Les hauts et les bas à anticiper dans ses 3 premiers mois de freelance

Que vous ayez décidé de tout plaquer pour devenir freelance ou que vous envisagez de le devenir tout en gardant une activité en parallèle, il y a fort à parier que vos trois premiers mois en tant que freelance seront les plus mouvementés, mais aussi les plus décisifs ! 

On vous donne ici quelques événements à anticiper 👇

Travailler en freelance a ses avantages…

Ca y est : vous avez sauté le pas. Bienvenue chez nous ! Vous vous rendrez vite compte que le statut de freelance offre son lot d’avantages. Et c’est encore plus flagrant lors de vos 3 premiers mois !

Premièrement, vous voici maître de votre propre temps. Fini le traditionnel 9h-18h, à vous la liberté de travailler de 6h à 12h pour avoir votre après-midi libre, ou si vous êtes un oiseau de nuit rien ne vous empêche plus de travailler jusqu’au petit matin. En bref : vous choisissez quand, comment et où travailler.

En parlant de choix, vous êtes désormais libres de choisir vos clients et c’est un sacré luxe. Vous pouvez choisir de ne travailler qu’avec tel ou tel corps de métier si vous vous en sentez proche. De même, vous n’êtes plus non plus forcé.e de travailler pour des clients avec qui ça se passe mal : libre à vous de mettre fin à votre relation avec le client quand vous estimez en avoir fait le tour.

Un autre avantage, et pas des moindres, est l’augmentation de vos revenus. Si nous prenons l’exemple du métier de développeur Back End, une rapide recherche Google nous apprend que le salaire médian de ce poste en entreprise est de 40K€. Si l’on regarde maintenant la donnée fournie par l’étude Malt Tech Trends 2019, on apprend que le Taux Journalier Moyen (TJM) médian du métier de Développeur Back End à Paris est de 460€ par jour. Soyons maintenant utopistes et imaginons qu’en tant que Développeur Back End, vous soyez en mission 20 jours par mois pendant 11 mois (on ne voudrait pas vous sucrer vos vacances d’été) avec un TJM de 460€, votre chiffre d’affaire annuel s’élèverait à 101 200€. Plutôt pas mal non ?

Dernier avantage assez évident, vous êtes libre et responsable dans toutes vos actions.

Si vous souhaitez ne travailler que 10 jours par mois, arrêter votre journée à midi pour consacrer le reste de votre journée à une passion jusque là secrète ou encore partir à l’étranger sur un coup de tête, c’est vous que ça regarde et personne d’autre.

Libre gestion du temps, choix des clients, salaire horaire plus élevé, liberté d’action.

… Mais aussi ses inconvénients

Comme l’a dit le grand philosophe américain Oncle Ben : “Un grand pouvoir implique de grandes responsabilités”.

En devenant freelance, vous acceptez implicitement de fusionner l’ensemble des services d’une entreprise dans votre personne : commercial, service client, marketing, comptabilité – autant de casquettes qu’il vous faudra revêtir de manière plus ou moins régulière.

Quand bien même il existe de nombreux outils pour vous aider dans ces tâches (CRM gratuits, prospection automatisée, comptabilité automatique, etc), un temps doit forcément leur être consacré à un moment ou un autre.

Un autre inconvénient mais inhérent au statut de freelance est le sacrifice de la stabilité du revenu qu’offre le salariat. En effet, il y a de grandes chances que le montant de votre revenu mensuel généré par votre activité de freelance varie en fonction des missions effectuées au fil des mois.

Attention également à ne pas tomber dans l’excès. La liberté et le choix sont deux choses particulièrement puissantes et utiles, mais lorsqu’on en abuse, on peut vite tomber dans une spirale infernale et tout remettre au lendemain. C’est là qu’entre en jeu la discipline, vous devez dès le départ vous tenir à vos engagements, à votre nouveau choix de carrière.

Le plus dur dans tout ça sera de s’y mettre et de créer une routine autour de tous ses éléments dans vos 3 premiers mois de freelance.

Il ne tient qu’à vous de transformer tous ces inconvénients en opportunité pour apprendre et progresser dans votre métier.

Trouver un équilibre

Tout freelance vous le dira, ce mode de travail challengera sérieusement la limite entre vie privée et vie professionnelle. Des clients qui vous dérangent en plein repas de famille le dimanche ou pendant votre séance ciné de 21h, ça existe ! 

Il est à votre charge de savoir poser des limites et prendre du temps pour vous. Cela paraît contre-productif sur le court terme mais vous vous remercierez sur le long terme, mieux vaut produire mieux et plus longtemps que l’inverse.

Comme mentionné plus haut, veillez également à ne pas tomber dans un cercle vicieux où vous remettez tout au lendemain sous prétexte qu’être freelance, c’est être libre de choisir et donc de choisir de ne pas se mettre au travail.

Ces conseils s’appliquent d’autant plus aux freelances conservant une activité principale en parallèle : il y a un temps pour votre journée de travail dans votre entreprise, un autre pour votre activité freelance et encore un autre pour votre vie privée. Le tout est de ne pas laisser l’un empiéter sur l’autre.

Vous l’aurez compris, les 3 premiers mois en tant que freelance sont cruciaux car c’est à cette période que l’on forge ses habitudes de travail, qu’elles soient bonnes ou mauvaises.

Vous connaîtrez l’adrénaline et la joie de vos premières missions mais également les soirées maussades de comptabilité et de prospection infructueuse.

L’important étant ici de ne pas oublier pourquoi vous avez fait le choix de devenir freelance et de continuer à vous faire plaisir au travail, tout en étant discipliné et organisé dans votre activité.