Antoine Gueutin, freelance sur Malt : « créatif, sérieux, adaptable… Responsive! »

Antoine freelance sur Malt est graphiste et webdesigner depuis plus de 10 ans. Quand on a vu la liste impressionnante de clients qui l’avaient recommandé, on a eu envie de faire un peu plus ample connaissance avec ce graphiste star…

 

Raconte-nous ta vie : comment tu es devenu freelance ?

En fait je travaillais dans une petite agence web, j’étais en CDI. Ça a duré un an, c’était très sympa et très formateur. J’étais le graphiste web designer en charge de tout ce qui rentrait dans la boite et je bossais en direct avec un chef de projet et un commercial. Malheureusement, avec la crise économique, je pense que les projets qu’on réalisait en interne n’étaient pas très lucratifs. On s’est alors fait racheter et là on m’a annoncé que la créa c’était fini !
Je demande alors ma démission, difficilement acceptée. Motivé, je refuse une belle offre pour faire cavalier seul en me lançant sur le marché du travail avec mon statut de freelance. Je l’avais déjà depuis quelques années par le biais de la Maison des Artistes.
C’était un défi que je m’étais lancé pour voir de quoi j’étais capable tout seul, en volant de mes propres ailes. Sans même demander mes allocations chômage ou ARCE, j’ai alors réalisé un site original, interactif et immersif basé sur un studio en 3D avec des travellings vidéo pour montrer le travail que j’avais jusqu’alors réalisé en agence, ainsi que d’autres travaux personnels (freelance). J’étais super motivé, super disponible, je ne comptais pas mes heures et ça a marché. J’ai eu beaucoup de projets par le biais des plateformes et par le bouche à oreilles et j’ai bien décollé.

 

 C’est quoi ton métier ?

À la base, c’est de réaliser des prestations graphiques de qualité pour des clients exigeants.
Enfin ça, c’est pour la meilleure partie. Après en amont il y a aussi le fait de devoir organiser le boulot technique (intégration & développement) pour certains projets plus complets (notamment lorsque je suis amené à réaliser un site complet et sur mesure). Et puis il faut aussi faire de la veille et un peu de compta. Ce qui est bien c’est qu’on touche à tout mais ça fait parfois beaucoup de choses en même temps.

 

Et alors, ça te plaît d’être freelance ?

Ça fait maintenant presque 10 ans que je travaille en freelance et suis plutôt épanoui. Au début c’était un défi/challenge que je m’étais donné. Aujourd’hui ça l’est toujours mais j’ai beaucoup appris et j’ai plus d’expérience. C’est dur de gérer par moment, mais le jeu en vaut la chandelle. Je gère mon temps et ma liberté, enfin du mieux que je peux.

 

Tu te vois freelance sur le long terme ?

Oui absolument, en tout cas j’en ai envie. Le fait de ne pas avoir de patron et le fait de pouvoir gérer mon temps est quelque chose d’énorme. Après il faut savoir gérer les hauts et les bas. Tant en matière de finance / trésorerie mais aussi au niveau du moral. C’est pas facile de passer d’une période où on a beaucoup de travail d’un coup à une période de creux / crise.

 

C’est quoi tes manies quand tu bosses ? 

J’aime être bien installé dans mon bureau, mon chat sur le canapé quand il ne vient pas sur mon clavier et écouter ma musique (10h par jour, j’en écoute des groupes). Concrètement, je travaille sur 2 écrans, j’ai toujours une vingtaine d’onglets épinglés et travaille la majeure partie de mon temps sur Photoshop & Illustrator à réaliser des identités/chartes graphiques pour de nouveaux sites web. Flash pour des animations et bannières pub (mais moins qu’avant lorsque je réalisais des sites full-flash (merci Steve Job qui a emmené Flash dans sa tombe), In Design pour le print, Dreamweaver pour l’intégration web lorsque je la fais, Mailchimp pour les newsletters et After FX de temps en temps pour des animations particulières.

 

Ta journée type elle se passe comment ?

Au bord de la mer sous un grand soleil avec mon PC et ma souris en main ! Non je plaisante ce serait génial mais c’est pas très réaliste. Je commence ma journée après avoir déposé ma fille de 2 ans chez sa nounou au bout de la rue. Une cigarette et un café et c’est parti, j’attaque par mes mails et regarde ce que je me suis imposé comme travail à faire la veille. J’organise mon desktop de manière à avoir en visu direct les raccourcis des projets/clients en cours et les raccourcis des projets/clients à suivre. J’ai une certaine corrélation entre mes mails et mon organisation de bureau (sinon c’est pas possible). Le travail en freelance demande une rigueur et une organisation impeccable pour ne pas perdre de temps.

 

Qu’est-ce que tu aimes chez Malt ?

C’est simple, direct et efficace. L’équipe est jeune et sympa et le système de la plateforme bien fichu. Malt me permet d’avoir une visibilité sur leur plateforme pour que des nouveaux clients me proposent des nouveaux projets intéressants. Je réponds à leur mise en relation et entre en contact avec le client. Si je corresponds, on travaille ensemble. Je reverse alors 10% à Malt sur ce que j’ai gagné.

 

C’est quoi ta devise ?

Créatif, sérieux, organisé, rapide, adaptable. En un mot ‘responsive’.

 

Le mot de la fin ?

Si vous avez envie de travailler en freelance, lancez-vous. Mais attention on est déjà beaucoup sur le marché et c’est pas évident. On croit jouir d’une liberté et c’est ce qui attire beaucoup mais on est bien vite rattrapé par la gestion, les aléas du marché et le fait de toujours devoir aller chercher d’autres projets. Pour ma part je continue de me battre et de rester le plus compétitif, tout en restant le plus qualitatif.

Auteur : Marie Vareille

Community et Content Manager pour Malt

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *