers de la communication, du marketing, de la traduction.

Le coworking, la solution préférée des freelances

Le coworking, né à San Francisco est l’endroit idéal pour travailler lorsqu’on est travailleur indépendant, freelance ou entrepreneur. Moins cher et surtout plus convivial, cette méthode a explosé entre 2012 et 2013 avec une croissance de plus de 82%.

La startup Malt a récemment lancé l’initiative Malt Cowork qui consiste à envoyer l’un de ses employés toutes les semaines dans un espace de coworking différent. Le but ? Mettre en lumière les avantages et les inconvénients du travail en bureaux partagés.

Le bilan tiré de cette expérience est plus que positif. Il souligne notamment que travailler à distance dans un espace tel permet d’être plus productif et plus ouvert sur l’extérieur. En rencontrant de nouvelles personnes, cela permet de connaître d’autres entreprises et de nouvelles méthodes de travail.

«Le travail en espace de coworking offre tous les avantages du travail à distance, sans ses inconvénients.»

Le coworking pourrait devenir bien plus qu’une solution pour les travailleurs sans bureau fixe, il pourrait constituer une nouvelle manière de travailler, pouvant être adoptée par n’importe quelle entreprise qui souhaite rompre la routine de la vie de bureau et élargir l’horizon de ses employés.

Lire l’article original en entier sur Maddyness

La bonne nouvelle de la rentrée : c’est l’heure du hop-apéro pour les freelances

Ça y est, les vacances sont terminées, vous avez ressorti vos ordinateurs et rangé vos tongs à la cave, mais pas question de déprimer, pour la rentrée, on vous attend chez Coworkshop, un espace de coworking design tout beau tout neuf au bord du Canal Saint Martin. « J’ai créé ici le bureau où j’aurais voulu travailler », explique Maxime, le fondateur de l’espace. Chez Malt, on est bien d’accord, et c’est la raison pour laquelle on vous y invite pour l’apéro.

 

RDV le jeudi 18/09 de 19h à 21h30, au programme, buffet mexicain et bières fraîches offerts !

Screen Shot 2014-09-04 at 18.31.05

 

Une seconde formation Docker pour la rentrée !

Pendant vos vacances, on prépare la rentrée chez Malt ! On vous a organisé quelques ateliers intéressants pour démarrer le dernier trimestre sur les chapeaux de roue. Inscrivez-vous vite, car pour préserver l’efficacité de l’atelier, le nombre de places et limité à une dizaine de personnes  à chaque fois !

Screen Shot 2014-08-01 at 12.14.28Suite au succès de l’atelier Docker de Juillet avec David Gageot, on remet ça le 7 octobre !

Docker est en passe de devenir LA technologie incontournable de containerisation.
Vous déployez des applications sur votre propre infrastructure ou dans le cloud ?
Vous souhaitez reproduire votre infrastructure de production pour des tests manuels ou automatisés ?
Vous voulez découper vos applications en micro-services ?
Docker peut vous aider !

Venez découvrir Docker expliqué par un développeur pour des développeurs, à travers un soupçon de théorie, mais surtout des démonstrations et des Travaux Pratiques.

[btn type= »default or primary or success or info or warning or danger or link » link= »http://malt-event.strikingly.com/#inscription »]Je m’inscris ![/btn]

 

Hop-Atelier améliorez votre SEO : Humming-Bird, une introduction

 

Hummingbird, le dernier algorithme de Google, est le plus grand bouleversement en terme de SEO depuis les débuts de Google en 1998. Les avalanches de mots-clé et l’intégration de liens dans tous les sens ne vous fera plus remonter dans les moteurs comme avant, il est temps d’adapter votre SEO à Hummingbird. Nous avons demandé à Jason, freelance Malt et consultant SEO spécialiste de Hummingbird de venir nous expliquer comme ça marche :

 RDV le 9 septembre 2014 à 19h à 21h au 57 bd de la Villette, 7510 Paris. L’intervention sera suivie d’une séance de questions/réponses et d’un apéro.  

Screen Shot 2014-08-11 at 16.19.53

Vous y apprendrez :

1) Comment mettre en place un cadre technique de premier ordre pour optimiser votre SEO : Google est avant tout un algorithme, donc sensible à des critères techniques

2) L’importance de fournir des écrits de qualité : Google est des plus en plus intelligent et peut analyser la langue presqu’aussi efficacement qu’un professeur de français !

3) Comment appréhender votre site Internet dans sa globalité pour optimiser son positionnement dans les moteurs : Google voit la « big picture » mieux que vous ou moi